Colette Tshomba d'accord pour l'expulsion de 6.000 Congolais en situation irrégulière en France.

Le ministre francais de l'immigration Brice Hortefeux a recu le 16 Octobre dernier pour une "longue séance de travail" son homologue de la République Démocratique du Congo (RDC), Colette Tshomba, vice-ministre des Congolais de l'étranger.

Au terme de leur entretien, les deux ministres, sur la même ligne, on fièrement annoncé la signature prochaine d'un "accord de gestion concertée des flux migratoires" entre la France et la RDC.

Colette ne voit en effet nulle objection à l'objet affiché par Brice de reconduire à la frontière les quelques 6.000 Congolais en situation irrégulière en France. Elle a simplement obtenu que leurs dossiers soient examinés "au cas par cas". Une formule qui ne manque pas de pain, vu la pression que Brice met aux préfets sur les quotas d'expulsions...

Or une secrétaire qui faisait partie de la délégation de la ministre a profité du voyage officiel pour jouer les filles de l'air et disparaître dans la nature ! A la barbe d'Hortefeux...

Colette Tshomba, penaude, a informé en personne de cette disparition le numéro deux de la police aux frontières, place Beauvau, le commissaire Fernand Gontier. Lequel explique aujourd'hui au "Canard": "Cette personne ne se trouverait plus physiquement en France, d'après madame Tshomba....". Avouant malgré lui que la PAF (Police de l'air et des frontières) ne l'a pas retrouvée !

"Ngulu" (petit cochon): c'est de ce surnom affectuex que les Congolais baptisent les membres d'une délégation accompagnant un chanteur ou un groupe en tournée en Europe qui en profitent pour se faire la malle et y rester clandestinement.

Colette aurait-elle joué un tour de ngulu au pauvre Brice ?

Pour l'ONG Human Rescue/RDC,
Madame Chantal Nyota,
Chargée des Communications à la Coordinnation Nationale de Kinshasa.