Les FARDC ; Auteurs de l’insécurité dans le territoire de KABARE.

GAO asbl

Alerte 006/08.

Les FARDC ; Auteurs de l’insécurité dans le territoire de KABARE.

1. INSECURITE

Le territoire le plus voisin de la ville de Bukavu se trouve aujourd’hui dans une insécurité sans précédent.
En effet, après la débâcle de Mushake au Nord Kivu face aux éléments de Laurent Nkunda, la 14e brigade intégrée des Forces armées de la RDCongo ( FARDC) s’est cantonnée dans le territoire de Kabare, plus précisément dans le groupement de Cirunga à kabare centre.
Ces hommes en armes ont commencé par abattre plusieurs arbres pour en fabriquer de la braise. Les plantes et autres récoltes des paysans ont été méchamment détruites.

Dans ce même territoire, en date du 02 juin 2008, ces militaires ont pillé systématiquement plus de quatre cent ménages dans le village de Cijo, Mulwa, Cishangijo , … et ont emporté chèvres, poules, téléphones, lapins, argents et objets de ménages en laissant la population dépouillée de tout.

Le Jeudi 05 juin 2008, un officier de la 14e brigade a fort intimidé deux agents de l’ONG internationale IRC et leur a ravi 200 USD et deux téléphones portables à Kabare.

Le pillage s’est encore poursuivi dans la nuit du 09 au 10 juin 2008 en groupement de Mudusa : Beaucoup de biens de valeurs prirent une destination inconnue.
Le quartier Kazaroho n’a pas non plus été épargné.

En plus de ces pillages, quatre personnes ont trouvé la mort au cours d’un affrontement entre ces militaires et ceux de la 10e région militaire venus les déplacer de force pour un autre cantonnement. C’était le vendredi 13 juin 2008.

Ces affrontements ont occasionné le déplacement massif de la population de kabare vers Bugobe , Bushwira et dans les communes de bagira et Kadutu à Bukavu.

Aucune nuit ne passe sans que ces hommes en armes ne sèment la désolation.

Ainsi, dans la nuit du 19 au 20 juin 2008, les ménages de Messieurs Mudekereza Richard, Celui de Serge Tchopo et de Mashimango , tous du quartier Nyamwegema en territoire de Kabare ont été dévalisés.
Les victimes ont été ligotées comme des roseaux par les pilleurs.

Dans un autre territoire proche de Kabare, les exactions se portent bien.

En effet, dans la nuit du 17 juin 2008, trois personnes ont été enlevées par les rastas guidés par deux jeunes éclaireurs de Walungu.
Les personnes enlevées sont : Bisimwa Karume, Marcelline et Iragi Mongane. Mr. Iragi Mongane a été renvoyé au village pour chercher et ramener la rançon qui s’élevait à 500 $ par personne.

2. VIOLENCES SEXUELLES.

Des cas de viols sont aussi signalés ça et là.

Dans le village de Cirhuko à Walungu, Mr. Batasema un homme de 25 ans à violé une fillette de 3 ans répondant au nom de Anita Murhula, le dimanche 22 juin 2008 à 8 heures. A ce moment, toute la famille se trouvait au culte. L’enfant était endormi quand le violeur a abusé d’elle

A Shabunda, c’est un infirmier du centre de santé de Shabunda qui a abusé d’une fillette de 2e année primaire. Il a proposé une somme d’argent à la famille de la victime pour que l’affaire soit étouffée.

3. RECOMMANDATIONS.

1. GAO avec toute la société civile de kabare demande au Gouvernement de la RDCongo de valoriser le brassage et de bien encadrer les militaires. Sinon ce brassage n’aura servi à rien si des militaires brassés peuvent se comporter comme des rebelles.
2. Que les populations et leurs biens soient sécurisés par le gouvernement
3. Que la lutte contre l’impunité se matérialise en sanctionnant les coupables de tous les pillages perpétrés à Kabare et Walungu
4. Que les Ongs nationales et internationales sensibilisent davantage les populations sur les violences sexuelles et leurs conséquences
5. Que la jeunesse se désolidarise des semeurs d’insécurité.

GAO asbl

26 juin 2008.