RAPPORT SUR LES VIOLATIONS DES DROITS DE L'HOMME DANS LES PRISONS DE LUBUMBASHI, LIKASI ET KIPUSHI DANS LA PROVINCE DU KATANGA

L’ONG Nationale de Promotion, Protection et Défense des Droits Humains de la RD.Congo dénommée Human Rescue/DRC venait de faire une descente dans la Province du Katanga en vue de s’acquérir de la situation dans les Prisons de Lubumbashi, Likasi et Kipushi en Province du Katanga.
Les faits constatés dans le cadre des activités normales de défenseurs des droits humains, étant très préoccupants, font objet du présent rapport visant à interpeller les autorités compétentes à km le niveau susceptible de veiller et d'apporter leur secours à tom ces détenus dans le strict respect de la déclaration universelle des droits de l'homme et de la constitution de la RD Congo.

Les faits constatés.

Les descentes effectuées dans les différentes Prisons susmentionnées depuis le 1èr Janvier, ont relevé les faits suivants:

1°. Cas relevés dans la prison de KIPUSHI

Les conditions de détention dans cette Prison ne respectent pas les droits humains.

- Les conditions d’hébergement

Cette Prison a la capacité d'environ 60 personnes mais malheureusement il y a 167 prisonniers dont 2 femmes qui sont entassés comme des sardines dans les conditions qui donnent beaucoup de risques de contamination et d'étouffement.

Cas de santé dégradante, ne disposant pas d'un Centre de santé en son sein, il a été en registré dans cette Prison le cas de décès de deux prisonniers au début du mois de Février, tous décédés le même jour l'un le matin et l'autre le soir de suite d'une maladie non connue alors que ces derniers se plaignaient des coliques abdominales. Il faut préciser que ces deux défunts prisonniers provenaient de PWETO.

Le 16/02/2012 il y a eu un cas sérieux d'un autre prisonnier âgé de 37 an, le nommé Jean STABULE dont état général altéré par l'amaigrissement faisant croire facilement à la tuberculose sauf révélation contraire par les examens médicaux. Ce Prisonnier malade se trouve présentement au CSR/Betty de Kipushi.

Les prisonniers de Kipushi sont soumis à une alimentation ne répondant pas, une petite boule de fufu avec haricots et beaucoup d'entre eux ont perdu la santé et sont pour la plupart kwashiorgorés avec des pieds gonflés.

2°. Cas relevés dans la Prison de KASAPA à Lubumbashi

Hébergement, il y a beaucoup de locaux mais les prisonniers dorment en même le sol, Courent le risque d'attraper les maladies telles que l'asthme etc.

- Santé. Il y a beaucoup de cas de maladies telles que la tuberculose, l'épilepsie, dépression mentale et autres. Par manque de suivi faute de présence permanente d'un Médecin et/ou infirmier.
Les malades mentaux présentent beaucoup de danger pour les autres prisonniers étant donné qu'ils sont tous ensemble faute de quarantaine pour l’isolement de ces malades dangereux.

- Détention arbitraire.

Cas de refoulés de l'Afrique du sud, il y a 50 personnes refoulées de l’Afrique du sud pour le problème de document qui sont faits prisonniers injustement au lieu de les héberger en dehors de la prison en attendant leur rapatriement dans leurs provinces d'origine, ici il s'agit de violation de liberté. Parmi ces refoulés il y en a qui ont déjà la dépression mentale comme c'est le cas de Mesdames Laetitia MADILU KAKUBU MFIKA, Julia SELEMANI et LUSAMBA MBALA

Il y a aussi des personnes ayant déjà purgé leurs peines depuis plus de trois mois mais sans être libérées.
Madame Mamie NDOLA quant à elle, se trouve en prison en lieu et place de sa mère pour cas de vol simple depuis plus de trois ans alors que l'infraction est individuelle ceci est une violation flagrante et atteinte à sa liberté.
La liste et l'énumération de cm pour la prison n'étant pas exhaustive, car le temps et le moyen que nous disposions ne nous ont pas permis d'entrer en contact avec tous les prisonniers, qu'il plaise aux autorités pénitentiaires et judiciaires de faire leur travail afin que les innocents et ceux ayant déjà purgé leur peines soient libérés

3°. Cas relevés dans la prison de Boma à LIKASI.

Avec un effectif de 167 prisonniers, les conditions de détention dans cette prison sont mauvaises par rapport à la capacité d'accueil et la discrimination entre anciens et nouveaux prisonniers, c'est à dire que les anciens sont logés dans les locaux dans les bonnes conditions tandis que les nouveaux sont entassés comme des sardines.

- Hébergement. Les prisonniers sont très sales et courent beaucoup de risques d'avoir les maladies de peau, faute d'eau dans cette prison depuis plusieurs semaines, il faut préciser qu'il n'y a pas d'eau dans cette prison.

- Santé. Il y a quelques cas de maladies avec l'assistance médicale quasiment inexistante.

- Il y a plusieurs cas des prisonniers qui ont fait déjà plus de deux ans sans dossiers ni suivi.

4°. Cas relevés dans la prison de BULUO à LIKASI

- Hébergement. Avec l'effectif déclaré par la direction de la dite prison, donc 305, il y a lieu de croire que les conditions de logement par rapport à cet effectif soient bonnes, les prisonniers trouvent de l'air et ne peuvent pas être étouffe.
- Visite et Communication. La visite ne pose pas de problème quand on respecte leur horaire de visite, sauf peut être pour ceux qui sont retenus dans les cellules ou l'accès est strictement interdit et où il est supposé être détenus les personnes qu'ils jugent n'avoir pas droit à la visite et privées de toute communication avec l'extérieur

- Santé. Il y a un Centre de santé, mais qui ne fonctionne pas bien faute de fourniture en produits médicamenteux et de présence du personnel soignante régulier. Il faut signaler qu'il y a de cas sérieux de malades non soignés et pas même suivis. Il est relevé plus de 15 cm nécessitant l'assistance médicale dont 10 cas de fièvre typhoïde, malaria, toux aigue, maux de tête etc.qui peuvent être traités sur place, 4 cas de la tuberculose nécessitant l'isolement et une prise en charge, toute démarche faite pour que nous entrions en contact avec ces 4 malades n'a pas abouti.

Il y a 1 cas très grave et urgent du prisonnier Ali MOHAMED âgé de 23 ans qui depuis le mois d'Août 2011 présente une déviation du septum nasal, une hypertrophie des cornet et une sinusite fronto maxillaire entrainant une obstruction nasale sévère et des maux de tête aigus selon le rapport médical n° 901.07/256/HGR/LKS/2011 et le rapport du Professeur Docteur FELICIAD FELICILDA demandant une SMR ( Résection de la sous muqueuse ).De ce fait, il a été demandé à la famille et à l'Administration pénitencier de la Prison de BULUO de réserver toute la diligence pour le transfert de ce prisonnier au Centre spécialisé de NGANDA à KINSHASA pour des examens appropriés de scanner et autres en plus de soins indispensables à son suivi de façon permanente.

A ces jours, ces recommandations n'ont pas obtenu une suite favorable violant ainsi les droits de santé reconnus aux prisonniers dans la déclaration universelle des droits de l'homme dont notre pays là RD Congo est ratifié.
A la date du 18/02/2012, ce même prisonnier Ali MOHAMED a fait toute la journée la diarrhée de sang qui l'a sérieusement fatigué et donné des vertiges associés aux maux de tête très aigus.

RECOMMANDATIONS.

Les ONG des droits de 1 "homme ICFPDH et HR demandent aux autorités compétentes de la RDC, Ministère de justice et droits humains, Réseau national des droits de l'homme RENADOC, Communauté internationale représentée par la MO NUSCO SECTION DES DROITS DE L'HOMME en RDC et la CPMC, de:

- Veiller au strict respect des droits de la personne arrêtée en ce qui concerne ses droits de Santé, de visite, d'alimentation, d'hébergement etc. Sans oublier le droit de recours ;

- Autoriser sans retard le transfert du prisonnier Ali MOHAMED au Centre spécialisé NGANDA à KINSHASA se fondant aux droits de santé reconnus universellement à toute personne ;

- Mettre à la disposition de toutes les prisons citées dans ce rapport, des centres de santé dotés d'un personnel soignant qualifié, des appareils approprié et d'un lot important des produits pharmaceutiques ;

- Veiller à l'alimentation des prisonniers

- Veiller à l'isolement des prisonniers tuberculeux, les prisonniers ayant des maladies mentales, les épileptiques;

- Procéder aux examens médicaux des prisonniers particulièrement pour la prison de KIPUSHI où il est supposé que les conditions d'hébergèrent doivent avoir favorisé la contamination de plusieurs prisonniers parmi lesquels le cas de Jean STABULE qui a été fait mention et se trouvant hospitalisé au CSR/Betty de KIPUSHI ;

- Revoir le cas de Madame Mamie NDOLA emprisonnée à KASAPA en lieu et place de sa mère et la libérer.

- Forer le puits d'eau par le programme d'adduction d'eau dans la prison de Borna à LIKASI;

- Veiller au suivi des dossiers des prisonniers en vue de libérer ceux ayant déjà purgé leurs peines et ceux qui n'ont pas des dossiers.

La Coordination Nationale de l’ONG HUMAN RESCUE/DRC.
www.societecivile.cd/node/535