AVEC L’APPUI DE L’UE&L’EXPERTISE DE L’APTE, LE RJMP COUVRE LE KASAI OCCIDENTAL AVEC DES MEDIATEURS ET CONSTRUCTEURS DE LA PAIX

Considérée comme la Province la plus conflictuelle de la République Démocratique du Congo (voir en annexe le Mot du Ministre Provincial de l'Intérieur et la cartographie de conflits au Kasaï Occidental et en RDC), la Province du Kasaï Occidental dispose désormais de 34 formateurs des médiateurs et bâtisseurs de paix sur les 36 formés, à Kananga du 30 mai au 04 juin 2011, par les Experts internationaux de l'APTE (Animation des Projets, Transfert des compétences et Evaluation) à travers l'Université de Paix en Afrique (UPA). Les experts sont venus de l'Allemagne tandis que les participants sont venus de tous les 10 territoires et de deux villes du Kasaï occidental ainsi que de deux provinces de la RDC (Kasaï Oriental et Equateur)
En effet, c'est grâce à l'appui financier de la Communauté Européenne à travers le Programme "Instrument Européen pour la Démocratie et les Droits de l’Homme"(IEDDH)accordé au projet "Noyaux locaux des médiateurs et bâtisseurs de paix" de l'ONG "Réseau Jeunes dans le Monde pour la Paix" (RJMP/ASBL). Ce Réseau est une Structure de promotion de la culture de paix et des Droits de l'Homme dotée de la Personnalité Juridique Congolaisedont implantée dans 7 provinces de la RDC et ayant son siège national à Kananga, dans la Province du Kasaï Occidental.
Partenaire de l'APTE, le RJMP a fait appel aux experts de celle-ci pour animer l'Atelier des formateurs. A l'instar des campus de paix que l'UPA organise à travers le continent africain, l'Atelier de Kananga a été une réussite totale et a impressionné plus de partenaires (Autorités politiques et Religieuses du Kasaï Occidental, Société Civile et Communauté Internationale, des particuliers, etc.). Touchés par l'accueil et l'ampleur prise par l'atelier qu'ils ont animé de mains epertes, Messieurs Ananie BIZIMANA et Hubert HEINDL ont félicité le RJMP et promis d'organiser un Campus international de paix la prochaine fois en RDC et plus précisément à Kananga, le Centre non seulement de la RDC mais aussi le Centre de l'Afrique.
Ayant vu sa crédibilité et sa visibilité accrues, le RJMP remercie de tout coeur la Communauté Européenne pour son appui financier sans lequel son projet resterait un rêve.

Cher lecteur, chère lectrice, veuillez trouver ci-dessous le résumé de l'ambiance qui a caractérisé cet atelier. A la fin nous avons jugé bon de reprendre certains documents tels le mot du Ministre Provincial de l'Intérieur à l'ouverture et à la clôture, le mot du Chef de Bureau de la MONUSCO/Kananga, la cartographie des conflits au Kasaï Occidental et en RDC, le mot de circconstance du Coordonnateur National du RJMP à l'ouverture et à la clôture, etc.
Nous vous souhaitons bonne lecture et sollicitons votre appui (matériel, financier, moral) aux actions et projets du RJMP que vous pouvez réjoindre au N° 23 de l'Avenue SHABUNDA (ex Macar), Commune et Ville de Kananga, Province du Kasaï Occidental en République Démocratique du Congo); Tél.:+243 997 406 289;Email: rjmp_3269@yahoo.fr)

0. INTRODUCTION
Il s’est tenu à Kananga/Province du Kasaï Occidental, du 30 mai au 04 juin 2011 un atelier des formateurs des médiateurs et bâtisseurs de paix.
Financé par la Communauté européenne et facilité par deux experts internationaux de l’APTE (Animation de Projets, Transfert de compétences et Evaluation) basée en Allemagne (à travers son programme de l’Université de Paix en Afrique) et un expert national du RJMP, cet atelier a connu la participation de 36 personnes (dont 16 femmes et 20 hommes) sur les 30 initialement prévues. Celles-ci sont issues des différents organes et des différentes structures partenaires du RJMP en provenance de deux provinces de la RDC (Equateur et Kasaï Oriental), de deux villes (Kananga et Tshikapa) et de 10 territoires du Kasaï Occidental (Demba, Dekese, Dibaya, Dimbelenge, Kazumba, Luebo, Luiza, Ilebo, Mweka et Tshikapa-Kamonia). La carte administrative de la Province du Kasaï Occidental se trouvant dans les annexes du présent rapport donne la position géographique de ces différentes entités administratives du Kasaï Occidental.

L’atelier avait pour objectifs et résultats ci-dessous :

a. OBJECTIFS
L’atelier devrait permettre aux participant(e)s de jouer un rôle actif et constructif dans la prévention et la résolution pacifique des conflits au sein de leurs groupes et communautés locales respectifs.
En effet, à la fin de la formation, les participant(e)s auront :
 Développé une attitude constructive vis à vis des conflits;
 discuté et intériorisé les principes de base, les concepts de gestion des conflits et leur résolution pacifique;
 approfondi leurs connaissances et leurs techniques au niveau de la communication non-violente, l’analyse des conflits, les stratégies et méthodes et les outils de résolution et de résolution non-violente des conflits;
 analysé les relations humaines dans leurs organisations respectives;
 défini les moyens d'apprécier et de résoudre des conflits inter ou intra personnels et/ou communautaires;
 appris les méthodes et les outils d’une meilleure communication;
 élaboré un plan d’actions à mener en vue d'appliquer les connaissances acquises dans la formation à travers un PROJET RETOUR à exécuter après cet atelier.

b. RESULTATS ATTENDUS
A la fin de l'atelier:
1) 30 participants auront acquis des connaissances et des outils de base indispensables et d’application dans le domaine de la communication, de la gestion et de la résolution des conflits.
2) Les participants auront élaboré un PROJET RETOUR qui leur permettra d’appliquer leur apprentissage en réalisant une ou plusieurs activités dont la finalité sera de démultiplier les responsables formés, compétents et motivés.
3) Les participants auront des compétences d’intervention autonome en gestion et résolution des conflits intra et inter personnels et ou groupes, sans recourir à la violence.

C’est ainsi qu’ils pourront constituer des noyaux solides, durables et crédibles de Bâtisseurs de Paix et de Médiateurs communautaires au sein de leurs groupes ou communautés de base au niveau local.

Le présent rapport reprend et donne la synthèse des travaux de l’Atelier tel qu’ils se sont déroulés jour par jour. Certaines images prises à l’occasion y seront mentionnées pour plus de lumière et de compréhension.
I. RAPPORT GENERAL
I.1. PREMIERE JOURNEE : Lundi le 30 Mai 2011
Cette première journée a connu deux moments forts. Il s’agit de l’ouverture et des travaux préliminaires.
I.1.1. La cérémonie d’ouverture Officielle
Elle a eu lieu dans la Salle « Welfare » de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation de la paix au Congo (MONUSCO/Kananga).

Après l’Hymne Nationale, le Modérateur de la cérémonie, Monsieur Trudon NTUMBA, a donné le programme d’ouverture qui comprenait quatre allocutions à prononcer successivement par le Coordonnateur National du Réseau Jeunes dans le Monde pour la Paix, le Chef de Bureau de la MONUSCO/Kananga, le Directeur de l’Université de Paix et le Ministre de l’Intérieur représentant le Gouverneur de Province.
Prenant premier la parole, le Coordonnateur National du RJMP a tenu d’abord à saluer et à remercier les invités et les participants en leurs rangs et qualités respectifs.
Monsieur Edel Martin KABUTAKAPUA a souligné qu’en réussissant de réunir à Kananga les personnes venues de différents coins, le RJMP a accompli cette parole biblique qui dit: « Si vous avez la foi, vous pouvez déplacer même les montagnes ». En fait, le RJMP a déplacé en ce jour les invités et les participants en provenance de différents horizons vers la Ville de Kananga. Il a, par la suite, présenté à l’auditoire les deux Experts en l’occurrence Messieurs Hubert HEINDL et Ananie BIZIMANA, respectivement ancien Directeur et Directeur actuel de l’Université de Paix en Afrique comme qui dirait que la ville de Kananga était devenue la capitale de l’Université de Paix en Afrique.

Par ailleurs, le Coordonnateur du RJMP a rappelé que depuis une décenie, les conflits de tout genre déchirent la République Démocratique du Congo en général et la Province du Kasaï Occidental en particulier. Ces conflits ont des effets négatifs sur le développement du pays et de la province du Kasaï Occidental. C’est ce contexte qui a amené le RJMP à tenter d’apporter sa précieuse pierre de reconstruction aux efforts du Gouvernement provincial pour le rétablissement de la paix.
Edel Martin a fini son mot par la présentation de différentes délégations venues des de l’étranger (Allemagne), des deux provinces de la RDC (Equateur et Kasaï Oriental), de tous les 10 territoires et de deux villes qui composent la Province du Kasaï Occidental.
Prenant à son tour la parole, le Chef du Bureau de la MONUSCO/Kananga a, quant à lui, reitéré la disponibilité de la MONUSCO à accompagner la Province du Kasaï Occidental en proie aux conflits (de terres, de forêts, de pouvoirs coutumiers et autres) dans la recherche de la paix, de la promotion des Droits de l’Homme et du développement humain durable.
Etant donné que l’atelier se déroule durant le processus électoral considéré non seulement une étape fondamentale pour la consolidation de la démocratie mais constituant aussi et parfois une source de tension et de conflits, Monsieur Abdou Diouf a profité de l’ouverture de l’atelier pour demander aux participants de sensibiliser les Ouest-Kasaïens à s’enrôler massivement au nom de la démocratie et de la paix.
A son tour, le Directeur de l’Université de Paix en Afrique, Monsieur Hubert HEINDL, a souhaité la paix à l’assemblée dans les différentes langues. La construction de la paix, a-t-il souligné, est un engagement, un défi majeur à relever grâce aux différentes expériences des uns et des autres. Le développement et la paix ne se construisent que par l’homme, dans l’homme et pour l’homme. Il s’est réjoui de la multiplication de la paix par le RJMP qui a rendu possible cet atelier. Le Directeur de l’APTE/UPA a témoigné que la tenue de l’atelier réalise la promesse de multiplication de la paix leur faite par le Coordonnateur National du RJMP lors de sa participation à la 5ème promotion de l’UPA tenue à Moundou/Tchad, du 1er novembre au 03 décembre 2007.
Monsieur Hubert a fini son mot par une note de reconnaissance au RJMP et aux autorités de la Province pour l’accueil et l’encadrement reçus depuis leur arrivée à Kinshasa et à Kananga.
Enfin, le moment attendu est arrivé, celui de l’ouverture officielle et solennelle des travaux de l’atelier par le Ministre Provincial de l’Intérieur. Ce dernier a remercié le RJMP pour son engagement en faveur de la paix au Kasaï Occidental tout en relevant que le Kasaï Occidental est la province la plus conflictuelle de la République Démocratique du Congo. Il poursuit son mot avec cette inquiétante interrogation : « Qui peut apporter ou donner la paix à cette Province ? ». Il trouve la réponse dans le nouveau Gouverneur du Kasaï Occidental et dans le RJMP qu’il qualifie de chien de chasse attitré pour le rétablissement, la consolidation et la multiplication de la paix au Kasaï Occidental.
C’est en ces termes qu’il a déclaré ouverts les travaux de l’atelier sur la formation des formateurs des médiateurs et bâtisseurs de paix.
A l’issue de cette cérémonie d’ouverture officielle un cocktail a été servi aux invités et aux participants avant que ces derniers ne se dirigent vers le Centre Catholique Tshipanda, dans la Commune de Katoka, pour le démarrage de travaux proprement dits de l’atelier.
I.1.2. La mise en route de l’Atelier
Les travaux se sont déroulés au Centre catholique Tshipanda de Kananga.

I.1.2.1. Le déroulement de la natte (1er Exercice)
Après la pause-repas, les travaux de l’atelier commencent à 15H30’ par des exercices : il s’agira en premier lieu du déroulement de la natte pour l’apprentissage de la paix.
La construction de la paix est une grande aventure qui exige l’empathie (compréhension minimale de l’autre) et la participation de tous. C’est un exercice d’empathie qui est donné et à travers lequel chaque participant est allé vers les autres pour les saluer et échanger avec eux.

I.1.2.2. Le choix du partenaire (2ème Exercice)
A la lumière de l’image de deux femmes dont l’une enceinte et l’autre lui déroulant la natte, probablement pour l’accouchement, les participants se sont livrés à un deuxième exercice qui a consisté dans le choix d’un partenaire avec qui échanger et à présenter mutuellement devant l’assemblée. Cet exercice a révélé que chacun assume une responsablité quelque part : d’où la nécessité d’apprendre à gérer les conflits.
I.1.2.3. L’élaboration du contrat de formation (3ème exercice)
Le troisième exercice en carrefour a porté sur les réponses à donner à la question de savoir : « qu’est-ce que j’offre et évite pour la réussite de cet atelier ? » Les réponses des participants en rapport à la construction de la paix ont été résumées par le Facilitateur Ananie BIZIMANA en quatre attentes des participants :
1°- L’acquisition des nouvelles connaissances ;
2°- L’approfondissement des connaissances et expériences déjà acquises ;
3°- Le projet retour pour la multiplication de la paix ;
4°- La systématisation pour une recherche scientifique, des mécanismes qui contribuent à la construction de la paix.
Les activités de ce jour ont pris fin par la communication du programme de la journée suivante et la remise du document à lire pour voir s’il répond aux attentes des participants.
I.2. DEUXIEME JOURNEE : Mardi le 31 Mai 2011
I.2.1. Les exercices d’assouplissement
C’est par des exercices d’assouplissement suivis de la lecture du rapport de la première journée que va commencer cette journée. Quant au rapport, il est adopté par l’assemblée moyennant quelques ammandements.
I.2.2.L’Analyse des quatre fenêtres de JOHARI
Le premier exposé du jour est donné par Monsieur Hubert HEINDL qui se révèle plus technique et pragmatique. Il a porté sur l’analyse la fenêtre de JOHARI (Joe LUFT et Hary INGRAM, chercheurs socio-psychologiques des USA) comme contribution à la construction de la paix.

La première fenêtre est un espace de liberté et d’entente car l’autre connaît ce que je connais sur moi et sur lui. Dans ce cas, le dialogue est facile à tisser.
La deuxième fenêtre constitue une aire de découverte, car je connais ce que l’autre ne connaît pas de moi. Pour nouer le dialogue en ce cas et construire la paix, je dois me laisser découvrir par l’autre en même temps que je me lance aussi à sa découverte. A ce niveau, la paix n’est possible que si l’on respecte l’autre.
La troisième fenêtre est un espace aveugle où l’autre connaît ce que je ne connais pas de moi-même. Ce cas exige que l’on ouvre l’espace par un feed back.
Et la quatrième fenêtre est celle des surprises, car les autres et moi, découvrons ensemble ce que nous ne connaissions pas de moi et de nous tous.
Le rétablissement et la consolidation de la paix exigent une grande ouverture de nos fenêtres pour constituer un grand espace de liberté, d’entente, de collaboration et de compréhension.
I.2.3. Le plan d’apprentissage dans la résolution des conflits
Le deuxième exposé du jour est donné par Monsieur Ananie BIZIMANA. Il est aussi plus technique et pédagogique et s’est basé sur le plan d’apprentissage dans la résolution des conflits.
Les points de ce plan sont :
- La compréhension des concepts de base tels que le conflit, la violence, la non-violence ;
- Nos réactions vis-à-vis de la violence ;
- Le type des conflits ;
- Les principales causes des conflits ;
- Les caractéristiques et les étapes de l’escalade de la violence ;
- L’analyse des conflits pour leur résolution ;
- Les instruments ou outils d’analyse des conflits ;
- Les outils pour la gestion et la résolution des conflits.
Après la communication de ce plan qui a été progressivement développé tout au long de l’atelier, l’Orateur a soumis les participants à deux exercices importants à réaliser dans les carrefours.
I.2.4. Les exercices pratiques sur le conflit (Orange à partager, cheval acheté et vendu)
Le premier exercice a porté sur une orange à partager entre trois personnes de manière que chacun de ces personnes mange une orange.
Deux leçons découlent de cet exercice:
a. Le tiraillement qu’il y a eu entre les membres de chaque carrefour a révélé que le conflit est inhérent à la nature humaine. Et là la question de savoir : Si les conflits se posent autour d’un petit groupe, carrefour, comment ne peuvent-ils pas se poser davantage au niveau macro social ?
b. Une autre leçon est celle qui exige une analyse des besoins d’un chacun pour éviter des faux conflits voire des solutions non durables aux conflits.
Le deuxième exercice est celui du cheval acheté, vendu, racheté et revendu.
Cet exercice nous a appris à voir et à analyser les choses telles qu’elles sont au lieu de se livrer à des interprétations qui, souvent, risquent de déformer la réalité.
I.2.5. Certaines images d’expression de conflit : deux ânes liées à une corde, images montrant diverses scènes des conflits et violences

La résolution pacifique des conflits a été aussi illustrée par l’image de deux ânes liées à une même corde et qui se tirent dans le sens opposé pour trouver chacune sa nourriture déposée en face de chaque âne et cela, au point de s’étrangler mutuellement. Le dialogue a permis à ces animaux de se mettre ensemble et d’aller tous les deux dans un sens et puis dans un autre, brouter la nourriture. Donc les deux bêtes ont trouvé solution à leur problème.

Après cette observation, il y a eu une démonstration des images montrant diverses scènes des conflits et violences. Ces images ont produit l’interprétation de chaque participant en solitaire et l’interprétation de chaque groupe en carrefour. Elles ont constitué un échantillon des cas que l’on rencontre souvent dans des foyers et qu’il faudra bien gérer pour une bonne résolution.
I.2.5. Les travaux en carrefours (deuxième regroupement)
Un autre regroupement en carrefours a consisté à répondre à la question : « A quoi pensez-vous lorsque l’on parle du conflit et à quoi pensez-vous quand on parle de la violence ? »

Après une mise en commun, le formateur a demandé aux participants de garder un temps de silence (temps certes de réflexion) et d’exprimer les sentiments qu’ils ressentent au sujet des réponses données en carrefours sur cette question. En général, tout le monde a exprimé un sentiment de douleur.
Les travaux ont continué dans les carrefours autour de la définition des concepts « violences » et « conflits », mais le temps faisant défaut, il a été décidé que les résultats soient exposés lors des travaux de ce mercredi 1er juin 2011.
I.2.6. La visite des experts à Mgr l’Archevêque de Kananga
De 17 heures 30’ à 18 heures 10, les experts internationaux accompagnés par Monsieur l’Abbé Président du Conseil d’Administration et le Coordonnateur National du RJMP ont rendu une visite de courtoisie à l’Archevêque de Kananga, Mgr Marcel MADILA Basanguke, qui les a bien reçus à sa résidence de Katoka située à côté du Centre Tshipanda où se déroulent les travaux de l’atelier. Ce dernier a exprimé sa joie avec la présence des formateurs internationaux au Kasaï Occidental, Centre du pays mais souvent oublié. Ils ont échangé sur divers aspects de conflits qui minent la Province et sur les possibilités de réponses à apporter.

I.3. TROISIEME JOURNEE : Mercredi le 1er juin 2011
I.3.1. Les exercices d’assouplissement
La journée commence par des chants et des danses autour des ballons pour se dégourdir les membres. La lecture du rapport de la journée précédente a suivi et ledit rapport a connu quelques amendements avant son adoption.
I.3.2. La mise en commun des travaux de carrefours
La matière du jour a commencé avec la mise en commun sur la compréhension et la définition du terme « conflit ».De cette mise en commun il a été retenu que : le conflit est humain, neutre, naturel, normal, il fait partie de la vie, il est inévitable, n’est ni positif ni négatif, il naît d’un besoin non satisfait. Le conflit ou sa solution appartient aux parties en présence, par conséquent, il ne faut pas s’approprier le conflit ou la solution à y donner.
I.3.3. L’analyse du concept « Non-violence »
Après ce qui précède, l’Orateur du jour qui était Monsieur Ananie BIZIMANA est passé à l’analyse de l’autre concept de base qu’est la non-violence.
La non-violence doit être comprise comme l’ensemble des moyens destinés dans la situation des conflits à se respecter tout en respectant la personne de l’autre. Elle se traduit par la parole, le regard, le silence, la grève de faim, le mémorandum, la marche pacifique, etc… De toutes les façons, la non-violence, loin d’être passive, doit être une attitude active.
Abordant les causes des conflits, le formateur a indiqué qu’ils peuvent résulter des données statistiques différentes, des conflits des valeurs, des intérêts et de la relation. Il faut bien retenir que toutes ces causes s’influencent et en tenir compte dans la résolution des conflits.
A propos des types des conflits, l’on distingue les conflits :
- Personnels
- interpersonnels
- Structurels
- Locaux
- Sous régionaux
- Régionaux
- Nationaux
- Internationaux,
- Etc.
I.3.4. Exercices pratiques sur l’escalade de conflits
La saynète symbolique de 9 couples a permis de dégager les caractéristiques et les étapes de l’escalade d’un conflit, qui sont :
1. La situation inconfortable de suspicion
2. La dispute, le débat et les insultes
3. Les faits accomplis
4. La recherche ou la constitution d’alliance
5. L’action de déstabilisation ou d’humiliation de l’autre
6. Les menaces de mort
7. Les attaques limitées
8. L’effondrement des relations
9. La disposition à tout casser, la guerre ; l’assassinat
L’enseignement à retenir est qu’il vaut mieux que le médiateur de paix intervienne jusqu’au niveau de la 5ème étape car les étapes suivantes sont plus compliquées et la médiation est exposée à plusieurs risques. Pour ces cas, mieux vaudrait recourir à d’autres mécanismes plus compétents (on pense à la police, à la justice,).
I.3.5. Les outils de gestion de conflits
Concernant les outils d’analyse des conflits, l’Orateur a promis de remettre un support à chaque participant pour en pénétrer le contenu. Ces outils aident à décortiquer les conflits et à apporter les solutions appropriées. Les outils retenus sont repris ci-dessous :
1. L’arbre à conflit
2. Les étapes du conflit
3. Le repère chronologique
4. La carte du conflit
5. Le triangle ACC (attitude, comportement, contexte)
6. L’oignon
7. L’analyse par champs de force
8. Les piliers
9. La pyramide
Parlant des outils de prévention, de gestion et de résolution non-violente des conflits, l’Orateur, sachant qu’ils sont tellement nombreux, a cité quelques-uns avec le concours de toute l’assemblée. Il y a alors :
- Le dialogue
- La négociation
- L’arbitrage
- Le jugement
- La diplomatie
- La facilitation
- La conciliation
- La médiation
Ces outils se subdivisent en deux catégories qui sont :
1. La résolution à mode binaire où l’on trouve deux parties qui sont en contact. (Penser au dialogue, arbitrage, négociation, jugement, diplomatie)
2. La résolution à mode ternaire où l’on remarque, en dehors de deux parties citées ci-haut, une troisième partie en face de celles qui sont en conflit. Ici, on pense à la conciliation et à la médiation.
I.3.6. La médiation comme outil ou mode de résolution de conflit
L’Orateur définit la médiation comme mode de résolution des conflits où une tierce personne cherche à établir ou rétablir les relations entre les parties en conflit.
Le médiateur n’a pas la fonction de punir comme peut bien le faire le juge mais il s’efforce d’amener les parties à se mettre d’accord sur un différend qui les opposait. La médiation s’exerce dans des nombreux domaines sur le plan interne ou externe (local, national, international ou international). Il y a à comprendre par-là que la médiation peut être envisagée dans des niveaux tels que :
- Familles,
- Communautés,
- Professions,
- Cultures,
- Politiques,
- Pouvoirs coutumiers, …
I.3.7. Les travaux en carrefours sur le mandat et les qualités d’un médiateur
Les participants se sont encore une fois mis en carrefours pour répondre aux questions ci-après :
1. Quelles sont les qualités du médiateur ?
2. Doit-il être neutre ? Si oui, pourquoi ? Si non pourquoi ?
3. Est-il capable de tout entendre et de faire abstraction de ses sentiments ?
4. Que faire en cas d’échec ?
5. De qui tient-il son mandat ?

I.3.8. La mise en commun des carrefours
La mise en commun des carrefours a fourni des réponses intéressantes dont voici quelques-unes :
- Le médiateur doit savoir écouter ;
- Il doit être capable de reformuler les exposés des faits des parties en conflit pour leur meilleure compréhension ;
- Il doit faire abstraction de ses opinions ou valeurs personnelles ;
- Il n’a pas de conseils à donner et doit éviter d’offrir des propositions des solutions.
Avant de clôturer la journée, Monsieur Ananie BIZIMANA a donné les étapes à suivre pour une bonne médiation. Il s’agit de :
- L’introduction (le calme et la création de l’ambiance)
- Passer aux récits (que s’est-il passé ?)
- La recherche des solutions
- L’accord (verbal ou écrit)

Commencée à 08h00, la séance est levée à 18h00.
I.3.8. La soirée d’au revoir au facilitateur Hubert HEINDL
La soirée de la troisième journée est organisée par l’organisateur et les participants pour dire au revoir à Monsieur Hubert HEINDL qui va rentrer chez lui le jeudi 02 juin 2011. Elle va consister en une modeste réception (chants, danses, des mots, des photos, boissons, amuse-gueule, etc.).
La soirée s’est déroulée de 18 h30’ à 20h30’, au Centre Tshipanda toujours et a connu, en plus de l’équipe habituelle, la présence du Chef de la Section des Affaires Civiles de la MONUSCO/Kananga accompagné de son assistant.

I.4. QUATRIEME JOURNEE : Jeudi le 2 juin 2011
I.4.1. Les exercices d’assouplissement
Les activités du jour ont été ouvertes par un jeu de balancement d’un aveugle par et entre deux personnes, sous l’animation de Messieurs Hubert HEINDL et Ananie BIZIMANA.
Au terme de ce jeu, il a été demandé aux participants d’exprimer les sentiments éprouvés pendant le balancement. En voici quelques-uns des sentiments : la peur, l’insécurité, la confiance, l’équilibre progressif, etc.

I.4.2. La lecture et la validation du rapport de la troisième journée
Après lecture et amendement du rapport des activités de la journée précédente qui ont suivi l’exercice matinal, il y a eu annonce sur le vol, la nuit dernière, de la moto de Monsieur l’Abbé Omer KAMBA.
I.4.3. Le module de formation sur la Communication non-violente
La remise du support pédagogique sur les fenêtres de JOHARI a précédé le nouveau module de formation, assuré cette fois par l’Expert National du RJMP, par Monsieur Edel Martin KABUTAKAPUA. Ce module a porté sur la communication non-violente.
Pour des raisons techniques et pédagogiques, Monsieur Edel Martin a introduit son exposé par deux phrases dont l’analyse a révélé la différence de sens. Ceci pour dire que les conflits naissent ou viennent d’une mauvaise communication. Alors que la communication non-violente est un art de vivre soi-même et avec les autres dans le but de préserver la relation, elle nous apprend comment vivre avec soi-même et avec les autres pour garder l’harmonie dans la société.
La communication non-violente comprend 4 étapes qui sont :
- L’observation du fait,
- Le sentiment éprouvé au sujet du fait observé,
- Le besoin,
- La demande.
Le feed back est un élément fondamental et incontournable de la communication et par-dessus le marché de la communication non-violente. Le médiateur des conflits est symbolisé par des grandes oreilles, des yeux grandement ouverts mais une petite bouche.
I.4.4. Exercice pratique (jonction couleur gommette et coin)
Ensuite le formateur du jour a livré les participants à un exercice énigmatique, celui de rejoindre le coin où se trouvait la même couleur que celle posée sur son front alors qu’il n’en savait rien.
Après avoir demandé les réactions de ceux qui avaient échoué (personnes mortes) et des gagnants (personnes vivantes, celles dont la couleur de la gommette mise sur leur front correspondait à la couleur du coin où ils sont allés se réfugier), Monsieur Edel Martin a posé la question de savoir ce qui les a rassurés et poussés à se diriger vers le coin où se trouvait la couleur correspondante.
Voici quelques réponses :
- Le reflexe,
- La concentration,
- L’automatisme,
- Le sixième sens,
- Le sentiment,
- La chance,
- Le calcul,
- Le hasard,
- L’interprétation des réactions des autres,
- L’imitation,
- L’amour habituel de telle couleur et le refus de telle autre
- Etc…
Quelles leçons en tirer ?
- Eviter toute distraction et rester souvent attentif à ce qui se fait autour de soi,
- Lire les signes de temps,
- Tenir compte des réactions des autres même celles des ennemis ou opposants,
- Savoir que tout notre être communique, c’est-à-dire qu’au-delà de la parole, il y a les gestes et d’autres signes qu’il faut utiliser et prendre en ligne de compte.
Par ailleurs, la réussite de la communication non-violente dans la médiation et la résolution des conflits dépend de cette double question : quelle image je me fais de moi-même et comment les autres me voient (quelle est l’image que je reflète auprès des autres ?).
I.4.5. Le départ de Monsieur Hubert du Centre pour l’Allemagne via Kinshasa et Naïrobi
Il y a lieu de noter que, bien qu’une soirée ait déjà été organisée la veille pour lui dire au revoir, Monsieur Hubert HEINDL a assisté et contribué aux travaux de la quatrième journée tout l’avant-midi. Il ne quittera le Centre qu’à 12h45’ et fut accompagné à l’Aéroport de Kananga par Messieurs Ali et Augustin TSHIMANGA, respectivement Chef de la Section des Affaires Civiles de la MONUSCO/Kananga et Permanent chargé de la Logistique du RJMP. Il sera accueilli à l’Aéroport de Kinshasa par Monsieur Exaucé KALALA, membre du RJMP/Kinshasa, qui va s’occuper aussi bien de son logement que d’autres formalités de voyage-retour le jour suivant.
I.4.6. L’analyse et la compréhension des quatre étapes de la communication non-violente
Les heures d’après-midi ont été consacrées à l’analyse et à la compréhension des 4 étapes de la communication non-violente et la différence entre l’observation et l’évaluation. Ce dernier point a fait l’objet des carrefours.
La mise en commun a révélé que c’est un exercice intéressant et exigeant.
Du reste Monsieur Ananie BIZIMANA a invité les participants à des questions de compréhension et d’éclaircissement autour du document sur la médiation.
I.4.7. Exercice pratique : chaîne de transmission d’énergie
Pour finir la journée, tous les participants, debout et en forme d’un cercle, ont formé une chaîne de transmission d’énergie positive par les mains, chacun pressant la main de son voisin de gauche ou de droite selon le rythme donné.

I.5. CINQUIEME JOURNEE : Vendredi le 3 juin 2011
I.5.1. Les exercices d’assouplissement
La journée commence par des saynètes et des exercices pour la recherche de la bonne humeur.
I.5.2. La lecture et l’adoption du rapport de la quatrième journée
Ce temps de relaxe a précédé la lecture du rapport des activités de la quatrième journée de l’Atelier qui a connu quelques amendements des participants avant son adoption par l’assemblée.
I.5.3. Les communiqués et annonces divers
Les communications diverses s’en sont suivies dont premièrement celle du Coordonnateur National du RJMP qui a demandé à tous les médiateurs en formation de programmer à partir de ces assises un calendrier des projets de retour en faveur de leurs bases ou territoires respectifs en vue de permettre à la Coordination d’en assurer le suivi.
La deuxième communication est celle de Monsieur Ananie BIZIMANA signalant le retour parmi les participants de Madame Maguy MBOYO qui a été éprouvée par le décès de sa sœur. Il profite de l’occasion pour réitérer ses condoléances les plus déférents au nom de tous les membres et participants de l’Atelier. Monsieur Ananie annonce aussi un heureux événement qui est la naissance, la nuit dernière, d’une fille dans la famille de Monsieur Edel Martin KABUTAKAPUA, Coordonnateur du RJMP. Il fait exécuter une scène traditionnelle d’élévation : toute l’assistance a soulevé et ovationné l’heureux père avec chansons et danses de joie.
I.5.4. Les exercices pratiques sur la résolution de conflits
La formation de ce jour a été exclusivement pratique. Elle a consisté en l’initiation des membres participants à la résolution des conflits de divers ordres (succession, pouvoir coutumier, conflit de valeurs, conflit familial, etc.)
Cinq groupes constitués en carrefours ont imaginé chacun une scène de conflit entre 2 parties et la médiation assurée par une tierce personne. Cet exercice a dégagé la maîtrise et les lacunes des participants dans la résolution des conflits.
I.5.5. Le Projet-Retour
La deuxième activité principale du jour a consisté à donner aux participants le schéma pour le projet retour. Ainsi il sera demandé à chaque participant d’initier un projet (provisoire) pour voir s’il répond au schéma indiqué et sur ce, la séance a été levée et il était 16h30’ avant que l’on ne procède à la distribution des T-shirts et des képis qui est intervenue jusqu’à 18h00.
I.6. SIXIEME JOURNEE : samedi le 4 juin 2011
I.6.1. Les exercices d’assouplissement
La journée commence par des saynètes et exercices pour la recherche de la bonne humeur.
I.6.2. La présentation des projets retour par délégation
Chaque délégation (deux personnes par territoire et cinq par ville) a présenté son projet-retour à l’Assemblée avant que celle-ci ne soit invitée à évaluer l’Atelier.
I.6.3. Le questionnaire d’évaluation de l’atelier
L’évaluation a eu lieu au niveau de chaque participant invité à ne pas mettre son nom sur le papier. Au total, 29 participants sur les 36 ont répondu au questionnaire ci-dessous :
1) Durant cet atelier qu’est-ce qui vous a plu le plus ?
2) Qu’est-ce qui vous a manqué ?
3) Qu’est-ce que vous souhaiterez pour la prochaine fois ?
4) Quel est l’élément le plus important que vous prenez avec vous à l’issue de cet atelier ?
I.6.5. Le résumé de l’évaluation de l’atelier par les participants
Sans commentaires ni opinion des organisateurs, nous donnons les réponses des participants.
N.B. Il y a lieu de mentionner que dans ces réponses, étant donné que l’évaluation a été faite sous forme anonyme afin de permettre aux participants de s’exprimer librement, le masculin est utilisé sans discrimination.
1) A la première question (qu’est-ce qui vous a plu le plus ?)
• 21 participants sur les 29 soumis à l’évaluation, soit 72,41%, apprécient le contenu de l’atelier, la qualité de la matière dispensée et des facilitateurs, les thèmes développés et surtout la méthodologie adoptée par les facilitateurs ;
• 4 participants déclarent avoir été touchés par l’accueil qui leur a été réservé et le climat qui a caractérisé le travail durant le déroulement dudit atelier ;
• 4 évaluateurs disent avoir été marqués par les nouvelles connaissances acquises et les nouvelles relations qu’ils ont développées entre les participants voire avec les facilitateurs et l’organisateur grâce au présent atelier ;
• 4 évaluateurs apprécient la cohésion du groupe formé, la bonne collaboration, l’attention soutenue et la participation active des participants aux travaux de l’atelier ;
• 3 participants ajoutent aux qualités des facilitateurs et de l’organisateur le dynamisme, la performance, le pragmatisme et la modestie dans leur attitude et leur comportement général ;
• Pour un participant, l’atelier est pour lui un motif de fierté car c’est sa toute première fois d’assister à une session animée de la façon peinte ci-haut et par les experts internationaux ;
• Un participant témoigne qu’il vient de franchir une étape très importante dans l’élaboration des projets grâce à l’initiation sur le Projet-Retour ;
• Un évaluateur reste marqué par la découverte de l’ONG RJMP et par sa façon d’organiser les activités ;
• Enfin, un participant trouve un plaisir dans les exercices de réveil exécutés chaque jour avant le début des travaux proprement dits.

2) A la question de connaître ce qui leur a manqué, les participants répondent de la manière que voici :
• 7 participants n’ont pas apprécié la qualité des services internes leur offerts par le Centre surtout dans les chambres (pas d’éclairage la nuit, …) ;
• 6 évaluateurs sur les 29 ne trouvent pas quelque chose qui leur a manqué ;
• 6 autres participants déclarent avoir été touchés par le vol de la moto appartenant à l’un de leurs collègues durant le déroulement de l’atelier et au Centre où ils ont été logés ;
• 4 formés auraient voulu un perdiem consistant et une prise en charge totale de tous les frais engendrés par et durant leur transport ;
• Un évaluateur mentionne sa sensibilité aux remarques lui faites par une hôtesse du RJMP lors de la restauration, le dérangement dans la salle venant du bébé d’une participante et le non-respect, l’avant dernier jour de l’atelier, du contrat établi entre les participants et l’organisateur (le relâchement constaté, le retentissement des téléphones, …) ;
• Compte tenu de la profondeur de la matière et de la façon dont celle-ci a été dispensée, un participant n’a pas apprécié la durée de six jour accordée à l’atelier qu’il considère comme insuffisant et court ;
• Un participant reproche à l’organisateur et à l’hôtelier de n’avoir pas pensé à la disponibilisation des agents de sécurité pour protéger les participants et leurs biens ;
• Un évaluateur n’a pas apprécié le fait que l’horaire des travaux de l’atelier se aille jusqu’à 18 heures.
3) Qu’est-ce que vous souhaiterez pour la prochaine fois ?
• 6 évaluateurs suggèrent que le dispositif sécuritaire soit budgétisé et assuré ;
• 6 participants demandent à l’organisateur et à ses partenaires non seulement d’intensifier ce genre d’atelier mais aussi de descendre avec la même formation dans les territoires ;
• 2 évaluateurs sollicitent la prise en charge totale du transport des participants et l’allocation d’un perdiem consistant à chacun d’eux ;
• 2 participants conseillent à l’organisateur et ses partenaires de faire le suivi de l’atelier, de prendre en charge le Projet-retour de chaque délégation et de réaliser leurs promesses quant à la mise sur pied des noyaux locaux des médiateurs et bâtisseurs de paix ainsi que la dotation d’un vélo à chaque noyau local ;
• Un participant demande au Centre Tshipanda (l’hôtelier) d’éclairer les chambres où il loge les gens ;
• Un évaluateur demande au RJMP d’inscrire à son calendrier (lors des pareilles formations) un temps d’écoute des doléances de ses membres ;
• Un autre souhaite à ce que tous les participants et les organisateurs soient internés au même endroit afin de favoriser la convivialité ;
• Un participant suggère que les travaux s’arrêtent à 17 heures au lieu de 18 heures et un autre conseille d’afficher, à l’entrée de la salle de réunions, la liste des participants internés et leurs numéros de chambres ;
• Un évaluateur demande au RJMP de faire plus que ce qu’il vient de faire en réussissant son atelier tandis qu’un autre conseille à l’organisateur de tenir compte du régime alimentaire particulier de certains participants et de veiller à l’amélioration du service culinaire.

4) Quel est l’élément le plus important que vous prenez avec vous à l’issue de cet atelier ?
• 19 évaluateurs ramènent chez eux la formation, les connaissances de haute facture dans le domaine de gestion et résolution de conflits et pour cela, ils promettent la restitution fidèle de la formation à la base et remercient l’organisateur qui a pensé à eux en les invitant ;
• 5 participants ramènent chez eux de nouvelles relations d’amitié et la copie de l’organisation des assises, de la cohésion du groupe ;
• 3 évaluateurs disent s’être bien inspirés de la méthodologie des experts ;
• Un participant dit ramener chez lui son Projet-Retour élaboré et un espoir de solutions aux conflits qui minent sa contrée ;
• Un autre estime que le module sur la communication non-violente et la fenêtre de Johary constitueront une réponse aux conflits de son milieu. Pour lui, la mauvaise communication était source de plusieurs difficultés et de faux conflits ;
• Un évaluateur déclare ramener chez lui la formation et sa détermination pour la sensibilisation de ses concitoyens à la culture de la paix ;
• Un participant annonce ramener chez lui l’expérience partagée par ses collègues, la simplicité des formateurs et l’approche méthodologique utilisée par ceux-ci.
I.6.6. La clôture symbolique de l’atelier par les facilitateurs et les participants

Avant de se rendre à la MONUSCO/Kananga pour le cérémonial de la clôture officielle de l’atelier, les participants sous la conduite des deux facilitateurs (Monsieur Ananie BIZIMANA et Edel Martin KABUTAKAPUA) ont organisé à leur niveau une cérémonie de clôture symbolisée par une corde de solidarité et de transmission d’énergie positive entre les membres. Cette activité d’au revoir a été suivie par la remise des statuettes d’une girafe, symbole de la communication non-violente à utiliser dans toute médiation et résolution des conflits.
I.6.7. Cérémonie de clôture officielle
Celle-ci a connu 7 temps forts qui se sont suivis successivement de manière suivante : lecture du rapport général de l’atelier par le Secrétariat, la présentation d’une Saynète par les participants, la lecture du mot des participants par une participante, le mot de circonstance du Coordonnateur National du RJMP, la remise symbolique des vélos à un participant par le Représentant de l’Autorité Provinciale empêchée, la remise des certificats aux participants par les 3 personnes (le Représentant du Gouverneur de Province, le Représentant du Chef de Bureau de la MONUSCO et Coordonnateur National du RJMP) et le mot de clôture officielle de l’atelier par le Représentant de l’Autorité Provinciale du Kasaï Occidental.
Commencée à 14h00’, la cérémonie de clôture officielle a pris fin à 16 h 30’ après la chanson de l’Hymne National et le cocktail servi aux invités et aux participants.
I.7. SEPTIEME JOURNEE : dimanche le 5 juin 2011
L’atelier de formation des formateurs des médiateurs et bâtisseurs de paix a été clôturée définitivement par une messe demandée et dite en la Paroisse universitaire Saint Marc de Kananga avant que les participants ne prennent un verre ensemble et un répas en signe de séparation.

ANNEXES

Annexe 1 :

Réseau « Jeunes dans le Monde pour la Paix Young Network in the World for Peace

ONG des Droits de l’Homme – « RJMP » - Human Rights NGO
Personnalité Juridique : Arrêté Ministériel N° 042/CAB/MIN/J/2006 du 15 mars 2006
COORDINATION NATIONALE

 Programme de l’Ouverture Officielle

Lundi le 30 mai 20111, à la MONUSCO/Kananga
 De 8 h00 -9h00 : Arrivée de tous les invités
 9h 20’ : Arrivée de S.E. M. le Gouverneur de Province
 9H25’ : Hymne National
 9H30’ : Mot de circonstance du Coordonnateur National/RJMP
 9h40’ : Mot du Chef de Bureau de la MONUSCO
 9h45 : Mot du Directeur de l’Université de Paix & APTE
 9h50’ : Mot d’Ouverture Officielle par Son Excellence Monsieur le Gouverneur de la
Province du Kasaï Occidental
 10h00-10h30 : Cocktail aux invités

Fait à Kinshasa, le 18 mai 2011
LE Coordonnateur National

Annexe 2 :
MOT DU COORDONNATEUR NATIONAL DU RESEAU JEUNES DANS LE MONDE POUR LA PAIX, A L’OCCASION DE L’OUVERTURE DE L’ATELIER DE FORMATION DES FORMATEURS ET BATISSEURS DE PAIX, LUNDI LE 30 MAI 2011.
 Excellence Monsieur le Gouverneur de Province
 Honorable Président de l’Assemblée Provinciale du Kasaï Occidental
 Monsieur le Chef de Bureau de la MONUSCO/Kananga
 Distingués Invités
 Mesdames, Messieurs (tout protocole observé)
Au nom du Conseil d’administration du Réseau Jeunes dans le Monde pour la Paix (RJMP en sigle), je tiens avant toute chose à exprimer à Son Excellence Monsieur le Gouverneur de Province mes respectueuses salutations. Qu’il me soit permis, en cette circonstance, de lui transmettre mes sincères remerciements pour avoir accepté d’honorer de sa présence cette cérémonie.
Je saisis cette même opportunité pour saluer l’Honorable Président de l’Assemblée Provinciale ainsi que tous les invités ici présents, à qui j’exprime par ailleurs ma profonde gratitude d’avoir disponibilisé de leur temps pour marquer de leur présence cette cérémonie.
Je salue tout particulièrement Messieurs Ananie BIZIMANA et Hubert HEINDL, deux expertsde l’Université de Paix en Afrique basée en Allemagne, à qui je souhaite un agréable séjour à Kananga. Je les remercie de tout cœur pour avoir fait le déplacement de Kananga afin d’animer l’atelier qui s’ouvre dans un instant.
 Excellence Monsieur le Gouverneur de Province,
 Honorable Président de l’Assemblée Provinciale du Kasaï Occidental,
 Monsieur le Chef de Bureau de la MONUSCO/Kananga,
 Distingués Invités,
 Mesdames, Messieurs (tout protocole confondu)
Nous le savons tous, depuis plus d’une décennie, notre Pays est confronté à des nombreux conflits qui freinent indubitablement son développement. Qu’il nous souvienne le douloureux conflit qui a déchiré les deux principales éthnies de l’Ituri, les Hema et les Lendu.
Qu’il nous souvienne aussi les conflits armés qui, aujourd’hui encore endeuillent nos compatriotes dans les deux Kivu, lesquels conflits sont entretenus par des bandes armées dont la résistance inquiète surtout en raison de son impact négatif sur le développement de la République Démocratique du Congo.
Ce fléau, Excellence, Mesdames et Messieurs, n’a pas épargné le Kasaï Occidental, notre Province. Nous le savons tous, des conflits de pouvoir coutumier, tout comme des conflits fonciers minent la quasi-totalité des territoires de notre Province. Je puis me permettre de rappeler aussi le long conflit limitrophe qui oppose les deux provinces sœurs du Kasaï.
Les effets pervers de tous ces conflits sont connus : destruction des cultures et des biens, déplacement des personnes, perte des vies humaines, viols, etc. Tout cela, Excellence, Mesdames et Messieurs, n’est pas de nature à impulser le développement auquel nous, Congolais, aspirons depuis l’accession de notre Pays à l’indépendance. Bien au contraire, les conflits qui déchirent botre société aggravent la pauvreté contre laquelle nous devrions pourtant mobiliser toutes nos énergies.
Ainsi, tout en saluant les efforts des pouvoirs publics, tant au niveau national qu’au niveau provincial pour le rétablissement de la sécurité et de la paix, le Réseau Jeunes dans le Monde pour la Paix a cru devoir apporter sa contribution aux efforts de recherche d’une solution durable aux conflits au Kasaï Occidental en particulier et en République Démocratique du Congo en général.
C’est dans cette perspective que s’inscrit l’initiative de l’Atelier de formation des formateurs et bâtisseurs de la paix qui se tiendra du lundi 30 Mai au samedi 04 Juin 2011. Cette formation vise à offrir aux participants séléctionnés des connaissances théoriques et thechniques (pratiques) en matière de résolution pacifique des conflits. Le contenu des matières de formation a été conçu dans cette optique. Le Réseau Jeunes dans la Monde pour la Paix espère ainsi former des médiateurs capables non seulement de réconcilier les parties en conflits, mais aéussi de prévenir ce fléau là où il menace d’exploser.
De cette manière, le Réseau Jeune dans la Monde pour la Paix espère, à plus ou moins brève échéance, réduire les conflits au Kasaï Occidental et en atténuer l’impact négatif sur notre développement, contribuant ainsi aux efforts des Gouvernements central et provincial de rétablir la paix et la sécurité durable en Répuvlique Démocratique du Congo et plus particulièrement dans notre Province.
« Aux grands maux, grands remèdes », nous enseigne une sagesse. Les conflits ont pris chez-nous la forme d’un taureau enragé que nous devons prendre rapidement par les cornes afin d’en éviter les ravages.
C’est pourquoi le Réseau Jeunes dans le Monde pour la Paix a dû recourir à l’Université de Paix et à l’APTE, qui ont bien voulu mettre à sa disposition deux experts de très haut niveau, en l’occurrence Messieurs Ananie BIZIMANA et Hubert HEINDL. Je connais la grande expérience de ces deux experts en matière de conflits et d’organisation des sessions à travers l’Afrique. Depuis que je les ai connus au Tchad, en 2007, nous vivons en amis, et nous cheminons ensemble. Puissiez-vous, Excellence, Mesdames et Messieurs, m’autoriser à vous les présenter.

 Excellence Monsieur le Gouverneur de Province,
 Honorable Président de l’Assemblée Provinciale du Kasaï Occidental,
 Monsieur le Chef de Bureau de la MONUSCO/Kananga,
 Distingués Invités,
 Mesdames, Messieurs (tout protocole observé),
Avant de clore ce propos, j’aimerais solliciter le concours des autorités politiques, administratives, militaires et policièrespour un climat de paix et de sécurité favorable au déroulement des assises qui s’ouvrent dans un instant. Qu’elles trouvent par avance l’expression de ma profonde reconnaissance.
Je vous remercie.

Annexe 3 :
MOT DU CHEF DE BUREAU DE LA MONUSCO KANANGA A L’OCCASION DE LA CEREMONIE D’OUVERTURE DE L’ATELIER DE FORMATION DES FORMATEURS DES MEDIATEURS ET BATISSEURS DE PAIX

 Son Excellence Monsieur le Gouverneur de Province,
 Distingués membres du Conseil Provincial de Sécurité,
 Monsieur le Coordonnateur du RJMP,
 Distingués invités, en vos rangs et qualités respectives,
 Chers collègues,
Nous sommes honorés de vous recevoir dans nos locaux pour la cérémonie d’ouverture de l’atelier de formation des formateurs des médiateurs et bâtisseurs de paix.
Notre plaisir est d’autant plus grand que cet atelier coïncide avec la célébration de la Journée des casques bleus ce dimanche 29 mai 2011. Comme nous le savons tous, à travers le monde des femmes et des hommes de tous les pays parcourent la terre, particulièrement à travers les opérations de maintien de la paix des Nations Unies, pour l’instauration de la paix et parfois au péril de leurs vies.
A la création de la MONUC, l’objectif du Conseil de la Sécurité des Nations Unies et des autorités de la République Démocratique du Congo était l’instauration d’une paix définitive dans notre pays. Cet objectif est demeuré avec le remplacement de la Monuc par la Monusco.
La paix, faut-il le rappeler, est un droit humain, il (sic) est le socle de notre épanouissement et la base pour le développement.
C’est dire, Mesdames, Messieurs, les futurs formateurs des médiateurs et bâtisseurs de paix, que vous avez une mission noble. A travers vous, nous osons espérer que les efforts des autorités provinciales, accompagnés par la Monusco, auront un nouveau partenaire fiable et efficient pour la stabilisation de notre province.
Même si notre province est loin de vivre la crise qui sévit dans l’est du pays, nous enregistrons au quotidien des conflits de terres, coutumiers et autres. Il en résulte des déplacements temporaires de population, des cases et maisons brûlées et malheureusement des morts et des viols des femmes. Ces conflits constituent ainsi un frein pour le développement de la province.
Par ailleurs, nous sommes entrés de plein pied dans le processus électoral avec la Révision du fichier électoral en cours dans notre province. Même s’il ne reste officiellement que quelques jours pour la clôture de cette opération, je ne saurais ne pas vous demander de sensibiliser notre population pour booster le nombre d’inscrits dans la province et particulièrement dans la Ville de Kananga.
Le processus électoral, étape fondamentale pour la consolidation de la démocratie, est parfois sources de tension et de conflits. Il vous appartiendra d’anticiper ces crises en participant à l’éducation des acteurs politiques et des populations à la culture de la paix.
Chers participants, c’est juste pour dire que votre implication en tant que médiateurs dans la quête de la paix, aux côtés des structures étatiques et de la société civile existante, devrait permettre d’éliminer les conflits dans notre société.
 Excellence Monsieur le Gouverneur de Province,
 Mesdames, Messieurs en vos rangs et qualités respectives,
Je voudrais, encore une fois, réitérer la disponibilité de la MONUSCO à continuer à accompagner le Gouvernement provincial et l’ensemble des forces vives pour la stabilisation de notre province.
C’est sur cette note que je termine mon propos et vous remercie de votre aimable attention.
Kananga, 30.05.2011.

Annexe 4 :
MOT DE MONSIEUR HUBERT HEINDL, DU DIRECTEUR DE L’APTE (ANIMATION DE PROJETS, TRANSFERT DE COMPETENCES ET EVALUATION).

 Chers Amis responsables de notre Partenaire RJMP
 Chers Représentants du Bureau de MONUSCO qui accueille notre cérémonie d’ouverture aujourd’hui,
 Cher Excellence Monsieur le Ministre représentant ses Excellences les Gouverneurs du Kasaï Occidental,
Je vous souhaite la paix, the Peace, Shalom, Yafrice samitosh.
Nous avons baptisé, vous avez baptisé et nommé cet atelier qui est devant nous « Tous et tout pour la paix et les Droits de l’Homme ». Imaginez-vous, c’est quel engagement et c’est quel défi que vous avez choisis pour nous et pour notre formation ! Mais pour votre vie, pour votre travail des bâtisseurs de paix ? Nous, les formateurs de l’APTE et de l’Université de Paix en Afrique, nous sommes très heureux de vous rejoindre ici et d’amener nos expériences et nos compétences pour enrichir, pour approfondir et encourager votre engagement, votre travail des bâtisseurs de paix dans vos communautés respectives.
Notre mission se joigne à la vôtre, je suis sûr, ça veut dire que le développement et la paix ne se construisent qu’avec l’Homme, par l’Homme et en l’Homme. Alors, c’est ça qui nous pousse de parcourir, comme formateurs de paix, toute l’Afrique et maintenant particulièrement la République Démocratique du Congo et la Province du Kasaï Occidental.
Le projet qui nous amène et qui nous lie avec les partenaires du RJMP s’appelle « Université de Paix en Afrique ». Nous avons eu la joie d’accueillir justement notre cher frère Edel Martin dans la session annuelle de 2007 au Tchad, dans cette formation des universitaires je m’excuse si on peut le dire, des bâtisseurs de paix avec connaissances approfondies. Nous avons compris son engagement et nous avons compris l’engagement de la Structure derrière lui pour prévenir les conflits, pour prévenir les violences et pour guérir et résoudre les tensions et les violences.
C’était en 2007 où Il a promis à l’ensemble du Campus de cette Université réunie, de faire un Projet de Retour multiplicateur de son acquisition des compétences, des connaissances et de construction de la paix. Alors, imaginez-vous la joie comment c’est une joie pour nous personnellement et pour notre Structure APTE et Université de Paix de voir aujourd’hui l’inauguration de cette réalité de son projet de retour ; d’inviter, dans le Réseau des Jeunes dans le Monde pour la Paix, vous les délégués de différentes régions pour apprendre et pour vous former dans le même sens !
Et cette multiplication de la paix, de la construction de la paix va se faire par vous, avec vous et en vous les bâtisseurs de paix et les délégués de différentes régions. Et de vous envoyer à la fin de la semaine comme vrais bâtisseurs de la paix dans vos communautés.
Pour terminer ce mot, nous sommes arrivés en RDC samedi matin : on est bien encadré, on est bien arrivé et accueilli, c’est-à-dire qu’on a toutes les dispositions maintenant de se lancer dans cette formation de transfert des compétences. Je remercie alors pour cet accueil déjà le mouvement RJMP et surtout aussi les autorités de la Province qui nous ont bien accueillis ce matin et qui ont disponibilisé de leur temps pour venir ouvrir officiellement cet atelier et nous lancer dans ce travail et dans ce défi de la paix
La paix soit avec vous.
Merci

Annexe 5 :
MOT DE L’OUVERTURE DE L’ATELIER DE FORMATION DES FORMATEURS DES MEDIATEURS ET BATISSEURS DE PAIX PAR LE MINISTRE PROVINCIAL DE L’INTERIEUR, REPRESENTANT PERSONNEL DU GOUVERNEUR DE PROVINCE EMPECHE.

 Monsieur le Coordonnateur National du RJMP
 Monsieur le Chef du Bureau de la MONUSCO/Kananga,
 Messieurs les formateurs de l’Université de Paix en Afrique,
 Chères participantes et chers participants ;
 Distingués invités
Qu’il me soit permis, avant toute chose, de remercier le Réseau « Jeunes dans le Monde pour la Paix » d’avoir songé à l’organisation de l’atelier sur la formation des formateurs des médiateurs et bâtisseurs de paix dans la Province du Kasaï occidental.
Nous remercions aussi Monsieur Hubert HEINDL et Monsieur Ananie BIZIMANA- formateurs, conseillers et consultants indépendants en développement organisationnel et en gestion-résolution de conflits- qui ont daigné accepter l’invitation de venir en République Démocratique du Congo et plus particulièrement pour, la toute première fois dans la Province du Kasaï Occidental, assurer cette formation sur les conflits.
Très chers participants, vous remarquerez que le temps s’annonce bien au Kasaï Occidental avec l’élection à la tête de la Province d’un esprit de développement dans le chef de Monsieur Hubert KABASUBABU Katulondi, Gouverneur de Province, dont la méthode de gestion est axée sur la participation citoyenne des Ouest-Kasaïens au développement de notre province.
Du Forum agricole au Forum de l’économie, aujourd’hui nous sommes à la recherche de la paix dans la gestion de conflits.
Tous les participants sont d’avis avec moi qu’en République Démocratique du Congo, la Province la plus conflictuelle est celle du Kasaï Occidental : on se tue pour le champ, on se tue pour des puits de diamant, on se tue pour des limites voies, des villages et des parcelles, on se tue pour les conflits de pouvoir coutumier et on se tue pour rien !
Alors qui peut donner la paix à notre Province ? Qui peut sauver le Kasaï occidental ? Nous estimons que, inspiré par cet esprit de développement de la Province du Kasaï Occidental, j’ai cité Hubert KABASUBABO, que vous jugez à l’œuvre. Si les formés d’aujourd’hui, s’initient à sa spiritualité, guidée par l’amour, la joie, la foi, les actes et l’organisation qui ont développé d’autres nations, la paix reviendra au Kasaï Occidental. Qui se développe avec un esprit managérial.
Par la paix et avec la paix, lorsque le colonisateur est arrivé chez nous, il nous a trouvés en voie de développement, je dis bien en voie de développement. Nos ancêtres avaient découvert le feu, l’élément moteur du développement. Ils ont découvert les métaux qu’ils ont transformés en produits finis : la houe que nous avons aujourd’hui, la machette, hache. Avec la paix, nous avions notre moyen de communication qui est le tam-tam et nous avions notre monnaie. La paix, la paix, la paix !
Avec la paix, nous pouvons rentrer à la case du départ créer comme nos ancêtres. Mais qui peut donner la paix à la Province du Kasaï Occidental ? Très chers participants, le Réseau « Jeunes dans le Monde pour la Paix » est notre chien de chasse (Mbua wa dita). Vous connaissez tous le rôle que joue le chien de chasse quand il part seul à la chasse, s’il attrape le gibier, il le ramène juste au propriétaire, son propriétaire (acclamation par l’auditoire).
Ce chien de chasse, Réseau « Jeunes dans le Monde pour la Paix » nous amène ceux qui formé les combattants d’autres cieux sur la paix. Et après cette formation, j’estime que vous allez restituer à qui de droit le message vous transmis par eux.
Et avec espoir, que vous étiez actifs au nom de Son Excellence Monsieur le Gouverneur de Province, Hubert KABASUBABO Katulondi, je déclare ouverts les travaux de l’Atelier sur la formation des formateurs des médiateurs et bâtisseurs de paix » au Kasaï Occidental.
Et je vous remercie.

ANNEXE 6: PROGRAMME DE LA CLOTURE DE L’ATELIER
Samedi le 04 juin 2011 à la MONUSCO/Kananga
 13 h-14h 00 : Arrivée des invités
 14 h 20’ : Arrivée de S.E. M. le Gouverneur de Province
 14 h 25’ : Lecture du Rapport Général de la formation
 14 h 45’ : Sketche/théâtre de la formation par les participants
 15 h 00’ : Mot des participants
 15 h 05’ : Mot de circonstance du Coordonnateur National/RJMP
 15 h 25’ : Mot de clôture Officielle par Son Excellence Monsieur le
Gouverneur de la Province du Kasaï Occidental
 15 h 45’ : Hymne national
 15 h 50’ : Cocktail aux invités
Fait à Kinshasa, le 18 mai 2011

=/= Edel Martin KABUTAKAPUA =/=
Coordonnateur National

ANNEXE 7 : MOT DES PARTICIPANTS A L’ATELIER

 Excellence Monsieur le Ministre de l’Intérieur représenté,
 Monsieur le Chef de Bureau de la MONUSCO/Kananga
 Monsieur le Coordonnateur National du RJMP
 Messieurs les Formateurs
 Distingués invités,
 Très chers participants

Tout est bien qui finit bien, dit-on.
A l’occasion de la clôture solennelle de l’Atelier de formation des formateurs des médiateurs et bâtisseurs de paix venus de deux villes et de dix territoires qui constituent la Province du Kasaï Occidental sans oublier nos collègues venus des Provinces de l’Equateur et du Kasaï Oriental, nous nous faisons, au nom de tous les participants, cet agréable devoir de remercier les organisateurs qui, au regard des réalités et de la situation des Droits de l’Homme dans notre pays, ont choisi ce thème.
En effet, six jours durant, les participants ont suivi avec intérêt les modules de formation dispensés par les experts internationaux, notamment Messieurs Hubert HEINDL et Ananie BIZIMANA, venus de l’Allemagne. Ils ont concentré leurs efforts sur portant sur la paix à rechercher partout et pour tous dans un esprit empathique quand bien même cette recherche de paix apparaît comme une aventure. Vouloir la paix n’est pas éliminer les conflits car ils font partie de l’existence de la vie humaine et sont même facteurs de développement si l’on applique et respecte les étapes d’une communication non-violente et de la médiation.

 Excellence Monsieur le Ministre de l’Intérieur ici représenté,
 Monsieur le Chef de Bureau de la MONUSCO/Kananga
 Monsieur le Coordonnateur National du RJMP
 Messieurs les Formateurs
 Distingués invités,
 Chers participants
Il est vrai que nous venons d’être formés comme formateurs et médiateurs de paix mais la solution aux conflits appartient aux parties concernées. Dans cette lourde tâche d’accompagnement des protagonistes pour le rétablissement des relations et pour la réussite de ce projet dans nos milieux respectifs, nous avons besoin de votre appui tant matériel, financier que technique.
Que dire encore si ce n’est qu’exprimer notre reconnaissance et satisfaction à tous ceux qui, de loin ou de près, ont contribué à la réalisation et surtout à la réussite de cet atelier. Que tous se sentent remerciés et félicités au nom du ciel et de tous ceux qui seront bénéficiaires de ces travaux. Nous manifestons notre attachement patriotique et notre sens de servir nos frères et sœurs victimes des conflits déshumanisants.
Que vive le RJMP
Que vive le Kasaï Occidental
Je vous remercie.
Fait à Kananga, le 04 juin 2011

Pour les Participants dont la liste ci-dessous

Sr Jacqueline MULUMBA KANKU
Représentante

Annexe 8: Echantillon de la liste des participants
ANNEXE 9: ECHATILLON DU CERTIFICAT DE PARTICIPATION

ANNEXE 10:

Réseau « Jeunes dans le Monde pour la Paix Young Network in the World for Peace

ONG des Droits de l’Homme – « RJMP » - Human Rights NGO
Personnalité Juridique : Arrêté Ministériel N° 042/CAB/MIN/J/2006 du 15 mars 2006
COORDINATION NATIONALE

MOT DE CIRCONSTANCE DU COORDONNATEUR NATIONAL DU RESEAU JEUNES DANS LE MONDE POUR LA PAIX (RJMP), MONSIEUR EDEL MARTIN KABUTAKAPUA WA TSHIBUABUA, PRONONCE KANANGA, LE 04 JUIN 2011, A L’OCCASION DE LA CLOTURE DE L’ATELIER DE FORMATION DES FORMATEURS DES MEDIATEURS ET BATISSEURS DE PAIX »

 Excellence Monsieur le Gouverneur de la Province du Kasaï Occidental ici représenté
 Messieurs les Membres du Conseil Provincial de Sécurité,
 Monsieur le Chef de Bureau de la MONUSCO/Kananga
 Monsieur Ananie BIZIMANA, Facilitateur de l’APTE et partenaire du RJMP
 Monsieur l’Abbé Président du Conseil d’Administration du RJMP
 Distingués invités, Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, chères participantes et participants
Tout protocole observé
Au moment où les lampions s’éteignent sur « l’Atelier de formation de formateurs des médiateurs et bâtisseurs de paix », la Coordination Nationale du Réseau Jeunes dans le Monde pour la Paix (RJMP en sigle), tous ses organes et moi-même nous nous faisons le devoir de remercier toutes celles et tous ceux qui, de près ou de loin, ont rendu possible la matérialisation de cet atelier.
Je pense particulièrement à la Délégation de l’Union Européenne en RDC et à APTE (Animation de Projets, Transfert de compétence et Evaluation notre partenaire basé en Allemagne pour avoir respectivement financé et animé cet atelier. Nous attribuons une mention spéciale à Messieurs Hubert HEINDL et Ananie BIZIMANA, pour le trajet Allemagne-Kananga en passant par Kigali, Naïrobi et Kinshasa en vue de cofaciliter avec haute compétence ledit atelier.
Je remercie aussi les hautes autorités provinciales du Kasaï Occidental pour toutes les facilités qu’ils ont accordées et pour leur disponibilité à l’ouverture et à la clôture de cet atelier.
J’exprime ma profonde gratitude à Monsieur le Chef du Bureau de la MONUSCO/Kananga et ses collaborateurs ainsi qu’à Madame Chef de la Section des Affaires Civiles de la MONUSCO/Bandaka respectivement pour avoir disponibilisé ce beau cadre qui nous a servi de salle d’ouverture et de clôture et pour avoir facilité le déplacement à Kananga de nos délégués du Bureau de Représentation du RJMP/Equateur. Nous avons noté les encouragements, les appuis divers et les assurances de Monsieur le Chef de Bureau de la MONUSCO Kananga, de certains de ses collaborateurs dont le Chef de la Section des Affaires Civiles et Maître Alain KATETA.
Je me fais le devoir d’exprimer ma reconnaissance à tous mes collaborateurs directs membres et conseillers du RJMP qui ont coordonné et tenu le secrétariat, la modération de cet atelier. Je pense ici à Monsieur l’Abbé Crispin Tshibangu, l’Abbé Jean-Baptiste KANKU, l’Expert-Comptable Alidor KAPUKU Muamba Buyi, le Permanent Augustin TSHIMANGA wa Mpongo, Trudon NTUMBA Kabeya, Révérend Frère Adolphe BOPE Bope, Papa Hippolyte BIDUAYA et les autres.
Que les participants, pour leur assiduité et leur activité remarquée lors de l’assistance aux conférences et aux débats, ainsi que les mamans, pour la haute qualité de leurs services culinaires, trouvent ici l’expression des remerciements sincères du RJMP.
 Excellence représenté, Distingués invités, Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,
Tout protocole observé,
Dans quelques minutes, l’Atelier de formation des formateurs des médiateurs et bâtisseurs de paix qui a commencé depuis lundi 30 mai 2011à ce jour aura vécu.
Notre atelier aura le mérite de n’avoir pas connu de report quant aux prévisions, d’avoir réuni et couvert tous les dix territoires et les deux villes de la Province du Kasaï Occidental, fait déplacé les experts internationaux de l’APTE à travers leur programme de l’Université de Paix en Afrique. Experts très sollicités non seulement à travers l’Afrique mais le monde entier.
A travers les communications, les jeux et divers exercices durant le déroulement de notre atelier, j’ai été très satisfait de voir les délégués de différents coins de la RDC transformés ! Ils vont rentrer chez eux non pas comme ils étaient venus.
 Excellence représenté, Distingués invités, Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,
Tout protocole observé,
Dans son Message Pontifical à l’occasion de la Journée Mondiale de la Paix 1975, le Pape Paul VI avait prévenu, je cite : « La paix n’est pas une utopie. Elle est une réalité heureuse pour des millions d’êtres humains. Elle est aussi un espoir, un chantier où d’innombrables bâtisseurs s’activent […] »- fin de citation. Plus loin dans le même message, le Souverain Pontife ajoutait, je cite : « La paix doit être faite, elle doit être continuellement engendrée et produite […] Les institutions mêmes qui, sur le plan juridique et dans le concert des nations – ont pour rôle- et ont le mérite de proclamer et de conserver la paix, n’atteignent le but prévu que si elles sont continuellement à l’œuvre, si elles savent à chaque instant engendrer la paix, faire la paix […] Les hommes succèdent aux hommes, les générations aux générations. Même si aucun changement ne se produisait dans les institutions juridiques et historiques existantes, il faudrait quand même œuvrer continuellement pour éduquer l’humanité à rester fidèle aux droits fondamentaux de la société : ces derniers doivent demeurer et guideront l’histoire pendant un temps infini […] » - fin de citation.
C’est à cette tâche que s’active, jour et nuit, le travail et les méthodes de travail du RJMP, la Communauté Européenne notre partenaire financier, APTE avec son Programme de l’Université de Paix en Afrique, l’Organisation des Nations Unies à travers la MONUSCO/Kananga, Pax Christi International dont le RJMP est membre et tant d’autres organisations de défense des droits de l’Homme et de promotion de paix. C’est dans cette perspective que s’est inscrit précisément le projet « Noyaux locaux des médiateurs et bâtisseurs de paix » et diverses semaines de paix tenues annuellement par le RJMP depuis 2005 à ce jour au tour des thèmes parlant comme : « Pardon et Réconciliation pour une paix durable dans la Région des
Grands Lacs en 2005» ; «Le plus beau métier de l’homme c’est d’unir les hommes, de faire la paix en 2006» ; « La paix est possible, construisons-la en 2007» « Ce qui nous unit est plus fort que ce qui nous divise en 2008» ; « Désarmons nos cœurs et protégeons notre environnement en 2009» ; « « Bâtissons la Paix, condamnons la haine en 2010»...
La tâche de la paix, on le sait, est ardue, si ardue que d’aucuns la considèrent comme utopique. Comme vous pouvez le constater, ces propos sont encore d’une brûlante actualité. La paix est un processus de longue haleine. Et c’est certainement pour cette raison, mais aussi puisqu’il rend espoir aux traumatisés dont le nombre va sans cesse croissant que « unir les hommes » et « faire la paix » méritent d’être regardés comme « le plus beau métier ».
Aimables participantes et participants,
Vous venez de recevoir des informations et des stratégies de très haut niveau, non pas pour aller orner vos tiroirs, mais pour aller sauver des âmes en détresses, de vies menacées, des hommes et femmes désespérés. Vous êtes des « faiseurs de paix ». Vous avez le devoir d’accomplir votre tâche partout où la nécessité s’impose en vue de sauver ceux qui peuvent encore l’être. Vous réussirez, si vous considérez les victimes et si vous les aimez comme vous-mêmes. Je vous conseille, dans l’exercice de vos fonctions, de faire vôtres ces mots de Martin Luther King, je cite : « Toute injustice, où qu’elle se produise, est une menace contre la justice partout ailleurs. Nous sommes pris dans un réseau de relations mutuelles auquel nous nous ne pouvons échapper … Ce qui affecte directement l’un de nous nous affecte tous indirectement ». – fin de citation.
 Excellence Monsieur le Gouverneur de la Province du Kasaï Occidental ici représenté
 Messieurs les Membres du Conseil Provincial de Sécurité,
 Monsieur le Chef de Bureau de la MONUSCO/Kananga
 Monsieur Ananie BIZIMANA, Facilitateur de l’APTE et partenaire du RJMP
 Monsieur l’Abbé Président du Conseil d’Administration du RJMP
 Distingués invités, Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, chères participantes et participants
Tout protocole observé

Il ne me reste qu’à vous réitérer mes sincères remerciements pour votre contribution à cet atelier et pour votre disponibilité.
Encore une fois, merci !

ANNEXE 11:
MOT DE CLOTURE DE L’ATELIER DE FORMATION DES FORMATEURS DES MEDIATEURS ET BATISSEURS DE PAIX, DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE MINISTRE PROVINCIAL DE L’INTERIEUR ET DE L’ORDRE PUBLIC LU PAR SON REPRESENTANT (MONSIEUR LE CHEF DE LA DIVISION PROVINCIALE DE L’INTERIEUR)

 Messieurs les Membres du Conseil Provincial de Sécurité,
 Monsieur le Chef de Bureau de la MONUSCO/Kananga
 Messieurs les Experts Internationaux de l’Université de Paix en Afrique
 Monsieur Coordonnateur National du RJMP
 Chers Invités.
Je me permets de saisir cette occasion, pour vous présenter mes très vifs remerciements pour la réussite de nos assises qui ont pris la durée de six jours (6) d’un travail soigné sur notre Atelier de formation de formateurs des médiateurs et bâtisseurs de paix.
En effet ladite formation facilitée par nos deux experts internationaux de l’Université de Paix en Afrique/APTE en provenance de l’Allemagne doit conduire tous ses participants à la pratique de toutes les leçons tirées à cette fin.
Au nom de notre Gouvernement et au mien propre nous présentons à nos hôtes venus de l’Allemagne nos congratulations et à tous ceux ou de près ont apporté chacun une pierre à la consolidation durable des idées maîtresses sur la Paix dans notre Province en particulier et dans notre République en général.
Je me dois le devoir de demander aux Formateurs des médiateurs et bâtisseurs de paix qui viennent d’être formés qu’ils ont l’obligation de garder jalousement toutes les tirées de cette charmante formation, les lire et les relire ; et non les mettre sous les tiroirs pour qu’ils pourrissent inutilement.
Nous souhaitons bon retour à tous et demandons au Coordonnateur National de revenir dans nos murs pour s’assurer et faire le suivi de cette lourde tâche abattue dans notre Province pendant six jours.
Il est de notre devoir de remercier de vives voix, Joseph KABILA KABANGE l’artisan de la Paix, le modèle à suivre d’avoir accepté que ces assises sur la Formation des Formateurs des Médiateurs et Bâtisseurs de Paix puissent se tenir dans le Chef-lieu de notre chère Province.
 Chers formateurs internationaux,
 Mesdames et Messieurs,
 Différents participants,
 Distingués invités
Il nous serait ingrat si nous ne disons pas merci non seulement à ceux qui, de loin ou de près, ont apporté une pierre pour la réussite de cet Atelier de formation des Formateurs des médiateurs et bâtisseurs de paix mais aussi aux organisateurs pour leur savoir-faire, leur dynamisme, leur expérience et leur intelligence. Ils ont organisé et apporté un nouveau souffle à tous les participants et surtout les nouvelles méthodes et techniques sur le mode de la gestion des conflits dans notre pays.
Nous espérons que cette formation sur la gestion des conflits portera des bons fruits pour que l’on parle de la Province du Kasaï Occidental en particulier et de la République Démocratique du Congo en général comme Oasis de Paix.
C’est par ces termes que nous déclarons avoir clôturé les travaux sur l’Atelier de formation des formateurs des médiateurs et bâtisseurs de paix.
Nous vous souhaitons bonne chance et vous remercions !

ANNEXE 12:
CARTE ADMINISTRATIVE DE LA PROVINCE DU KASAI OCCIDENTAL

ANNEXE 13 : Cartographie des Conflits au Kasaï Occidental
Province: Kasai Occidental

Localisation du conflit Parties en conflit Type de conflits Début du conflit Tentatives de règlement du conflit: 1 = oui, 0 = non Statut du règlement: non-règlé = 0, règlé = 1, en voie de règlement = 2 Structures de résolution des conflits: existantes = 1, non-existantes = 0 Type de structure de résolution des conflits: traditionelle = 1, ad-hoc = 2 Actions à entreprendre par CAS et/ou autres partenaires
Territoire Chefferie/Secteur Groupement Localité (ville, cité, village) Parties primaires Parties secondaires Conflits fonciers internes Conflits liés à la décentralisation (e.g.: délimitation des frontières des entités) Conflits liés au contrôle du pouvoir coutumier Conflits liés aux rivalités ethno-politiques Conflits liés au contrôle des ressources naturelles Conflits liés à la protection de l'environnement et à la gestion des parcs nationaux Autres conflits (à préciser) Mai-Juin 2009 1 2 1 1+2 s
Ville de Kananga Commune de Lukonga Luandanda Luandanda Chef coutumier soutenu par la population Un groupe de dissidents 1 1
Ville Kananga Ville Kananga Femmes base Femmes leaders - - - - - - crise de confiance Dec2009
Ville Kananga assemblée provinciale Députés oppostions président assemblée provinciale - - - - - - Intolé-
Rance mars 2009
Ville Kananga Ville Kananga Etudiants ISP, ISTM, Extension UNILU Autorités académiques - - - - - - Frais académi-ques Dec2009
Commune de Lukonga Tshiaba Mbumba Tshiaba Mbumba Chef Tshiaba Mbumba Famille regnant 1 Mai 2010
0 0 1 1 0 0 0
DIMBELENGE Lubi BAKAMBA BAKAMBA Chef Mbayi Ciceron Chef dechu Kamanda Tshitadi 1
LUBUDI BENA KABODI LAC MUNKAMBA Autocthones Population Kabeya Kamuanga (Kasai Or.) 1 Mai-Juin 2009 1 2 1 1+2
LUBUDI KENA NKUNA LAC MUNKAMBA Autocthones Population Kabeya Kamuanga (Kasai Or.) 1 2009 1 2 1 1+2
LUBUDI BAKWA MIBALU BAKWA MIBALU Prétendant PADIPABI LUKONGA Prétedant WALELU BAKAMPAKA 1
LUBUDI BAKWA KANYINGA LUKENGU BAKWA KANYINGA LUKENGU Prétendant
KANYINDA MUKENDI Prétendant TSHIAMUDISU 1
LUBUDI BENA MVULA BENA MVULA Prétendant Martin BAKATULOWA Prétendant KAYEMBE MUBIAYI 1
LUBI BAKWA LUKUSA LAC FWA Autocthones Population Kabeya Kamuanga (Kasai Or.) 1 1 2009 1 2 1 1+2
LUBI LUBUNGA LUBUNGA Autocthones Population Kabeya Kamuanga (Kasai Or. 1 1 2009 1 2 1 1+2
LUBI BAKWA DILUNGI BAKAMBA 45 Autocthones Population Kabeya Kamuanga (Kasai Or.) 1 1 2009 1 2 1 1+2
LUBI BENA NKOMA BAKAMBA 6 YARDS Autocthones Population Kabeya Kamuanga (Kasai Or.) 1 1 2009 1 2 1 1+2
LUBI BAKWA TSHIMANGA BAKWA TSHIMANGA Prétendant KABEYA Prétendant TSHIMBOMBO KALUME 1
LUBI BENE BELE BENE BELE Prétendant KASONGA MBANZA Prétendant KANYINDA BUATU 1
LUBI BAKWA NGOMBE BAKWA NGOMBE Prétendant BADIBANGA BADIBABUNGI Prétendant BENA MBUYI 1
LUBI BAKWA DILUNGI BAKWA DILUNGI Prétendant BANDEKE TSHIPEPELE Prétendant ZANKULU LUNGANGA 1
LUKIBU BENA NKANA BENA NKANA Autocthones Population Kole (Kasai Oriental) 1 1 2009 1 2 1 1+2
LUKIBU BENA BELE BENA BELE Autocthones Population Kole (Kasai Oriental) 1 1 2009 1 2 1 1+2
LUKIBU BAKWA BULE BAKWA BULE Prétendant BUDINDA DITU Prétendant LUFULUABO BUDINDA 1
LUKIBU BAKWA SAMBA BAKWA SAMBA MUBIDI NTUMBA Prétendant KONGO TSHIONGO 1
LUKIBU BAKWA NGOYI BAKWA NGOYI Prétendant MEYI MBAMBI Prétendant LUPAPU MASHALA 1
LUKIBU BENA TSHIBAMBE NGULUBE BENA TSHIBAMBE NGULUBE Prétendant MUDIANDAMBU BUALU Prétendant TUBALAMINE NTUMBA 1
MASHALA BENA KALOMBO BENA KALOMBO BENA KALOMBO BAKWA NGULA 1 oct-09 1 2 1 1+2
MASHALA MASHALA Bakwa Ngula Bakwa Indu 1 Mai 2010
MASHALA BENA NGANZA BENA NGANZA Prétendant TSHITENGE Prétendant TSHIABA MFUNYI 1
MASHALA BAKWA INDU BAKWA INDU Prétendant Grégoire TSHIBUABUA Prétendant KUJUDI 1
MASHALA BAKWA NGULA BAKWA NGULA Village Bena Lushiku Village Bakwa Ngula 1
MASHALA BAKWA NGULA BENA NGANZA Dibwe Munene Mpiana Nkonko 1
MASHALA BAKWA NGULA BAKWA INDU Village Bena Kayenga Village Bena Kasaya 1
MASHALA BAKWA NGULA BENA KALOMBO Village TSHIMBAYI Village MBOMBO NGULUNGI 1
Lubudi Bena Mvula Bena Mvula Kayembe Bakatulowa - - 1 - - - - oct-09
Lubudi Kamba Kalele Mukamba Kamba Kalele Bena Kapiki 1 1 - - - - champêtre oct-09
Lubudi Mukamba Bajila Kasanga Kamba Kalele 1 1 - - - - champêtre mai-2009
Lubi Bakwa Katulayi Mabaya Bakwa Katulayi Bakwa Kanjinga 1 - - - - champêtre juillet 2009
Lubi Bena Lumonyo Forêt Goma Bakwa Katulayi Bena lumonyo 1 - - - - - champêtre juin-2009
Lubunga Bakwa Ngoyi Rivière Lubi Bakwa Ngoyi Bakwa Muabayi 1 1 - - 1 - Minier juillet 2009
Lubi Bena Nkoma Bena Bele Chef Kabeya Chef Tshim-bombo - - 1 - - - - juillet 2009
Lubi Bana Ba Ntumba Bakwa Koléla Bakwa KANYINGU - - 1 - 1 - minier et champêtre juin-2009
Lubi Bakamba Bakamba Bakwa Dilungi Bena Tshilunde 1 1 - - 1 - minier et champêtre aout 2009
Cité Dimbelenge Cité Dimbelege Cité de Dimbelege Eglise de Dieu Shala Wemba - - - - - - limites parcellaire aout 2009
Lubi LUBUNGA Bakwa Katulayi Bakwa Katulayi (Kas Occ.) Bakwa Kajinga (Kas Or.) - 1 - 1 - - - 6 au 7 janviet 20010
Lubi BENA NKELENDE BAKWA KATULAYI 1
KUNDUYI BAKWA KANYINGA III TSHIJIBA Prétendant TSHIKENGA Prétendant MULEBA 1
KUNDUYI BENA NGEYA NGOMBE BENA NGEYA NGOMBE Prétendant KATANGA Prétendant MWAMBA ODIANGO 1
5 14 4 2 9 0 0
DIBAYA DIBATAYI NTENDA MWANZA MANDE Autocthones BAKWA TSHIMINYI 1 mai et sept.07 1 2 1 1+2
DIBATAYI NTENDA KANYONKA Autocthones BAKWA LONJI 1 mai et sept.07 1 2 1 1+2
DIBATAYI BAKWA TSHIMUNA BAKWA TSHIMUNA Autocthones BAKWA LONJI 1 mai et sept.07 1 2 1 1+2
DIBATAYI KATUMBA BENA MUSUA KATUMBA MWELA KATUMBA Tshishimbi 1
KASANGIDI MFWAMBA BENA MAJIBA Autocthones BAKWA LONJI 1 mai et sept.07 1 2 1 1+2
KASANGIDI BENA MVILA BENA MVILA CHEF TSHINKENKE CHEF TSHIKISHA 1 1 2006 1 2 1 1+2
KASANGIDI MFWAMBA MUKAYA NDUMBI CHEF TSHILOLO CHEF MUKAYA 1 1 mai-09 1 2 1 1+2
KASANGIDI MFWAMBA KALUNGA Population KALUNGA 1 1 mai et sept.07 1 2 1+2 1+2
KASANGIDI TSHILUNDU Savane Matawa Chef Ndaye Mboloto Chef Kayaya Kalamba 1 Avril 2010
KASANGIDI BENA KAPUMBU BENA KAPUMBU KANYENGE MUKUANDIANGA 1
KASANGIDI TSHILUNDU TSHILUNDU NDAYE MBOLOTO NDAYE KAMEMBU 1
KASANGIDI TSHILUNDU TSHILUNDU KAZAKALA MANSAMBA 1
KASANGIDI TSHILUNDU TSHILUNDU BEYA BITATA NDAYE B 1
KASANGIDI TSHILUNDU TSHILUNDU KASONGA NTUMBA KAMBA NKUBA 1
KASANGIDI TSHILUNDU TSHILUNDU MAMBA NSAKU KASONGA LUMAMI 1
KASANGIDI TSHILUNDU TSHILUNDU BEYA BITATA MUTUANGANYI 1
KASANGIDI TSHILUNDU TSHILUNDU BENA KALENGA BENA TSHITEKA 1
KASANGIDI TSHILUNDU NTUMBA TSHILALA MUKAYA ET THILOLO NTUMBA TSHILALA 1
KASANGIDI BENA BITENDE BENA BITENDE NKANZA BENA TSHITEKA 1
KASANGIDI BENA NGANZA BENA NGANZA TSHIONY KABENGELE FRERE A TSHIONY K 1
KASANGIDI BENA NGANZA BENA NGANZA NGANZA BAKWA MULUMBA K.OR. 1
DIBANDA BENA KABIYE TSHIKELE Autocthones Autocthones 1 jiun 2009 1 2 1 1+2
DIBANDA BAKWA NDOLO KALAMBA Fermier Mwamba CHEF KALAMBA MUKALA 1 juil-09 1 2 1 1+2
TSHISHILU BENA MAYI BENA NGOYI BENA MAYI BENA NGOYI 1 1 1 janv-09 1 2 1 1+2
MFWAMBA BENA NTAMBWE TSHIFUDI (NGALU MESU) Population TSHIFUDI (NGALU MESU) Population Ilunga Mutombo (Kakunda) 1 aout 2009 1 2 1 1+2
Kasangidi Tshimbulu Tshimayi Etudiants ISTM autorités académiques - - - - - Frais académiques décembre 2009
Kasangidi Tshimbulu Tsimayi Chef Bena Tshikuna Chef Bena Nkenu 1 - - - - - terre arable décembre 2009
KASANGIDI Bena Bitende Bena Bitende NKANZA MULUMBA NTENTAMU - - 1 - - - - juin 2009
KASANGIDI Kalunga Mesu Ilunga Mutombo Kalunga Mesu Ilunga Mutombo 1 - - - - - champêtre aout 2009
KASANGIDI Fwamba Bakwa Nkate Bena Muaba Bakwa Nkate 1 - - - - - champêtre aout 2009
TSHISHILU Bakwa Tshibala Bakwa Tshibala 2 prétendants au pouvoir 2 prétendants au pouvoir - - 1 - - - - mars 2009
TSHISHILU Bena Nsuyi Bakwa Tshipangu Bena Nsuyi Bakwa Tshipangu 1 1 - - - - champêtre mars 2009
TSHISHILU Bena Katamba Bena Djemu Bena Katamba Bena Djemu 1 1 - - - - champêtre mars 2009
Kamwandu Bakwa Mamba Bakwa Mamaba 2 prétendants et notables 2 prétendants et notables - - 1 - - - - mai 2009
Kamwandu Bakwa Tshiame Bakwa tshiame Kankunku Kamenga 1
Kamwandu Bakwa tshiame Bakwa tshiame Kankunku Kamenga Déplacement du marché de kamenga vers kankunku
Kamwandu Bakwa mamba Bakwa mamba Tshimbu mpanya Mukengeshayi 1
Ka mwandu Bakwa mamba Commune de la Nganza Bakwa ndaye kasanzu Pop. Commune Nganza 1
DIBATAYI Bena Majiba Ntenda Autocthones populations Kasai oriental - 1 - - - - terres agrigoles aout 2009
DIBATAYI BAKWA MWANZA MANDE NTENDA NTENDA MPATU K.OR. 1
DIBATAYI Bena Musua Katumba Bena Musua katumba Katumba mwela Nzengu malumalu 1
DIBATAYI MBUANYA MBONDO MBUANYA MBONDO 1
DIBATAYI BENA MUSUA BENA MUSUA KENA KALAMBA MUSAMPA 1
DIBATAYI BENA LALA MANSAMBA/ KASANGIDI KENA KALAMBA/DIBATAYI MANSAMBA/KASANGIDI 1
DIBATAYI BENA LALA BENA LALA NKUNA MUKUBE KAYEMBE NTAMBUE 1
DIBATAYI BENA KAZADIA BENA KAZADI MBAYI KABASALE 3 CHEFS: KATANGA, TSHIENGE ET KAYEMBE 1
DIBATAYI BAJILA KASANGA BAJILA KASANGA KENA KALAMBA/DIBATAYI KAZAKALA/KASANGIDI 1
DIBATAYI BENA PELE BENA PELE KABASELE KANOWA KAPINGA KAMBA 1
Dibaya Cité de Dibaya Dibaya Adm Terr Dibaya Cdt PNC Dibaya - - - - - - Insubordination et abus de pouvoir décembre 2009- janvier 2010
TSHIMBULU CITE Q. NSELE Q. NSELE KABAMBA METI ENTREPRISE COE 1
TSHIMBULU CITE Q. NSELE Q. NSELE KABAMBA METI CHEF KATALA ET POP. 1
TSHISHILU Kamponde Bakwa Mwwnze pop. Kamponde pop. Bakwa Mwenze 1 - - - - - contrôle Forêt Mukombo oct-09
13 8 7 0 0 0 0
MWEKA BAKUBA BUSHONG MWEKA 25 GROUPEMENTS BUSHONG GOUVERNEMENT 1 1 aout 2007 1 2 1 1+2
BAKUBA MWEKA PPRD MLC, UDPS et RDC-N 1 juin-09 1 2 1 1+2
BAKUBA BAKUBA NGELE-HA Autocthones Kuba Autocthones Lusonge Demba 1 aout 2009 1 2 1 1+2
BAKUBA BAKUBA Forêt MWANGALA Population Bungamba Population Bakatombe 1 Mai 2010
0 2 1 1 0 0 0
DEMBA LUSONGE LUSONGE LUSONGE Autocthones Lusonge Demba Autocthones Kuba 1 aout 2009 1 2 1 1+2
LOMBELO BAKAUA KABOLA BOMBOI 2 prétendants au pouvoir 2 prétendants au pouvoifr - - 1 - - - - Oct. 2009
MWANZA NGOMA TSHIDIA MBOWE KALUMBU 2 Prétendants au povoir coutumier 2 Prétendants au povoir coutumier 1 Avril 2010
MWANZA NGOMA Bakwa Mbumba Bakwa Mbumba Population Bakwa Odia Pop. Bakwa Mwanza 1 Avril 2010
MWANZA NGOMA MWANZA NGOMA Notable Munkamba Notable Kapondia 1 Avril 2010
DIOFA Bena Kamwanga Makumbi Bena Dibumba Kankonde Bena Kamwanga Makumbi Rencontre de football Mai 2010
DEKESE Rivière Sankuru DEKESE MWEKA Pop. de Bolomba Pop. de Lodi Gérance du bac 1975, 1986, 2010 1 2 1 1+2
NKOLO Village incorporé ITUNGA Commune de DEKESE Commune de DEKESE Village incorporé ITUNGA 1 2006, 2010 1 2 1 1+2
Commune DEKESE Services fonciers Commune de DEKESE Sercices fonciers Commune de DKESE 15 2005 à 2010 1 2 1 1+2
ITUNGA Population locale PNC Pop. Locales PNC Révolte pop. et agression médecin 15/09/2010 1 2 1 1+2
IMPATA Clan ILA Clan ILA Groupe notables Groupe notables 1 2009 1 2 1 1+2
DJOMBO Clan DJOMBO Clan DJOMBO Groupe notables Groupe notables 1 2009 1 2 1 1+2
DEKESE Territoire Pop. nord Pop. Sud Pop. Nord Pop. Sud 1 1930, 1961, 2006, 2010 1 2 1 1+2
DEKESE Territoire Pop. Nord Pop. Centre Pop. Nord Pop. Centre 1 Idem 1 2 1 1+2+
DKESE NORD Parti politique UCOBES Parti politique UCOBES Président Député 1 2010 1 2 1 1+2
Groupement EDJIKI Pop. Edjiki ICCN Pop. EDJIKI ICCN 1 1975, 2010
Groupement ISOLU Pop. Isolu ICCN Pop. ISOLU ICCN 1 1975, 2010
Groupement KWETU Pop. Kwetu ICCN Pop. KWETU ICCN 1 1975, 2010
Groupement ITIENDE Pop. Itiende ICCN Pop. ITIENDE ICCN 1 1975, 2010
DEKESE Territoire Etat Agents Etat Etat Agents Etat Non paiement salaire 4 mois Mai à Sept 2010
DEKESE Territoire Agents Etat Agents Etat Etat Agents Etat Non paiement 3 mois prime de risque Juin à Août 2010
DEKESE Territoire Service paie Agents Etat Etat Agents Etat Elaboration faux listings paie/ponction salaires Mai 2010
ANGA Pop. ANGA ICCN Pop. ANGA ICCN 1 2005, 2010
YASA Pop. YASA ICCN Pop. YASA ICCN 1 2005, 2010
DJONGO Pop. DJONGO ICCN Pop. DJONGO ICCN 1 2005, 2010
BAKOMO Pop. BAKOMO ICCN Pop. BAKOMO ICCN 1 2005, 2010
NGELAOKO, MBANGA Chef de village Notables Chef de village Notables 1 2010
BOLOMBO BOLOMBO ET IYEKE (DEKESE) LODI ET LUSESE A (MWEKA) Localites BOLOMBO et IYEKE (territoire de DEKESE) Localités LODI et LUSESE (territoire de MWEKA) 1 Depuis 1965 à ce jour (2010)
DEKESE DEKESE DEKESE CITE Tenants des pratiques chrétienes Tenants des pratiques coutumières Frictions entre Eglise et pouvoir coutumier Depuis la colonisation jusqu’à ce jour (2010)
DEKESE Commune DEKESE Service de cadastre Bourgmestre Chefs coutumiers 1 2010
0 1 1 0 0 0 0
TSHIKAPA LOVUA LUANGA TSHIMO MUKAHIYA MUKAHIYA MUKAHIYA TSHITAKULA 1 1978 1 2 1 1+2
KASAI LUANGE TSHIMO NDAMBI NDAMBI NDAMBI MUAKAJI 1 2003 1 2 1 1+2
BAMPENDE TULE NDJINDJI CHEF KISHIMBA CHEFS BANZA ET NJIMBO 1 Aout 2009 1 2 1 1+2
BAMPENDE KATANGA KATANGA CHEF KATANGA NGOMA CHEF KATANGA NGUDIE 1 juil-09 1,- 1 1+2
BAKWA MUTA KAZONGO KAZONGO CHEF BOTOBOTO CHEF KAZONGO MAYELE 1 juin-05 1,- 2 1 1+2
BAMPENDE BASHI BUKONDO LOWANGE Population Forces de securite juil-09 1,- 2 1 1+2
DIMBUMBA KASANJI KASANJI Chef Kasanji Chef Katshiongo 1 1 sept.2009 1,- 2 1 1+2
Tshikapa Centre ville Tshikapa ville de Tshikapa SOCICO Forces VIVES - - - - - - légitimité oct-09
Tshikapa Centre ville Tshikapa ville de Tshikapa 2 tendances Eglise DINOWA 2 tendances Eglise DINOWA - - - - - - Partage patrimoine après scision oct-09
Tshikapa territoire Tshikapa territoire village Katoka population Nyambi chef Kindemba - - - - - - confiscation terres aux pop oct-09
Tshikapa Centre KASOLA Ville Tshikapa Pop. Quartier KASOA Service du Cadastre - - - - - - découpage parcelles octobre 2009
Tshikapa Territoire Bakua Mulumba Chef Kabundi Pop. Bakua Mulumba Chef kabundi - - 1 - - - exploitation population octobre 2009
Tsshikapa centre ville Tshikapa ville Tshikapa Population Autochtone Non originaires - - - 1 - - - Octobre 2009
tshikapa Centre ville Tsshikapa ville Tshikapa leaders tribaux de Tshikapa Leaders tribaux de Tshikapa - - - 1 - - - sept-09
Tshikapa Centre Ville Tshikapa Ville Tshikapa ECC 27e Communauté Population voisine - - - - - - Limites de concession
tshikapa Centre Ville tshikapa Ville Tshikapa Population Société EDC/Electricité - - - - - - Tarification exagérée Aout 2009
KAMONIA kamonia Nddjindji Kutshia Mutoke 2 groupes des notables Kutshia 2 groupes des notables Kutshia - - 1 - - - - Jan. 2008
1 3 5 2 0 0 0
ILEBO MALUMALU BASHI ILEBO ILEBO MANYITA CHEF NKUMU ILEBO CHEF MBOYO 1 avr-09 1 2 1 1+2
SUD BANGA MANDJUMBA IBERE POPULATION IBERE CHEF MAYIMBI 1 1 Dec 2008 1 2 1 1+2
MALUMALU BAMBANGUE ILEBO MALUMALU CHEF MABUKA CHEF NKINDA 1 fevrier 2008 1 2 1 1+2
BAMBAENG BAMBANGE MABUKA KINDA 1
BASHI ILEBO BASHI ILEBO KWAKOMBE IMBOYO 1
BWONGO BASHIBIYENGE BAWONGOBASHI BIYENGEA KAMBINGA IMANYA 1
1 0 2 0 1 0 0
LUIZA kalunga Ina Kajimbi Ka Tshiaw Ina kajimbi Ka Tshiaw 2 prétendants au pouvoir 2 prétendants au pouvoir - - 1 - - - - Nov.2009
Lusanza Ana kabanda Ana Kabanda 2 prétendants au pouvoir 2 prétendants au pouvoir - - 1 - - - - Nov. 2009
Lueta Bakamukishi 2 prétendants au pouvoir 2 prétendants au pouvoir - - 1 - - - - Sept- Oct. 2009
kabelekese Bishi Kamoko Bishi Kamoko 2 pretendants et notables 2 prétendants et notables - - 1 - - - - Sept. Oct. 2009
Kalunga Akuna Mpemba Akuna Mpemba 2 prétendants au pouvoir 2 prétendants au pouvoir - 1 - - - - 3e trimestre 2009
Lusanza Ana Ulamba Ana Ulamba 2 prétendants au pouvoir 2 prétendants au pouvoir - 1 - - - - 3e Trimestre

SYNTHESE DE LA CARTOGRAPHIE:
Territoire Fonciers internes Pouvoir coutumier Rivalités ethno politiques Ressources naturelles Institutionnel Sociaux divers Déc Total %
Kananga - 3 1 - 2 4 - 10 4,9%
Tshikapa 1 6 2 - - 10 3 22 10,4%
Dimbelenge 7 4 2 9 - 10 15 46 22,1%
Kazumba - 1 - - - - - 1 0,4%
Demba - 3 - 1 - 1 - 5 2,4%
Luiza - 6 - - - - - 6 2,8%
Dibaya 14 8 - - - 15 8 45 21,5%
Mweka 7 3 2 - - 16 3 31 14,90%
Ilebo 1 2 - 1 - - - 4 1,9%
Dekese 25 3 3 - 2 5 - 38 18,20%
Totaux 55 39 10 11 4 61 29 208 100%

1. REPRESENTATION GRAPHIQUE

1.1. Répartition des conflits selon leur nature :
- Sur 208 conflits observés sur 122 sites au Kasaï Occidental, 55 sont fonciers ; 39 d de contrôle du pouvoir coutumier ; 10 ethno politiques ; 11 de contrôle des ressources naturelles ; 4 institutionnels ; 61 sociaux divers et 29 de décentralisation territoriale.
1.2. Répartition des cas des conflits selon leur taux de prévalence :
- Sur 100% des conflits, 26,44% sont fonciers internes ; 18,75% concernent le contrôle du pouvoir coutumier ; 4, 8% sont relatifs aux rivalités ethno politiques ; 5,2% liés au contrôle des ressources naturelles ; 1,9% institutionnels ; 29,3% sociaux divers et 13,9% liés à la décentralisation.
1.3. Répartition des conflits par territoire :
1.3.1. Ville de Kananga :
La ville de Kananga, chef-lieu de la province du Kasaï Occidental a, à travers ses cinq commune a connu selon nos observations enregistré 10 cas de conflits durant toute cette période dont : 4 conflits sociaux divers mènent la tête de peloton, 3 liés au contrôle du pouvoir coutumier, 2 institutionnels et 1 ethno-politique.
1.3.2. Ville de Tshikapa (Kamonia compris) :
22 cas de conflits dont : 10 sociaux divers, 5 de contrôle du pouvoir coutumier, 3 de décentralisation, 2 ethno-politiques et 1 foncier interne.
1.3.3. Territoire de Dimbelenge :
46 cas dont : 15 relatifs à la décentralisation, 10 sociaux divers, 9 liés au contrôle des ressources naturelles, 7 fonciers internes, 4 de contrôle du pouvoir coutumier et 2 ethno-politiques.
1.3.4. Territoire de Kazumba :
1 cas de conflit de contrôle du pouvoir coutumier.
1.3.5. Territoire de Demba :
5 cas dont : 3 de contrôle du pouvoir coutumier, 1 lié au contrôle de ressources naturelles et 1 social divers.
1.3.6. Territoire de Luiza :
6 cas de conflits liés au contrôle du pouvoir coutumier.
1.3.7. Territoire de Dibaya :
46 cas dont : 15 sociaux divers, 14 fonciers internes, 8 de contrôle du pouvoir coutumier, 8 de décentralisation.
1.3.8. Territoire de Mweka :
31 cas dont : 16 sociaux divers, 7 fonciers internes, 3 de contrôle du pouvoir coutumier, 3 de décentralisation et 2 ethno-politiques.
1.3.9. Territoire d’Ilebo :
4 cas dont : 2 de contrôle du pouvoir coutumier, 1 foncier interne et 1 de contrôle des ressources naturelles
1.3.10. Territoire de Dekese :
38 cas dont : 25 conflits fonciers internes, 5 sociaux divers, 3 de contrôle du pouvoir coutumier, 3 ethno politiques et 2 institutionnels.
1.4. Répartition selon leur ampleur et degré de risque.
2. DETERMINATION DES ZONES A HAUT RISQUE AVEC POSSIBILITE DE DEGENERESCENCE :
Tous les territoires et villes de la province du Kasaï occidental
3. DETONATEURS PROBABLES.
- Les questions identitaires à travers les notions d’AUTOCHTONIE/ ALOGENIE
- Les prochaines élections générales de 2011 ;
- Les questions foncières ;
- La scission au sein du syndicat des autorités traditionnelles au Kasaï Occidental ;
- La question de la reconnaissance des groupements de fait ;
- Les questions de développement inégalitaire avec comme corolaire la pauvreté fatale de nos entités rurales.
- Les conflits médiatiques basés sur l’intolérance entre groupes sociaux ;
- La question d’encadrement des jeunes dans nos différentes entités, lesquels sont souvent utilisés comme force pour venir à bout d’un adversaire.

4. REPARTITION SELON LE TAUX DE PREVALENCE.

5. EFFETS NEFASTES DES CONFLITS AU KASAI OCCIDENTAL :
S’agissant des effets néfastes des conflits sur les impératifs de paix et de développement, celui-ci est non sans retombées tant sur l’homme, son milieu, l’économie, la politique, l’environnement, etc.
Les conflits créent souvent :
• Sur le plan général du milieu :
- Perturbation de l’ordre établi par l’instauration de la violence ;
- Destruction des infrastructures ; des communautés, des structures ainsi que des systèmes sociaux ;
- Ecroulement de la loi et de l’ordre public.
• Sur la population :
- les manifestations de violence entrainent des tueries, des viols, vols, blessures et augmentation du nombre de personnes vivant avec handicap de tous ordres ;
- l’augmentation du nombre de réfugiés dans les pays étrangers ainsi que des déplacés internes ;
- des pertes et déplacements massifs de la population ;
- l’intensification de traumatismes social et psychologique ;
- la pauvreté de la population, la destruction de la garantie légale de protection et autres soutiens communautaires ;
- la présence d’enfants non accompagnés à la suite de la perte des parents ;
- la présence des enfants chefs de ménage ; etc.
- la rupture des mécanismes de dialogue et de réconciliation.

• Sur le plan politique, économique, social et culturel
- la méfiance entre antagonistes ;
- l’affaiblissement des structures administratives et institutionnelles ;
- la perte massive d’emplois et de revenu ;
- la perturbation ou interruption de l’activité économique ;
- la fuite des investisseurs et la perte des capitaux ;
- la détérioration de la fourniture des services sociaux de base ;
- l’instabilité sociale et la destruction de la cohésion sociale ;
- l’inflation ;
- l’augmentation de la dette extérieure ;
- la réduction des investissements suite à l’instabilité et à l’insécurité ;
- la chute du niveau économique général des revenus ;
- la réduction des recettes de l’Etat ;
- l’augmentation des dépenses de guerre au détriment des investissements ;
- la destruction des infrastructures sociales et économiques ;
- la diminution de la population active ;
- la destruction des plantations agricoles ; du cheptel et du patrimoine ;
- l’interruption du processus de production et des échanges commerciaux ;
- la perte de l’accès à l’éducation et aux services de santé ;
- le développement d’une économie informelle pour la survie ;
- le développement des économies de guerre ;
- la réduction de la production alimentaire ;
- la dépendance du pays à l’aide extérieure.

SOURCE : RAPPORT DE l’ATELIER SUR L’ELABORATION DE LA STRATEGIE PROVINCIALE EN MATIERE DE PREVENTION, GESTION ET TRANSFORMATION DES CONFLITS AU KASAÏ OCCIDENTAL tenu à l’Institut Supérieur des Sciences Religieuses (ISSR/Kananga) du 05 au 07 janvier 2011 (PP. 36-53)

Annexe 14: CARTOGRAPHIE DE CONFLITS EN RDC
1. Nombre de conflits et de localités affectées
Les données sur les conflits locaux recueillis et enregistrés au 30 juin 2011, révèlent un nombre de 1.275 pour tout le pays, dont 804 dans la zone PCP et 471 dans la zone STAREC (figure 1, 2 et 3).

Tableau 1 : Zones PCP Tableau 2 : Zones STAREC
Province Nombre de conflits enregistrés Nombre de localités affectées Ratio conflit/localité Province Nombre de conflits enregistrés Nombre de localités affectées Ratio conflit/localité
Bandundu 181 150 1.21 Equateur (Eq/SU) 121 122 0.99
Bas Congo 38 26 1.46 Katanga (Kalemie) 59 49 1.20
Equateur (T, M, NU) 72 71 1.01 Maniema 27 14 1.93
Kasaï Occid 219 166 1.32 Nord Kivu 90 55 1.64
Kasaï Orient 99 96 1.03 Orientale (Bunia) 20 15 1.33
Katanga (L'shi) 126 124 1.02 Sud Kivu 154 77 2.00
Orientale (Kisa) 69 61 1.13 Taux moyen 471 332 1.42
Taux moyen 804 694 1.16

2. Type de conflits enregistrés
L’analyse des données démontre que deux (2) types de conflits se dégagent de l’ensemble des conflits par leur importance et leur récurrence, Ceci est valable au niveau national ou pris séparément dans les zones PCP et STAREC.
Il s’agit des conflits liés au contrôle du pouvoir coutumier et des conflits fonciers internes qui représentent respectivement 33 % et 29 % de l’ensemble. Les autres types de conflits n’apparaissent qu’en moindre mesure représentant un pourcentage de 11 à 1 % (Figure ci-dessous).

La même tendance est observée dans les deux zones (PCP et STAREC) même si une différence non significative est observée en faisant une comparaison d’une zone à une autre et d’une province à une autre au sein des zones (Figure 5 et 6).

Si dans la zone PCP, les conflits liés au contrôle du pouvoir coutumier et les conflits fonciers internes prennent 65% de l’ensemble (respectivement 33et 32 %), ils ne représentent que 55% dans la zone STAREC (respectivement 31 et 24%).
La situation dans les provinces ne suit pas forcément la même tendance. Une différence significative apparait quand on compare les provinces une à une, que ça soit dans la zone PCP ou STAREC (tableau 3 et 4).
Malgré l’importance des conflits pour le contrôle du pouvoir coutumier et ceux liés aux fonciers internes, dans l’ensemble, la trilogie (conflits pour le contrôle du pouvoir coutumier, conflits fonciers internes et conflits pour le contrôle des ressources naturelles) demeure. Ceci reste valable tant dans la zone PCP que dans la zone STAREC. Il est à noter que ces trois conflits sont souvent liés.
Comparativement aux données enregistrées jusqu’au mois de septembre 2010, le nombre de conflits pour le contrôle du pouvoir coutumier a connu une augmentation considérable et est passé de 76 à 414.
Tableau 3 : Répartition des conflits par type et par province (Zone PCP)
Province Répartition des conflits par Type et par province ; %
Fonciers internes Délimitation territoires (Décentralisation) Contrôle pouvoir coutumier Rivalités ethno-politiques Contrôle des ressources naturelles Protection environnement Liés aux mouvements de la population Politico-administratifs Autres conflits
Bandundu 37 15 105 13 3 1 0 1 6
Bas Congo 11 1 12 2 9 2 0 0 1
Equateur (T, M, NU*) 15 5 32 1 7 7 0 0 5
Kasaï Occid 71 37 53 9 12 8 0 0 29
Kasaï Orient 37 6 30 5 16 1 0 0 4
Katanga (L'shi**) 82 2 20 4 15 0 0 1 2
Orientale (Kisa) 5 6 14 9 20 5 1 2 7
*(T, M, NU)= districts de Tshuapa, Mongala et Nord Ubangi
** (L’Shi)= Lubumbashi (sud Katanga)
Tableau 4 : Répartition des conflits par type et par province (Zone STAREC)
Province Répartition des conflits par Type et par province ; %
Fonciers internes Délimitation territoires (Décentralisation) Contrôle pouvoir coutumier Rivalités ethno-politiques Contrôle des ressources naturelles Protection environnement Liés aux mouvements de la population Politico-administratifs Autres conflits
Equateur (Eq/SU*) 37 4 56 1 9 0 0 3 11
Katanga (Kalemie) 15 0 22 6 15 0 0 0 1
Maniema 8 4 1 1 5 5 0 0 3
Nord Kivu 11 11 34 9 9 12 1 2 1
Orientale (Bunia) 8 1 0 0 2 4 0 0 5
Sud Kivu 36 8 35 17 24 3 7 19 5

*(Eq/SU)= districts de l’Equateur et Sud Ubangi
En prenant en compte la répartition des conflits par type et par province, il apparait clairement que la situation diffère d’une province à une autre. Ceci devrait être pris en compte dans la définition des stratégies d’intervention et la recherche de solutions à ces conflits.

Dans les provinces de la zone PCP par exemple, la situation semble respecter la logique nationale avec une prédominance des conflits liés au contrôle du pouvoir coutumier et des conflits fonciers internes, tandis que dans les provinces STAREC, on enregistre une répartition plus ou moins équitable dans les provinces excepté celles de l’Equateur, Katanga et Orientale.

SOURCE : Aperçu sur la Cartographie des conflits en RDC
Section des Affaires Civiles (CAS) MONUSCO – 30 Juin 2011

La Fenêtre de JoHary

Toute personne est un mystère : nous la reconnaissons naturellement, et en même temps nous ne la connaissons pas. La fenêtre développée comme cadre d’analyse par Joe Luft and Harry Ingham (sociologues américains) nous aide à comprendre comment nous pouvons faire gran-dir notre connaissance de nous-même (auto-connaissance), comment nous pouvons construire la confiance et la compréhension mutuelle et plus profonde en groupe et en nos communautés; comment nous pouvons ouvrir d’avantage des opportunité de l’acceptation mutuelle et de la Paix: en partageant dans la confiance, en donnant et demandant feedback, en invitant des personnes et des groupes à découvrir de nouvelles capacités et facons de penser et faire.

Connu par Moi Pas-connu par Moi

Connu par l’autre

LIBRE

AVEUGLE
Feedback

Pas-connu par l’autre

Partage
CACHE

Révélation
DECOUVERTE

N O T E S:

Libre Les parts de vous-même qui sont connus et compris par vous-même et par les autres : C’est le secteur de la compréhension et de l’acceptation mutuelles.

Caché Les parts de vous-même connus par vous-même, mais ne pas connus par les autres. Ce qui est caché pouvait rester caché, mais en même temps le partage dans une ambiance et situation de confiance aide à clarifier et construire la compréhension, facilite le travail en équipe.

Aveugle Les parts de vous-même qui sont connus par les autres, mais ne pas connus par vous-même. Le ton de votre voie, un conflit dans lequel vous êtes partie prenante, une bonne geste dont vous n’étiez pas conscient ...

Découverte Les parts de vous-même qui ne sont pas connus par les autres et ne pas connus non plus de vous-même. C’est le secteur ou nous trouverons les capacités et les aptitudes que nous n’avons pas imaginées, mais son quand même en nous et part de nous et qui peuvent surgir et être découverte en situation donnée.

Feedback Est une technique susceptible à ouvrir (diminuer) le secteur aveugle en donnant l’opportunité d’entendre ce que les autres voient et vous ne voyez pas nécessairement vous-même.

Partage Est une attitude de s’ouvrir d’avantage aux autres.

Révélation Est une expérience au cours de laquelle nous révélons le secteur noir de nous même et de nos capacités (et limites) pas encore découverte.