L’INSÉCURITÉ PLANE ENCORE À KINSHASA. NEUF HOMMES EN CAGOULE SÈMENT LA TERREUR À KINDELE

Cette visite n’avait qu’un seul objectif : éliminer la vie du Professeur Mboma Muyolo. Plusieurs éléments sont en faveur de cette affirmation d’autant plus qu’ au cours de la journée du mardi 11 novembre celui-ci a reçu de coups de fils anonymes. Aussi, il faudra noter que les assaillants avaient la maîtrise topographique des lieux. Ils sont passés par la parcelle voisine et ont bravé le mur de la clôture qui était plus accessible contrairement à l’autre accès où le mur est très élevé. Les agresseurs ont par la suite ligoté la sentinelle, cisaillé l’antivol et sans difficulté se sont introduit dans la maison de l’infortuné à travers la fenêtre sans crochet.

Madame Caroline Sinzidi, épouse du Professeur Mboma a été la première à recevoir ces invités indésirables en tenue militaire. Sous émotion et tenant à s’enquérir sur l’objet de cette visite nocturne, elle a reçu le coup de crosse à la tête. Tant des propositions ont été une tentative pour l’épouse du Professeur afin de se débarrasser des assassins ; notamment des biens matériels à livrer. Cette initiative n’a pas reçu gain de cause. Cette situation a réveillé l’attention du Professeur qui se décida d’aller à la rencontre des oppresseurs. La cible s’étant présenté, sans autre forme de procès, deux balles lui seront logés au niveau du cœur et mettra un terme à sa vie. C’est après une dizaine des minutes qu’un secours a été apporté à la veuve Caroline Sinzidi par les agents de l’ordre qui la conduiront aux Cliniques Universitaires de Kinshasa. Par la même occasion, le corps inanimé du Professeur Mboma, spécilaliste en Géo-chimie sera acheminé aux Cliniques.

Cependant l’opinion a encore à l’esprit les circonstances de la mort de Monsieur Steve Nyembo, qui nous le rappelons, a été abattu à sa résidence de la même manière. Cette dernière affirme de plus en plus la thèse de règlement des comptes. Néanmoins rien n’est précis sur la nature de ce règlement de compte. Une tendance s’appuierait sur la promotion en gestation au niveau du Conseil d’Administration de la Congolaise des Hydrocarbures (Cohydro) qu’il devrait bénéficier.

En attendant que la justice fasse son travail dans l’un ou dans l’autre cas, il est établi que la question de la sécurité n’a pas encore trouvé un remède. Il revient à l’autorité publique et à chaque citoyen de veiller sur la quiétude de tous !

Il y a lieu de noter que le Professeur Mboma , âgé de 60 ans. Il a été formé à l’Université d’Orléans en France en Géo-chimie. Il fut successivement Chef du Département de Géologie à l’Université de Lubumbashi en 1978. De 1997 à 2000, il assuma les fonctions du Chef du département des Sciences de la Terre à l’Université de Kinshasa. Il était aussi membre du Conseil d’Administration de la Cohydro. Il laisse une veuve et 11 enfants.

KAPO KABEYA MUKENGE (Reporter APEMA)
assisté de Mlle MUJINGA LINA