Point de vue: coup de pouce pour les jeunes garçons en RDC

Depuis les temps anciens, le monopole du pouvoir, partant de la parole, a été réservé aux hommes. Cette conception s'est transmise de génération en génération jusqu'à ce jour, et quoique l'on fasse des éfforts pour abolir cette domination qu'exerce l'homme sur la femme, l'afrique, précisement le congo, porte encore symptômes de cette domination.

Pour apporter un changement quelconque, surtout quant il s'agit des mentalités, il n'est pas toujours prudent d'attaquer directement les différences. Mieux vaut commencer par les points où l'on est d'accord.

L'interêt accordé à l'information, à l'éducation et à la formation des jeunes garçons au congo se justifie par le fait que:
souvent pour dire NON les filles sont sensiblement influençées par les garçons, et ce , même lorsqu'il s'agit des questions qui concernent leurs propres vies, leurs études, leurs santé...imaginez-vous les conséquences si ces garçons ne sont pas suffisament avertis en la matière?

Ceci nous montre à suffisance que travailler de concert avec les jeunes garçons n'est pas seulement pour leurs propres avantages, mais aussi pour l'amélioration de la ssr, la valorisation de la jeune fille et la promotion de droits en ssr. Car jusqu'à ce jour, les femmes ont encores besoin des hommes pour leurs informer et révendiquer leurs propres droits! Mais il y a aussi le fait que jusqu'alors, la priorité d'accès à l'instructon était reservée aux garçons.

Notre association , le groupe "eldorado" organise beaucoup d'activités auxquelles participent activement beaucoup des gaçons. Ce sont ces garçons qui ont aidé la plupart des filles à changer leurs comportements et, pour cetaines , à s'impliquer dans notre travail pour l'amelioration de la situation des jeunes par des moyens pacifiques. A l'heure où j'écris cet article, des campagnes sont en train d'être préparées par notre association pour convaicre le gouvernement et la population à dire non à l'éxagration de la dot. C'est le projet "dot unique" conçu et animé par des garçons et dont l'un des principaux objectifs est la revalorisation et la protection de la jeune fille. Ce projet n'est pas financé et ce sont quelques 80 garçons et 15 filles qui se cotisent en attendant de convaincre les bailleurs des fonds. Qui n'est pas convaincu de l'importance de la participation des jeunes garçons?

Par Callyste tshiabola,

Admistrateur financier du groupe"eldorado"-acces
kinshasa/RDC