OLPA choqué par l'agression d'un caméraman à Kisangani

L'Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA), réseau africain d'experts juristes et journalistes volontaires pour la défense et la promotion de la liberté de la presse, est profondément choqué par l'agression de Jean-Paul Ilunga, reporter caméraman et correspondant de la télévision Horizon 33 à Kisangani, chef-lieu de la province Orientale, au nord-est de la République démocratique du Congo.
Jean-Paul Ilunga a été sauvagement battu par les étudiants de l'Université de Kisangani (Unikis) qui l'ont surpris sur le lieu d'un accident de circulation ayant occasionné la mort d'un étudiant, sur l'avenue Grison, non loin du campus de l'Unikis, dans la commune de Makiso.
De passage sur l'avenue Grison, Jean-Paul Ilunga a été attiré par les dégâts causés par un camion transportant les éléments de la 3ème région militaire des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC). Jean-Paul Ilunga s'est mis à filmer les images de l'accident du camion qui a renversé un étudiant en Economie qui roulait à vélo et mort s'en est suivie après avoir subi le choc.
Ayant appris la nouvelle de la mort d'un de leurs, les étudiants ont effectué une descente punitive sur le lieu. Ils ont battu sauvagement le correspondant d'Horizon 33 trouvé sur le lieu, tout en détruisant son matériel de travail.
Le reporter caméraman s'en est sorti avec plusieurs lésions corporelles. Il a reçu de premiers soins dans un centre hospitalier de la place et demeure convalescent.
Eu égard à ce qui précède, l'Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA) condamne énergiquement ces actes qui violent manifestement le droit d'informer et d'être informé garanti par la Constitution du 18 février 2006 ainsi que les instruments juridiques internationaux dûment ratifiés par la R.D.Congo.
En conséquence, OLPA exige aux autorités provinciales et au Comité de gestion de l'Unikis à diligenter une enquête afin que les auteurs de ces actes soient identifiés et sévèrement punis. Il en est aussi du préjudice subi par le reporter caméraman qui doit être réparé dans un délai relativement court.
Enfin, OLPA exhorte les institutions de la transition et la Mission Onusienne au Congo (Monuc) à sécuriser les journalistes sur toute l'étendue de la R.D.Congo. Les efforts devront être fournis de part et d'autre pour obtenir la remise en liberté des journalistes actuellement incarcérés au Centre pénitentiaire et de rééducation de Kinshasa (CPRK).