AMNESTY INTERNATIONAL-Angolan activist arbitrarily detained in DRCongo

AMNESTY INTERNATIONAL , NEWS SERVICE 1282011
AI INDEX: NWS 11/128/2011
-------------------------------
Angolan activist arbitrarily detained in DR Congo
----------------------------------------------------

An Angolan human rights activist arbitrarily detained without charge in the the Democratic Republic of Congo for more than two weeks must be released immediately, Amnesty International said today.

Agostinho Chicaia, an environmentalist and former president of the banned Angolan human rights organization Mpalabanda, was arrested in Kinshasa on 20 June, apparently in connection with an attack on the Togolese football team last year.

The Congolese authorities have told Amnesty International that they are detaining him on an international arrest warrant for 25 individuals wanted on terrorism offences by the Angolan government.

“Agostinho Chicaia has been arbitrarily detained for more than two weeks now without charge. The Congolese immigration police have told us that they will release him if instructed to do so by the Angolan authorities. The authorities in Angola must intervene immediately to ensure his release, “said Muluka-Anne Miti, Amnesty International’s Angola researcher.

Agostinho Chicaía, who has been living in Pointe-Noire, Republic of Congo since 2009, was arrested in the DRC by members of the Congolese Immigration Police at the N’djili International Airport in Kinshasa. He was en route to Harare via Kinshasa to attend a conference on environmental issues.

Information received by Amnesty International indicates that the international arrest warrant was apparently issued in 2010 and is no longer valid, reportedly because the specific crime for which it was issued was revoked by the Angolan authorities in December 2010.

The arrest warrant list is believed to be connected to an attack on the Togolese football team in Cabinda in January 2010, which left two people dead and several injured.

The Congolese authorities say that the Angolan consulate has not informed them that the arrest list was no longer valid.

Agostinho Chicaia’s wife told Amnesty International that her husband is forced to sleep in an outdoor courtyard as conditions in the detention cell are appalling.

She said a representative from the Angolan consulate had visited him in the detention centre on 29 June.

“They said they can't do anything till Luanda responds. They promised to help once they got notification from the Angolan authorities. I think the problem is with Angola. The Congolese say Angola has to decide. They sent a letter to Angola, but Angola has not responded,” she told Amnesty International.

AMNESTY INTERNATIONAL

Un militant angolais en détention arbitraire en République démocratique du Congo
6 juillet 2011

Un défenseur angolais des droits humains détenu arbitrairement sans inculpation en République démocratique du Congo (RDC) depuis plus de deux semaines doit être immédiatement libéré, a déclaré Amnesty International mercredi 6 juillet.

Agostinho Chicaia, écologiste et ancien président de Mpalabanda, une organisation angolaise de défense des droits humains interdite par les autorités, a été arrêté à Kinshasa le 20 juin, en relation semble-t-il avec une attaque ayant visé l'équipe togolaise de football l'an dernier.

Les autorités congolaises ont déclaré à Amnesty International qu'elles le maintenaient en détention en vertu d'un mandat d'arrêt international visant 25 personnes recherchées par le gouvernement angolais pour infractions liées au terrorisme.

« Agostinho Chicaia est désormais détenu arbitrairement sans inculpation depuis plus de deux semaines. La police congolaise de l'immigration a assuré à Amnesty International qu'il serait relâché si les autorités angolaises le lui demandaient. Les autorités angolaises doivent intervenir immédiatement pour obtenir sa libération », a déclaré Muluka-Anne Miti, spécialiste de l'Angola à Amnesty International.

Agostinho Chicaia, qui vit à Pointe-Noire (République du Congo) depuis 2009, a été appréhendé en RDC par des membres de la police congolaise de l'immigration à l'aéroport international de N'djili, à Kinshasa. Il se rendait à Harare via Kinshasa afin d'y assister à une conférence sur des questions environnementales.

Les informations reçues par Amnesty International indiquent que le mandat d'arrêt international en question a semble-t-il été émis en 2010 et n'est plus valable car il concerne une infraction qui a été annulée par les autorités angolaises en décembre 2010.

Les mandats d'arrêt décernés seraient en relation avec une attaque contre l'équipe togolaise de football à Cabinda en janvier 2010, qui a fait deux morts et plusieurs blessés.

Les autorités congolaises déclarent que le consulat angolais ne leur a pas indiqué que la liste des personnes à arrêter n'était plus valide.

L'épouse d'Agostinho Chicaia a déclaré à Amnesty International qu'il est obligé de dormir dans une cour extérieure car les conditions de détention dans sa cellule sont épouvantables.

Elle a ajouté qu'un représentant du Consulat angolais avait rendu visite à son mari au centre de détention le 29 juin.

« Ils ont dit qu'ils ne peuvent rien faire avant que Luanda ne réponde. Ils ont promis d'aider, une fois que les autorités angolaises les auront notifiés. Je crois que c'est au niveau de l'Angola qu'il y a un problème. Les Congolais affirment que c'est à l'Angola de décider. Ils ont envoyé une lettre aux autorités angolaises, mais elles ne répondent pas », a-t-elle expliqué à Amnesty International.

Amnesty International - International Secretariat
Peter Benenson House
1 Easton Street. London WC1X 0DW


Lien Internet suggéré

Brève description du lien

Amnesty International International Secretariat Peter Benenson House 1 Easton Street London WC1X 0DW T: +44 (0)20 7413 5779 amnestyis@amnesty.org