Les déplacés de guerre de Sake et de Ruthuru lancent un SOS au prés du HCR et de la Monuc pour leur venir en aide.

Nous sommes abandonnés par notre Gouvernement et les Agences de l'ONU qui sont au pays,nous a ranconté une maman d'une cinquantaine d'années avec son enfant au dos,un patit matelas en main et un petit colis contenant ses habits à Mugunga à quelques Kilométre de la ville de Goma aprés avoir pris la fuite à Kirothe et se retrouvant seulement avec un enfant alors qu'elle en avait cinq.

Nous demandons premierement au HCR et à la Monuc de s'occcupent de notre sort car nous ne sommes que des innocents de cette situation de guerre imposée par les personnes voulant prendre le pouvoir et nous diriger.

Deuxiément nous voulons qu'il y ai aussi la securité chez nous pour nous permetrre de faire nos activités de champs.

Aprés cette cessation des hostilités grâce aux efforts de la Mission de l'Organisation des Nations Unies au Congo en sigle la Monuc,nous pensons qu'il est temps pour les ONGs et les autres Acteurs humanitaires sur place de venir en aide le plus vite possible à cette population déplacée car une grande partie passe la nuit à la belle étoile et depourvue de tout c'est-à dire pas des couvertures,des marmites,de l'eau,de la nourriture ,bref aucune assistance à leurs égards .

En effet, si Nkunda est aujourd’hui acculé dans le Masisi, ses complices continuent à se la couler douce à Beni, à Lubero, à Rutshuru, à Walikale, à Kinshasa, au Rwanda, en Ouganda, etc. Ainsi, ceux qui sont pressés de chanter victoire devraient ainsi attendre, le temps pour eux de découvrir tout le plan de Kinshasa pour mettre fin à ce phénomène Nkunda dont le réseau dépasserait la région des Grands Lacs Africains,et nous comptons aussi aux efforts de la Monuc et du HCR sur le terrain en vue de proteger les personnes civiles.

Depuis le début de celle qu’on appelle maintenant troisième guerre du Congo, les forces vives du Nord-Kivu ont toujours demandé une solution globale au phénomène Nkunda. Cette solution globale passe, d’après elles, par une dissuasion militaire que Kinshasa a entamée la semaine dernière, une diplomatie de choc et ouverte et la participation de tous et de chacun des citoyens congolais au débat.

Cette demande de forces vives du Nord-Kivu est contraire à la privatisation actuelle de la crise du Nord-Kivu par Kinshasa qui a choisit la discrétion comme méthode de travail. Cette privatisation de la guerre du Nord-Kivu par Kinshasa est un fait que déplorent plusieurs observateurs qui prennent en considération les accointances et alliances secrètes existantes entre Kinshasa et la rébellion de Nkunda.

Pour croire à la bonne foi de Kinshasa, les populations du Nord-Kivu auraient voulu avoir des preuves de rupture avec Nkunda et une condamnation explicite par la justice congolaise de tous ses méfaits commis à l’Est de la R.D. Congo depuis 1998. Ainsi, la mise à l’écart des représentants du peuple dans la conduite de la guerre n’augure pas des lendemains meilleurs au Nord-Kivu.

Depuis Sake au Nord Kivu le 09.09.2007,Albert Kambale Kamate,Point Focal au sein de l'ONG Human Rescue/RD.Congo.

Pour la Coordinnation Nationale de l'ONG Human Rescue/RD.Congo,
Madame Chantal Nyota,
Chargée des Comunications.
Web:www.societecivile.cd/node/535