LE CONAFED AVAIT PRIS PART A L'ATELIER DE FORMATION SUR LA GESTION DES CONFLITS A KIGALI

La Division des Nations Unies pour la Promotion de la Femme a organisé, en collaboration avec le Centre de résolution des Conflits de l'Université du Cap (Afrique du Sud), un atelier de formation sur la gestion des conflits à l'intention des femmes à Kigali. Cet atelier a rassemblé de lundi 15 au vendredi 19 septembre 2003, trente huit (38) femmes de la région des Grands Lacs, représentantes des Gouvernements et de la Société civile. Parmi elles, il y avait Madame Elise MUHIMUZI, Secrétaire Permanente du Comité National Femme et Développement (CONAFED). L'atelier a accouché d'un document dit "Déclaration de Kigali".

Dans ce document, les participants à l'atelier ont fait appel aux Nations Unies, à l'Union Africaine et aux Gouvernements des pays de la sous-région des Grands Lacs en vue de soutenir avec détermination et énergie, les femmes burundaises et congolaises dans leur recherche d'une paix durable selon les accords d'Arusha et de Lusaka.

Cet appel est consécutif à la reconnaissance du fait que les femmes et les jeunes filles ont payé un lourd tribut en tant que victimes de conflits et des guerres et surtout en tant que cibles des abus et des violences sexuelles. Les participants n'ont pas manqué de rappeler, dans la déclaration de Kigali, la paix et la sécurité et l'appel à l'intégration de la perspective genre dans toutes les phases de la construction de la paix, de la résolution des conflits et de la reconstruction post-conflit.

Dans leur déclaration, les participantes se sont engagées à envoyer une délégation de haut niveau composé de représentantes du Rwanda, du Burundi , de la République Démocratique du Congo, de l'Ouganda, de la Tanzanie et de l'Afrique du Sud avec l'appui du Réseau des Femmes du fleuve Mano pour la paix.

Cette délégation a deux objectifs. Le premier est de rencontrer les acteurs du processus de paix au Burundi et en République Démocratique du Congo en vue d'accélérer le processus de paix qui arrêtera les violences et les souffrances des peuples burundais et congolais en particulier des femmes et des enfants. Le second est de soutenir les femmes congolaises et burundaises dans la préparation de la conférence internationale sur la paix dans la région des grands lacs qui ne peut avoir lieu que quand les condition de paix seront établies dans la région des Grands Lacs.

Enfin, les participants à l'atelier ont réaffirmé leur engagement à contribuer au retablissement d'une paix durable, condition sine qua non au développement économique, social et politique de la République Démocratique du Congo et du Burundi.