1 octobre, Journée internationale des personnes âgées : l’ACVDP plaide pour l’assistance sociale face à la COVID 19

1 octobre, Journée internationale des personnes âgées : l’ACVDP plaide pour l’assistance sociale face à la COVID 19

Selon le les Nations Unies, la pandémie du Covid-19 entraine pour les personnes âgées du monde entier d’innombrables peurs et souffrances. En plus des conséquences sanitaires immédiates, la pandémie expose les personnes âgées à un risque accru de pauvreté, de discrimination et d’isolement. Il est probable qu’elle s’avère particulièrement sévère pour les personnes âgées des pays en développement.

L'année 2020 marque le 75e anniversaire de l’Organisation des Nations Unies et le 30e anniversaire de la Journée internationale des personnes âgées dont le thème est « Repenser le vieillissement après la pandémie »
Cette année a également vu la propagation de la COVID-19, qui a bouleversé le quotidien des populations partout dans le monde. Compte tenu des risques plus élevés auxquels sont confrontées les personnes âgées face à l’émergence de pandémies telles que la COVID-19, les mesures politiques et les programmes doivent davantage sensibiliser la société civile aux besoins particuliers de ces personnes. Il est notamment important de reconnaître la contribution et le rôle que jouent les personnes âgées vis-à-vis de leur propre santé et dans les phases de préparation et d’intervention des pandémies actuelles ou futures.
De plus, cette année a été reconnue « Année des sages-femmes et du personnel infirmier ». C’est pourquoi, l'édition 2020 de la Journée internationale des personnes âgées mettra en avant la contribution du personnel de santé au bien-être des personnes âgées. Il s'agira de témoigner notre reconnaissance particulière pour la profession d'infirmier et d'infirmière, en mettant aussi l'accent sur les femmes, qui sont en première ligne pendant la pandémie, bien que leur rôle soit parfois sous-évalué ou insuffisamment rémunéré.
La célébration de 2020 fera aussi la promotion de la Décennie du vieillissement en bonne santé (2020-2030) et aidera à rassembler des experts des Nations Unies, de la société civile, de gouvernements et des professionnels de la santé pour discuter des cinq objectifs stratégiques de la Stratégie et plan d’action mondiaux sur le vieillissement et la santé 2016-2020, tout en notant les progrès déjà atteints. La stratégie mondiale est bien intégrée dans les objectifs de développement durable (ODD), tandis que les questions de vieillissement recoupent les 17 objectifs, en particulier l'objectif 3 qui vise à « permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge ». Comme l'a déclaré le Directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, « agir sur la stratégie est un moyen pour les pays de mettre en œuvre le Programme de développement durable à l'horizon 2030 et de garantir que chaque être humain, quel que soit son âge, ait la possibilité de réaliser son plein potentiel dans la dignité et l’égalité ».
Le thème de 2020 vise donc à :
• Informer les participants des objectifs stratégiques de la Décennie du vieillissement en bonne santé.
• Sensibiliser aux besoins de santé spécifiques aux personnes âgées et à leur propre contribution vis-à-vis de leur santé et du fonctionnement des sociétés dans lesquelles elles vivent.
• Accroître la sensibilisation et l'appréciation du rôle du personnel de santé dans le maintien et l'amélioration de la santé des personnes âgées, en accordant une attention particulière à la profession infirmière.
• Présenter des propositions pour réduire les disparités de santé entre les personnes âgées dans les pays développés et en développement, de manière à « ne laisser personne pour compte ».
• Améliorer la compréhension de l'impact de la COVID-19 sur les personnes âgées et son impact sur la politique, la planification et les attitudes concernant les soins de santé.
Contexte
Le 14 décembre 1990, l'Assemblée générale des Nations Unies a proclamé le 1er octobre Journée internationale des personnes âgées (résolution 45/106). Cela a été précédé par des initiatives telles que le Plan d'action international de Vienne sur le vieillissement, qui a été adopté par l'Assemblée mondiale sur le vieillissement de 1982 et approuvé plus tard la même année par l'Assemblée générale des Nations Unies.

En 1991, l'Assemblée générale a adopté les Principes des Nations Unies pour les personnes âgées (résolution 46/91). En 2002, la deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement a adopté le Plan d'action international de Madrid sur le vieillissement, afin de répondre aux opportunités et aux défis du vieillissement de la population au XXIe siècle et de promouvoir le développement d'une société pour tous les âges.

La composition de la population mondiale a radicalement changé au cours des dernières décennies. Entre 1950 et 2010, l'espérance de vie dans le monde est passée de 46 à 68 ans. À l'échelle mondiale, on comptait 703 millions de personnes âgées de 65 ans ou plus en 2019. La région de l'Asie de l'Est et du Sud-Est abritait le plus grand nombre de personnes âgées (261 millions), suivie de l'Europe et de l'Amérique du Nord (plus de 200 millions).

Au cours des trois prochaines décennies, le nombre de personnes âgées dans le monde devrait plus que doubler, atteignant plus de 1,5 milliard de personnes en 2050. Toutes les régions connaîtront une augmentation de la taille de la population âgée entre 2019 et 2050. La plus forte augmentation (312 millions) devrait se produire en Asie de l'Est et du Sud-Est, passant de 261 millions en 2019 à 573 millions en 2050. L'augmentation la plus rapide du nombre de personnes âgées est attendue en Afrique du Nord et en Asie occidentale, passant de 29 millions en 2019 à 96 millions en 2050 (soit une augmentation de 226 %). La deuxième augmentation la plus rapide est prévue pour l'Afrique subsaharienne, où la population âgée de 65 ans ou plus pourrait passer de 32 millions en 2019 à 101 millions en 2050 (218 %). En revanche, l'augmentation devrait être relativement faible en Australie et en Nouvelle-Zélande (84 %) et en Europe et en Amérique du Nord (48 %), régions où la population est déjà nettement plus âgée que dans d'autres parties du monde.

Parmi les groupes de développement, les pays les moins avancés, à l'exclusion des pays les moins avancés, abriteront plus des deux tiers de la population âgée du monde (1,1 milliard) en 2050. Pourtant, l'augmentation la plus rapide devrait avoir lieu dans les pays les moins avancés, où la population le nombre de personnes âgées de 65 ans ou plus pourrait passer de 37 millions en 2019 à 120 millions en 2050 (225 %).

En République Démocratique du Congo, l’âge de la retraite est fixé par selon la loi sur la sécurité sociale du 15 juillet 2016. Cette nouvelle Loi qui entre en vigueur en juillet 2018 a le mérite de comporter quelques innovations dont la révision de l’âge de d’ouverture du droit à la pension de retraite et l’allocation de vieillesse fixée désormais à 60 ans tant pour les hommes que les femmes. 65 ans constituent l’âge limite de départ à la retraite.
Les employés sont mis à la retraite à l'âge de 55 ans ou 60 ans, pour la fonction publique, et de 60 ans ou 65 ans pour le secteur paraétatique et privé.
En milieu rural, les personnes âgées de 60 à 70 ans restent encore productives à moins que les maladies ne les affaiblissent.
Aujourd’hui, avec la pauvreté accrue de la population de la RDC caractérisée par un IDH faible selon le rapport de développement humain 2016 du PNUD fait que les actes de rejet des vieilles personnes par leurs enfants découleraient de l’ampleur qu’a eu le phénomène de l’accusation de sorcellerie qui, lui-même, proviendrait de la pauvreté à laquelle s’enfonce de plus en plus la population. En effet, actuellement à Kinshasa, au-delà de sa considération normale et naturelle, la mort a toujours une autre cause mystique dont un homme serait à l’origine. A défaut de s’en prendre aux enfants, c’est aux vieilles personnes que cela est attribué. On les accuse alors de sorcier(ère) et c’est là que leur calvaire commence ainsi en violation de ses droits.
Dans bien des religions et sociétés du monde, les cheveux blancs, symbole de la vieillesse, sont considérés comme une bénédiction car ils font preuve d’une récompense Divine à une vie terrestre menée de façon plus ou moins intègre. Ceci fait des personnes de 3ème âge des femmes et des hommes heureux qui doivent jouir d’une grande considération ainsi que d’une attention toute particulière de la part des jeunes et des autorités en charge des questions relatives à cette catégorie de la population.
Pour y parvenir, nous avons utilisé la méthode dite documentaire, la technique d’interview et les descentes sur terrain. Ces dernières, consistaient à l’examen attentif des conditions de vie des personnes de troisième âge vivant dans des homes de vieillards, en famille, dans les ménages, les rues, les avenues, les places publiques (marchés, ports, parkings, stades, arrêts de bus, aéroports, gares, etc.…).

Dans le cadre de sa mission de promotion et de défense des droits des personnes vulnérables, l’Action Contre les Violations des Droits des Personnes Vulnérables (ACVDP) compte publier son ouvrage conformément aux instruments juridiques tant nationaux qu’internationaux comme la constitution de la RDC à son article 16 alinéa 1, la Déclaration Universelle des Droits de l’homme à son article 25, les Droits Economiques, Socioculturels ratifiés par la RD Congo porté sa contribution pour le respect des droits personnes oubliées en général et spécifiquement des personnes du troisième âge pour le volume 1 de notre ouvrage en vue de s'appesantir particulièrement sur la situation de cette catégorie de la population victimes de violation de ses droits.
Le présent ouvrage est une modeste contribution de l’ACVDP pour une prise de conscience plus accrue en vue d'améliorer les conditions de vie des personnes de troisième âge en RDC.
Ce travail, qui est le fruit des recherches sur les réalités socioéconomique et culturelle des vieillards sur le terrain, se présente comme l’une des activités dans la mise en œuvre du plan d’action de l’ACVDP dans la réalisation des objectifs visant la protection des personnes vulnérables en général et en particulier les personnes âgées en provinces de la république démocratique du Congo (RDC).

Crispin KOBOLONGO KONGUNDE
Président