JSF TRES PREOCCUPEE PAR LA SECURITE DES DIRIGEANTS POLITIQUES DES FORCES DEMOCRATIQUES POUR LA LIBERATION DU RWANDA DECLARES PERSONNA NON-GRATA

COMMUNIQUE DE PRESSE N° 07 /JSF/2002 DU 25 SEPTEMBRE 2002

Justice Sans Frontières ( JSF ) a suivi avec intérêt le communiqué du Gouvernement de la République Démocratique du Congo lu le mardi ,24 septembre 2002, à 20 heures, sur les antennes de la Radio et Télévision Nationales Congolaises (RTNC ),par le Commissaire Général du Gouvernement Chargé du suivi de Processus de Paix dans la Région des Grands Lacs ,Monsieur Vital Kamere, annonçant les mesures arrêtées par le Gouvernement notamment l’interdiction stricte et définitive sur le territoire de la RDC de toutes les activités de la branche politique des ex-combattants rwandais réunis au sein des Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda ( FDLR ) et la décision déclarant tous les dirigeants politiques de FDLR « persona non grata » et invités à quitter le territoire de la RDC dans les 72 heures.

Tout en saluant l’engagement du Gouvernement d’interdire l’exercice des activités politiques et armées par les opposants rwandais sur toute l’étendue du territoire national, Justice Sans Frontières est cependant préoccupée par le sort des personnes déclarées « non grata » et sommées à quitter la RDC dans les 72 heures en ce qu’elles jouissent de statut de réfugiés politique depuis 1994.

Justice Sans Frontières saisit cette occasion pour rappeler au Gouvernement de la République Démocratique ses obligations internationales résultant de la Convention des Nations Unies relative au Statut des Réfugiés et des autres instruments juridiques internationaux pertinents en matière de promotion et de protection des droits humains ; et prie ,en conséquence le Gouvernement de ne pas expulser ,ni extrader vers le Rwanda les personnes déclarées « non grata » et sommer à quitter le territoire national de la RDC car il y a des raisons sérieuses à craindre pour leur persécution, sécurité personnelle et intégrité physique dans leur pays d’origine.

Justice Sans Frontières invite la Mission d’ Observation des Nations Unies au Congo ( MONUC ),Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés, le Haut Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’ Homme, l’Union Européenne, l’Union Africaine ,les Missions diplomatiques accréditées en RDC, les organisations humanitaires internationales, les organisations de défense des droits de l’homme et les chefs de confessions religieuses à peser de tout leur poids afin de s’assurer que le personnes déclarées « non grata » ne sont pas expulsées ou encore moins extradées vers le Rwanda ou tout autre Etat ou leur vie serait manifestement en danger.

Fait à Kinshasa, le 25 septembre 2002

Pierre SHINDANO
Le Président