TRAQUE DES ADF/NALU PAR LES FARDC : C’EST CONTREPERFOMANT DE COMBATTRE UNE REBELLION PRIMAIRE AVEC DES ORGUES DE STALINE

En tant que patriote, nous voudrions commencer la présente analyse en adressant nos félicitations aux vaillants soldats des FARDC qui combattent à l’Est du pays, parmi lesquels se trouve un bon nombre d’anciens éléments des détachements Dragon et Bufalo de Brazzaville à qui nous avions eu autrefois à dispenser une formation militaire de base dont le très brave feu Mamadou Mustafa a eu à récolter les fruits. Ce n’est pas cet autre grand combattant qu’est le Général Lucien Bahuma, un ancien de Brazzaville, à qui nous présentons en passant nos salutations, qui nous contredira.

Cependant, là où le bât blesse, c’est lorsque le Haut-commandement des FARDC tolère qu’il soit diffusé en boucle à longueur des journées des images montrant des troupes loyalistes en train d’effectuer des tirs orgues de Staline montées sur véhicule. Autant cette façon de faire a la propriété d’impressionner abusivement des profanes dans l’art militaire, autant elle étale à la fois de l’amateurisme et un déficit de vision stratégique qu’accuse ainsi la haute hiérarchie de notre armée nationale. Des notions élémentaires de la Guerre non-conventionnelle (GNC) nous renseignant qu’une rébellion primaire, entendez celle qui n’a pas encore atteint un stade de maturation lui permettant d’égaler les troupes loyalistes en termes de puissance de feu et des capacités d’occupation territoriale, est par définition fuyarde et dissoluble au sein de la population civile, le fait d’utiliser des orgues de Staline est tout simplement insensé. C’est une faute professionnelle grave qui, dans des armées qui se respectent, serait sévèrement sanctionnée pour ces deux raisons majeures que c’est à la fois du gaspillage de la logistique de guerre et un acte criminel contre des populations civiles.

En effet, un haut commandant des opérations qui maîtrise bien son métier et bien sensé n’accepterait jamais de combattre des individus à pieds et bien disséminés sur le terrain avec des bombes de BM21, dont une seule pièce coute plus de 1000 dollars, alors qu’il a la possibilité d’obtenir un meilleur résultat en usant plutôt des cartouches de 7, 62mm dont le prix unitaire avoisine un dollar seulement. Pis encore, l’orgue de Staline étant une arme à tir courbe dont la portée se mesure en dizaine de kilomètres, il est nettement criminel d’en faire usage dans des zones habitées où il est quasi impossible d’établir une ligne de démarcation entre d’inoffensifs civils et les rebelles qui ont plutôt tendance à se dissimiler au sein de ces derniers.

Les rebelles utilisent généralement la stratégie maoïste qui veut qu’ils abandonnent automatiquement leurs positions aux forces loyalistes qui arrivent, qu’ils les attaquent seulement lorsqu’elles sont distraites et qu’ils les harcèlent lorsqu’elles reculent. Les bruits de véhicules porteurs des BM21 et des hélicos de combat qui arrivent constituent un excellent signal d’alerte leur donnant le temps de se terrer dans des abris et d’y attendre calmement que l’orage passe pour reprendre leur chemin vers des endroits les moins accessibles aux troupes loyalistes. Un problème est que plus ce petit jeu de cache-cache perdure avec un commandement des opérations enclin à utiliser abusivement des bombes de BM2, plus l’Etat perd des millions de dollars pour un résultat quasi nul, plus les rebelles ont des opportunités de multiplier des attaques raids et embuscades pour se ravitailler en munitions, produits pharmaceutiques, vivres etc.

C’est pour cette raison que des stratèges américains confrontés à l’ingéniosité combative des rebelles vietnamiens inventèrent autrefois le concept de Special forces dont les particularités sont qu’elles n’utilisent jamais des engins de combat bruyant comme pour conserver l’effet de surprise, qu’elles sont très légèrement armées pour préserver leur grande mobilité et qu’elles procèdent généralement par des radis, encerclements et embuscades pour neutraliser les rebelles au lieu de se contenter tout simplement de les déloger et laisser partir comme c’est le cas présentement à l’Est du pays. Les Spécial forces utilisent exceptionnellement des hélicos plutôt pour effectuer des "airs assaults" pendant lesquels elles recourent à la technique de "descente en rappel" leur permettant d’utiliser des cordes pour débarques de l’aéronef encore en mouvement afin de ne pas donner aux rebelles des opportunités de fuir et se fondre momentanément dans la nature.

Si vraiment le Haut-commandement des FARDC tient à obtenir des résultats irréversibles dans leur actuel engament à l’Est du pays, c’est dans cette logique des Spéciales forces que devaient être menées ces opérations de traque des ADF/NALU afin d’éviter qu’elles n’aient pour seules conséquences leurs retraits temporaires dans des montagnes et parcs d’où ils peuvent revenir à tout moment pour semer encore morts et désolations par des raids et embuscades dès que les FARDC auront effrité leurs capacités logistiques notamment par cet usage abusif des orgues de Staline qui sont plutôt destinés à détruire des concentrations massives des forces ennemies, ce qui est bien loin de ce qui se passe à l’Est du pays où les rebelles évoluent en petits groupes disséminés dans dans une certaine promiscuité avec d’inoffensifs citoyens congolais ainsi exposés aux bombardements de leur propre Armée nationale.

Ce sont-là des notions de base de l’art de la guerre que tout officier fantassin bien formé est sensé connaître. Une fois de plus, c’est le traditionnel amateurisme de certains hauts cadres de notre Armée nationale qui est à épingler. Comme quoi, ce n’est pas facile pour de simples officiers de police judiciaire et agents payeurs de s’improviser commandants de grandes opérations militaires.

Faustin LOKASOLA N’KOY BOSENGE

Coordonnateur de la NPDAC/ONG

Consultant international
en management de la paix,
défense et sécurité

Email:fstnbsng99@gmail.com

Tel. :+ 242050528188
+ 2783977111