Le Hcr se prépare à accueillir 15.000 réfugiés Congolais venant de la Zambie .

Le Hcr se prépare à accueillir 15.000 réfugiés Congolais venant de la Zambie

Des sources crédibles, nous apprenons que le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (Unhcr), se prépare au retour et à la réintégration en province du Katanga, d’un nombre de réfugiés Ccongolais venant de la Zambie, d’environ 15.000 personnes. A la suite du récent accord tripartite entre les gouvernements de la Rd Congo et de la Zambie, l’Unhcr espère pouvoir reprendre au début du mois de mai 2009, ses activités de rapatriement des réfugiés Congolais de la Zambie en Rdc.

Les bureaux de terrain de l’Unhcr à Moba, Kalemie et Pweto ont ouvert leurs portes en 2006, et à ce jour l’Agence pour les Réfugiés à assisté au retour - par bateau et par route - de plus de 11000 personnes en province du Katanga. L’Unhcr prévoit d’aider 15000 réfugiés supplémentaires à rentrer chez eux entre mai et mi-décembre 2009, se servant de 20 convois par bateau et de 17 convois par route. Ainsi déclare M. Mohamed Boukry, Représentant Régional de l’Unhcr, " Nous préparons déjà aux opérations de rapatriement de cette année, mais il reste beaucoup à faire à long terme pour assurer la durabilité du retour et de la réintégration.

Le défi est de faire le point entre les efforts d’assistance humanitaire immédiats, la réinsertion des rapatriés dans leur communauté, et par la suite l’assistance à la reconstruction à plus long terme de la part des agences de développement, intégrant dans la société autant de réfugiés éduqués et qualifiés que possible pour qu’ils puissent contribuer à l’avenir de la RDC ".

D’après que raconte le bureau des Relations extérieures de l’Unhcr ; Kabazo Munyela, 47 ans, est un rapatrié Congolais qui habite maintenant au village de Nsenga à environ 140 km de Moba. L’année dernière, avec l’assistance de l’Unhcr, il est revenu en Rdc au camp des réfugiés de Mwange au nord de la Zambie. Sa nouvelle communauté hôte l’a accueilli et aidé à son arrivée, et Kabazo est maintenant le propriétaire de 4 hectares de champs agricoles. " Cette année la récolte à été bonne, principalement en manioc, maïs et arachides, et je gagne de l’argent ", dit Kabazo, désireux d’étendre son activité agricole et d’aider les membres de son village à développer leurs compétences dans le secteur de l’agriculture. " Il y a beaucoup de possibilités dans cette région, mais les jeunes générations doivent faire plus d’efforts pour contribuer à l’avenir de la RDC, même s’ils ont été loin ces dernières années ", ajoute-t-il.

La source renseigne en outre que le Hcr fait face à un nombre d’obstacles, en particulier le mauvais état des routes qui diminue la capacité de l’agence à transporter les retournés, à distribuer l’aide, et à assurer l’accès continu aux zones de retour pour le suivi en matière de protection. Suite au délabrement des routes, les véhicules ont constamment besoin d’entretien. Dans les principales zones de retour, l’Unhcr doit affronter des défis pour faire parvenir l’aide aux communautés de rapatriés dispersés dans plusieurs petits villages. Pour améliorer ces voies d’accès routier, l’agence pour les réfugiés a réhabilité quelque 480 km de route entre Pweto et Moba. Et pour aider à la réintégration des rapatriés au Katanga, l’Unhcr et ses partenaires ont appuyé la mise en place de près de 200 groupes d’entraide dont la majorité se trouvent à Moba, poursuit la source. Un nombre équivalent de groupes d’entraide devrait être mis en place à Pweto et à Kalemie avant la fin de l’année. Huit écoles et trois centres de santé ont été réhabilités dans les zones de retour principales.

Selon Mohamed Boukry, " la réintégration est équivalente à la réalisation d’un retour viable. C’est un processus qui veut mener à l’égalité entre les rapatriés et leurs compatriotes par rapport aux droits et aux responsabilité s mais aussi par rapport à l’accès aux services sociaux de base ".

L’Agence pour les réfugiés contribue à ce processus par la réhabilitation d’écoles et de centres de santé, et par l’appui aux projets générateurs de revenus tels que la formation professionnelle à la pêche, à la menuiserie, etc. L’intervention de l’Unhcr cherche à souligner les programmes communautaires qui renforcent les systèmes d’éducation et de santé, qui s’étaient entièrement effondrés, et à renforcer d’autres activités communautaires telles que les programmes de construction d’abris. " La réintégration réussie des rapatriés ne peut être réalisée par le seul Unhcr ", se plaint Mohamed. "

J’espère que les autorités nationales, soutenues par la communauté internationale, mettront également l’emphase sur les besoins de réintégration des réfugiés rapatriés, et qu’elles orienteront l’aide à la reconstruction non seulement vers les zones urbaines mais aussi vers les villages en milieu rural. Si nous travaillons ensemble nous pourrons aider ces réfugiés Congolais à rentrer enfin chez eux et à contribuer au développement pacifique de leur pays ", explique le Représentant Régional de l’Unhcr.

Le voyage de rapatriement des retournés tels que Kabazo passe par un centre de transit de l’Unhcr, où ils reçoivent un paquet de retour contenant des jerrycans, des couvertures, des kits de cuisine, des draps en plastique et les outils nécessaires à la construction d’une maison en pisé traditionnelle. L’Unhcr effectue également des examens médicaux au centre de transit, et vaccine les enfants contre la rougeole. Les rapatriés reçoivent des informations sur la prévention du VIH/SIDA et sur le danger des mines antipersonnel, et partent ensuite vers l’ultime destination qui est leur domicile. Par ailleurs, le Hcr garantit qu’il continuera cette année à mener des campagnes d’information de masse à travers des visites " aller voir " effectuées en collaboration avec le Gouvernement de la Rdc, ainsi que par des émissions à la radio. Dans les endroits isolés sans accès à des émissions radiophoniques, cette campagne est menée par le biais des théâtres participatifs et des clubs d’écouteurs.

Ces programmes sont conçus non seulement pour assurer l’accès des réfugiés aux informations du jour par rapport à la situation dans les zones de retour, mais aussi pour favoriser la consolidation de la paix et la réconciliation sur base communautaire.

Pour la Coordinnation Nationale de l'ONG Human Rescue-RD.Congo à Kinshasa.

Madame Chantal Nyota,
Chargée des Communications à la Coordinnation Nationale à Kinshasa.
Website:www.societecivile.cd/node/535