PERSPECTIVES POUR LE CENTRE LASALLIEN DE SANTE SCOLAIRE

FRERE DES ECOLES CHRETIENNES
DISTRICT DU CONGO CENTRAL
BUREAU DES ECOLES LASSALIENNES
CENTRE LASSALIEN DE SANTE SCOLAIRE
« CLASS »

PERSPECTIVES POUR LE CENTRE LASALLIEN DE SANTE SCOLAIRE « CLASS »

I.GENERALITES
Le 14 septembre 2002 est le jour de l’inauguration du Centre Lassallien de Santé Scolaire, « CLASS » en sigle.
Le bureau des Ecoles Lassalliennes veut mettre à la disposition des écoles des Frères Chrétiennes un service médical pour s’occuper de la santé des élèves.
La santé scolaire a deux volets :
-la médecine curative ;
-la médecine préventive.

Le CLASS a été équipé de manière à permettre au personnel de santé de donner le meilleur de leurs compétences. Ainsi dans l’achat du matériel et dans son aménagement, on y mis une touche particulière de modernisme et d’efficacité. Alors maintenant qu’il a été inauguré, il faut relever le défi. Qu’allons faire ? Que pouvons-nous faire ? Et comment faire pour répondre aux aspirations et aux espoirs que le CLASS à susciter ?

II.PARTICULARITES SCIENTIFIQUES

Nous avons cité le type de médecines à pratiquer dans la santé scolaire :
-la médecine curative ;
-la médecine préventive.
LA MEDECINE CURATIVE

C’est la partie la plus visible : distribuer les soins médicaux. Cela consiste à recevoir en consultations des élèves, à pratiquer des examens de laboratoire et à prescrire des médicaments.
Pour cela, nous avons notre DISPENSAIRE d’école.
Au niveau de la communauté en une année scolaire, nous recevrons uniquement ceux qui auront posé des problèmes de santé.

Et en l’espace de deux ans, il y aura des élèves qui n’auront pas fréquenté le CLASS une seule fois. Et pourtant, notre équipement du dispensaire est suffisant pour assurer des soins adéquats à tous et notre personnel aussi a un niveau de compétence suffisant pour prendre en charge les soins élémentaires des élèves.

A)LA MEDECINE PREVENTIVE

C’est là qu’intervient la branche spécialisée de la santé scolaire appelée LA MEDECINE SCOLAIRE. Elle est essentiellement préventive. Elle consiste en une consultation systématique et systémique de tous les élèves. Tous les élèves doivent être vus au moins une fois par an par l’équipe de santé scolaire ; malade ou pas. Il s’agit de dresser un dossier médico-social par élève. Et de ce fait, tout parent sera contacté au sujet de l a santé de son enfant.
Pour cela, il faut une sous-traitance. Sinon :
- l’équipement du laboratoire sera complété par un ou plusieurs microscopes ;
- l’administration sera renforcée par une nouvelle unité ;
- le médecin devra avoir l’aide de deux autres confrères ;
- le Nursing devra s’enrichir de six infirmiers.
Alors que le travail de la médicine scolaireest un projet ponctuel et épisodique.

III.CONTRAINTES
Dans l’exécution du projet « CLASS » , nous devons tenir compte de certaines pesanteurs. Ces contraintes, une fois bien adaptées, ne seront plus des freins dans notre développement mais plutôt des poteaux indicateurs.

1)La Mentalité

Notre population n’a pas encore développé le réflexe de médecine préventive. Il est difficile de leur demander aujourd’hui de se préparer pour un « accident » qui pourrait subvenir « demain ». Et encore

2)Le manque de ressources

Le minerval est déjà en soi difficile à payer.
S’il faut encore ajouter de charges, nous arrivons à la SURCHARGE.

3)Les effets attendus

L’effet attendu peut paraître aléatoire pour l’enfant qui traverse l’année scolaire sans problème de santé. Donc sans passer par le CLASS. Les parents ne sauront pas comprendre le motif soit de l’abonnement, soit d’un autre paiement pour l’année suivante.

4)Les effets immédiats

L’abonnement doit produire aussi des effets intermédiaires bénéfiques pour chaque élève.
Ex : l’obtention immédiate d’un dossier médico-scolaire.

5)Le calcul du forfait

Le calcul de forfait doit refléter une réalité connue et familière aux parents comme point de référence.

IV.PROPOSITIONS

1)Pour la médecine du CLASS est bien équipé et le personnel soignant est bien compétent pour y assurer un service continu et rentable pour la population lassallienne.

2)Pour la médecine Préventive

Nous proposons la sous-traitance comme indiquée plus haut. Ce sont des consultations de masses (50 à 70 élèves par jour) et qui demandent une administration particulière :
-préparation des dossiers ;
-contact avec les parents et les enseignants ;
-consultations médicales ;
-analyses de laboratoire ;
-récolte des données + conclusions ;
-établissement des dossiers médico-scolaires ;
-réponse aux parents ;
-consultations de suivi.

Vu le nombre d’élèves dans les écoles concernées, il faut une équipe à part pour bien faire ce travail.

CONCLUSIONS

-Vu les capacités du CLASS (Technique et Humaines) ;
-Vu les ambitions légitimes du CLASS (Couverture médicale des élèves des FEC) ;
- Vu notre mentalité en rapport avec la notion de prévention et d’abonnement (face à une médecine préventive) ;
-Vu que le CLASS doit pour la première année, avoir un impact réel dans les milieux des élèves des écoles des Frères,

Nous pensons qu’il est impérieux pour ce début d’appliquer d’emblée les deux formes de médecine à savoir : - la médecine curative ;
-la médecine préventive.

Pour le CLASS,
Dr MOBHE AZENGA
Médecin Supérvisuer.