Au Nord KIVU : DE NOUVELLES INCURSIONS RWANDO-OUGANDAISES EN RENFORT AU M23 MENACENT GOMA ET BUTEMBO

Après échec du sommet de KAMPALA (en Ouganda), le Rwanda et l’Ouganda mettent ce moment en profit pour renforcer le M23 sur les lignes de front. Objectif, déstabiliser la Province du Nord Kivu à partir du Territoire de RUTSHURU déjà conquis, en vue d’étendre le contrôle sur la Ville de GOMA (Chef-lieu provincial) ainsi que les autres Villes et Territoires. Cela afin de contraindre le Gouvernement à céder aux négociations avec les rebelles et empêcher toute éventuelle mise en place d’une quelconque Force Internationale pouvant éradiquer le M23, les FDLR et les autres forces négatives.
Le RWANDA et l’OUGANDA étant défavorables à cette force, jouent à l’hypocrisie, au malin, à la mauvaise foi et profitent de la trêve observée sur les lignes de fronts pour renforcer leur rébellion (M23).
Les populations des Groupements BWEZA et KISIGARI (en Chefferie de BWISHA, dans le Territoire de RUTSHURU) viennent de nous alerter de l’entrée massive de militaires Rwandais, depuis la nuit de jeudi (09 août) dernier. L’essentiel de troupes se sont concentrées ce week-end à MBUZI et s’assignent pour plan d’appuyer les rebelles du M23 dans le lancement de prochaines attaques simultanées sur KIBUMBA et GOMA.
Certains civils qui se sont livrés à notre Structure affirment avoir été obligés par les rebelles de servir comme porteurs de minutions et autres matériels de guerres (emballés en colis) jusqu'à RUGARI et sur d’autres lignes de front. Présentement, indiquent-ils, le M23 a entassé ses troupes dans une école adventiste entre RUGARI et KIBUMBA, c’est sur une petite colline.
Et pendant ce temps, soulignent des sources concordantes, le M23 aurait dégarni ses positions de BUNAGANA, NTAMUGHENGA, BIRUMA, KALENGERA, RUBARE, RUTSHURU-CENTRE, KIWANJA et MABENGA pour renforcer leurs positions au tour de GOMA. Nos sources renseignent que les rebelles du M23 ont été vus avec de nouvelles Jeeps pimpant-neuf ainsi, de nouveaux matériels de guerre, des Motorola et autres nouveaux outils de communication.
Le M23 seraient entrain de s’ouvrir un passage dans le parc national de Virunga pour contourner les ceintures des FARDC et sortir par MUGUNGA-KIBWE, pour l’aéroport en passant par KABUTEMBO (Camp-Butembo), un Quartier au tour de l’aéroport de GOMA. En réalité, lorsqu’il s’observait les jours passés des mouvements des éléments M23 vers KICHANGA-MWESO (Territoire de MASISI), ceux-ci se cherchaient un passage par le parc pour atteindre la route GOMA-SAKE, étant donné qu’à ce moment les bruits de leurs bottes se font entendre au tour de SAKE. Certaines indiscrétions révèlent que les rebelles comptent couper la route GOMA-SAKE et se veulent pour idéal, récupérer la Ville de GOMA dans moins de 4 jours.
Ce qui est curieux, pendant que les troupes Rwandaises font parler de leur présence dans cette zone, les troupes Ougandaises ne sont pas du reste. A coté du Territoire de RUTSHURU où ils soutiennent aussi le M23, leur entrée est plus que flagrante en Territoire de BENI.
La nuit de mercredi à jeudi, vers 20h, environs deux bataillons d’éléments-UPDF (militaires Ougandais) sont entrés par KYAMUKOVE (Chefferie de Bashu, à l’est du Territoire), voisin du Village de KAYANZA, Groupement (sub-count) de LAKE-KATWE, en Territoire (count) de BUKONZO-WEST, en District de KASESE. Ces éléments auraient foncé vers KARURUMA, dans le Graben, en Chefferie de BASHU. Ils seraient entrain d’envisager de prochains assauts sur les de KYAVINYONGE (Territoire de Beni), VITSHUMBI (en Territoire de LUBERO), KYONDOO et NYAKAKOMA (en Territoire de RUTSHURU) pour ainsi contrôler la voie lacustre (sur le lac Edouard). Avec leurs alliés, ils seraient entrain de planifier de prochaines attaques sur la Ville de BUTEMBO, en passant par la Cité de KYONDO (40km-est de Butembo).La Société Civile du Nord KIVU qui en alerte les autorités du Gouvernement Centrale, prend en témoin l’opinion tant nationale qu’internationale face à ces nouvelles menaces du M23. Elle attire l’attention du Conseil de Sécurité des Nations Unies sur l’ampleur de l’agression Rwando-ougandaise dont est victime la RDC.et l’invite à prendre des mesures urgentes pour éviter de nouveaux massacres des populations et de nouvelles catastrophes humanitaires.