Le VIH-SIDA et les Orphelins. Trois élèves du Complexe Scolaire DIMANSIA en parle

L’ONG « Assistance Humanitaire aux Enfants Sans Ressources (AHESR/DIMANSIA) en sigle dont Mme. Bernadette DIVUIDI MANSIATIMA assume la présidence s’occupe de la prise en charge de 47 orphelins du VIH-SIDA.
Afin de bien mener son action de prise en charge des orphelins de SIDA, l’Assistance Humanitaire aux Enfants Sans Ressources (AHESR/DIMANSIA) a créée une école dénommée « Complexe Scolaire DIMANSIA » qui organise trois sections : maternelle, primaire et secondaire.
Mme. Béatrice MUSANGIE et Mr. Macaire MUKONDU respectivement professeurs de français et de biologie ont initié un programme axé sur la communication pour le changement de comportement vis-à-vis du VIH-SIDA lequel est animé par les élèves. C’est à ce titre qu’un groupe de trois élèves (Engenza, Libebele et Ngindu) de 5è Biologie-Chimie ont parlé de l’infection à VIH-SIDA et ses conséquences auprès de leurs collègues à travers une causerie éducative en date du samedi 19 mars 2005.
Pour Mme. Béatrice MUSANGIE et Mr. Macaire MUKONDU, le message passe bien lorsque les enfants parlent eux-mêmes à d’autres enfants au sujet de la pandémie du sida et des conséquences du VIH-SIDA.
Dans leur exposé, les enfants ont dit à leurs collègues que le SIDA signifie « syndrome de l’immunodéficience acquise ». Il s’agit d’une maladie mortelle qui a été découverte entre 1980 et 1982 par le professeur Luc-Montagnet en collaboration avec l’Institut Louis Pasteur en France.
Le sida a plusieurs symptômes (forte fièvre allant de 39 à 40°, diarrhée qui ne cesse pas, tuberculose, perte de poids, zona, toux chronique…). Il ne s’agit pas d’une épidémie et ses modes de transmission sont les suivants :
-l’usage des objets tranchants infectés (lame de gillette, seringue, aiguille, ciseaux…)
-la transfusion sanguine du sang infecté par le VIH
-les relations sexuelles non protégées avec une personne séropositive, etc.
Les intervenants ont précisé que le sida se transmet d’une personne séropositive à une personne saine lorsqu’il y a contact du sang infecté avec le sang non infecté.
Attention ! Le sida n’a ni médicament ni vaccin et le meilleur remède c’est la prévention. Pour prévenir le sida, il y a deux possibilités :
1.La fidélité absolue et réciproque du couple sain :
Ici, nous parlons aux personnes mariées qui doivent être fidèles l’un vis-à-vis de l’autre.
2.L’abstinence :
Pour nous les jeunes, nous devons nous abstenir de relations sexuelles et de l’usage collectif d’objets tranchants. Mieux vaut que les jeunes puissent se confier en Dieu car il est le seul protecteur.
Il n’est pas bon de courir derrière les jupons en faisant l’usage du préservatif qui parfois se déchire.
A ceux qui sont mariés sans avoir fait le test de dépistage, nous leur prodiguons des conseils pour qu’ils le fassent.
Pour ceux qui sont déjà infectés, nous leur prodiguons des conseils pour qu’ils ne puissent pas désespérer et qu’ils se confient en Dieu.
Nous qui ne sommes pas encore engagés dans le mariage (élèves, étudiants, fiancés…) faisons le test de dépistage avant le mariage.
CONCLUSION
Le sida est toujours présent dans les milieux des jeunes et les jeunes doivent s’impliquer dans la prévention à travers la communication pour le changement de comportement vis-à-vis du VIH-SIDA. Les jeunes doivent adopter un comportement à moindre risque vis-à-vis du VIH-SIDA.