LES RAISONS INAVOUEES D’UN DIALOGUE DE LA TRAHISON POUR LA SAUVEGARDE DES ACQUIS DES ACCORDS DE LEMERA.

Pour bien comprendre les tenants et les aboutissants de l’actuelle perspective de rapprochement qui s’effectue, cette fois-ci, en plein jour entre Joseph Kabila et Etienne Tshisekedi par le truchement de Félix Tshisekedi, il faut remonter à la genèse des Accords de Lemera, notamment à un très sulfureux projet d’une exportation des eaux douces du fleuve Zaïre vers Israël en passant notamment par l’Ouganda que des hommes d’affaires américains proches des lobbies juifs proposèrent sans succès au Maréchal Mobutu au début des années 90.

En effet, en guise de complément à une très édifiante analyse publiée sur Facebook par Maman Likembe, nous dirons ici que ce dossier d’exportation des eaux du fleuve Zaïre vers l’Israël en passant par le Rwanda, l’Ouganda, l’Ethiopie, l’Erythrée etc., tous des pays ayant sponsorisé la signature des Accords de Lemera et la création de l’AFDL, avait également beaucoup pesé dans la décision de l’Administration Clinton de lâcher le Zaïre de Mobutu au profit de l’Ouganda de Museveni et du Rwanda de Kagame. Lorsque ces traitres et assassins RDCiens de l’AFDL que la propagande pro-rwandais des collabos de Limete présentaient abusivement comme des « libérateurs » sont entrés à Kinshasa, le 17 mai 1997, leurs maîtres rwandais et ougandais disaient à leurs petites amies kinoises qu’ils allaient continuer la guerre jusqu’au Togo, en renversant au passage tous les régimes des pays qu’ils traversaient.

Un problème pour les maîtres du monde étai que, s’étant catégoriquement opposé à ce projet de création d’un pipeline qui devait permettre l’exportation gratuite des eaux du fleuve Zaïre vers Israël en ravitaillant sur son passage l’Ouganda et d’autres pays, le Maréchal Mobutu avait plutôt donné au Colonel Kadhafi son accord de principe pour un partenariat consistant à échanger de l’eau zairoise contre le pétrole libyen. C’était au début des années 90 lorsque le Zaïre connaissait de sérieux problèmes de ravitaillement en pétrole provoquant de longs fils de voitures devant des stations à Kinshasa et ailleurs. C’était également le moment où, après l’épisode conflictuel de la Guerre du Tchad, les deux dignes fils de l’Afrique qu’étaient Mobutu et Kadhafi venaient de se réconcilier pour faire front commun avec Savimbi contre la mafia internationale de prédation des richesses des pays du Sud. Entre temps, le Maréchal avait obtenu d’Hissein Habré une libération d’une centaine de prisonniers de guerres libyens détenus à Djamena qui transitèrent par la Base de Kamina avant de regagner leur pays.

C’était notamment pour empêcher la mise en œuvre de ce projet « eau du Zaïre contre le pétrole libyen » que les maitres du monde mirent toutes leurs batteries en marche pour neutraliser rapidement Mobutu, Kadhafi et Savimbi. Il y a lieu se rappeler que les attaques des Américains et Belges contre Mobutu avaient coïncidé avec un changement des alliances à Luanda où Washington commençaient à appuyer Do Santos et un accroissement de l’hostilité des Occidentaux contre Kadhafi. Ayant compris cette nouvelle donne néfaste pour l’Afrique, dès sa sortie de la prison, Nelson Mandela s’empressa vite de rejoindre le camp des anti-néocolonialistes qu’étaient Mobutu, Kadhafi et Savimbi. Ce sont la misère et la pauvreté que Mandela avait vu partout dans l’ancien Congo-Belge qu’il avait connu qui l’obligea de laisser tomber le projet de l’ANC de chasser les Blancs.

Ayant été parachuté au pouvoir à Kinshasa par l'Occident, le nationaliste primaire devenu collabo des Rwandais par la soif du pouvoir qu’était Laurent Désiré Kabila fit obligé de tourner vite casaque aux Occidentaux et de se rapprocher du Colonel Kadhafi avec lequel il eut un entretien à Syrte en Libye sur la question d’une relance de ce projet autrefois avorté de « l’eau zairoise contre le pétrole libyen». Ayant eu vent de ce contact, Yoweri Museveni s’empressa monter rapidement la rébellion du MLC de Jean Pierre Bemba contre le pouvoir de Laurent Désiré Kabila. Or, ce projet devait techniquement consister à détourner une partie des eaux du fleuve Zaïre sur le Lac Tchad d’où elle devait par la suite être pompée vers la Libye, ce qui signifiait que le Tchad aussi devait s’y retrouver. C’est justement ce qui motiva l’envoi par le Président Idriss Deby des troupes tchadiennes pour combattre la rébellion du MLC.

Votre serviteur a procédé à ce succinct complément d’analyse pour montrer aux patriotes zairois que ce n’est pas du tout une simple coïncidence que, maintenant que Kigali et Kampala renforcent leur présence militaire au Kivu tout en manageant un retour en force de la rébellion du M23, nous voyons au même moment les quatre partis proches des Accords de Lemera que sont le PPRD, l’UDPS/Aile Kabila, le MLC et l’UNC parler d’un dialogue. Les collabos des Rwandais cherchent tout simplement à laver pour laver leurs linges sales en famille tout en tromper, pour la nième fois, la vigilance du peuple zairois pour accomplir leur diabolique mission de la trahison de la patrie au profit de leurs mentors inavoués que sont Paul Kageme et Yoweri Museveni. S

C’est pourquoi, les vrais compatriotes zairois ne doivent pas baisser les bras, et encore moins, se contenter d’une politique de la chaise vide qui ne sera profitable qu’à ces collabos RDCiens et maîtres Rwandais et Ougandais. C’est à ce moment précis que notre patrie a plus que jamais besoin des énergies et du courage de ses dignes fils comme Martin Fayulu, Gabriel Mokia, Kyungu wa Kumwanza, Albert Moleka, Jacques Matanda, Lucien Busa, Jean Claude Mvuemba et autres pour amener nos très braves jeunes patriotes de Kinshasa à empêcher carrément tenue de ce dialogue de la trahison de notre patrie par tous ces traitres RDCiens qui sont en train de dévoiler au grand jour leur longue collaboration avec les Rwandais et les Ougandais dont la finalité est une « palestination » de notre très cher et beau pays.

En effet, le souverain primaire qu’est le peuple zairois doit plutôt s’opposer catégoriquement, et par tous les moyens, à cette parodie des élections provinciales dont l’objectif principal est de détrôner Kengo wa Dondo du Sénat pour y placer un kabilo-lemeriste qui facilitera un glissement du mandat de l’imposteur Joseph Kabila. Merci mon Dieu de continuer toujours à couvrir de Ta protection tous ses braves patriotes Zaïrois qui s’exposent constamment aux poisons et balles de leurs ennemis Rwandais et leurs collabos RDCiens dans leur combat patriotique pour la sauvegarde de la terre de leurs ancêtres.

Merci de bien vouloir lire régulièrement votre serviteur sur son compte Facebook « Faustin Bosenge », la page Facebook « FNRC », le groupe Facebook « Avec les FNRC Libérons le Kivu en 2017 » et www.societecivile.cd.

Faustin BOSENGE
Coordonnateur des FNRC