FACE A L'ENGAGEMENT DU COMMANDANT DE L'OPERATION SOKOLA

Le 25 février 2014, la Société Civile du Nord-Kivu avait annoncé la
suspension des appuis de la population aux FARDC engagées dans
l'Opération SOKOLA1 contre les rebelles ougandais de l'ADF-NALU.

C'était à la suite des actes d'indiscipline et de violations de
droits humains par lesquels venaient de s'illustrer plusieurs
éléments-FARDC en Ville de BENI et d'OICHA ainsi que dans nombreuses
agglomérations du Territoire de BENI. En effet, la population
décriait déjà comme monnaie courante les actes d'extorsion, de vols à
mains armées, de braquages, de viols, de crépitements intempestifs de
balles ainsi que autres abus relevant de l'indiscipline et des
exactions contre les civils.

Notre Structure avait alors résolu rompre avec les FARDC jusqu'à ce
que la hiérarchie se penche au problème et s'engage à imposer l'ordre
dans le rang des hommes de troupes, notamment ceux de la 31e Brigade.

Heureusement, tout porte à croire que la hiérarchie militaire,
spécialement celle en charge de l'Opération SOKOLA1 met la main à la
pate. Et pour en convaincre la Coordination Provinciale de la Société
Civile, le Général de Brigade MUHINDO AKILI MUNDOS, Commandant.ai de
l'Opération SOKOLA1 nous a invité à son Bureau opérationnel afin de
présenter les actions qu'il vient de mener depuis l'alerte de la
Société Civile.

Au cours d'une audience d'échanges d'environs 3 heures avec les
délégués des Coordinations Provinciale, Territoriale et Urbaine de la
Société Civile, l'Officier militaire a présenté entre autres actions
déjà menées :

1) L'arrestation et la livraison à la Justice Militaire de militaires
clairement identifiés comme s'étant compromis par des extorsions,
viols, dissipations de munitions de guerre et autres actes
répréhensibles par la loi et ce, avec promesse d'organiser dans un
bref délai des audiences publiques au cours desquelles devraient être
condamnés les militaires inciviques ;

2) La tenue de grandes parades militaires à OICHA, MAVIVI et
BENI-Ville pour rappeler les hommes de troupes au strict respect du
règlement militaire, des droits humains et interpeller les commandants
quant à leur obligation de tenir à l'oeil leurs unités ;

3) La permutation de certaines unités ou de certains commandants ainsi
que le renforcement des mesures internes patrouilles de la
Police-Militaire, voire des équipes d'interventions rapide ; et,

4) Les rencontres avec les Comités Urbain et Territorial de sécurité
aux fins de définir les approches communes de renforcement des
stratégies de sécurisation des populations.

Évidemment, il s'observe quand même un changement plutôt positif dans
le chef des hommes de troupe ; les exactions contre les civils
viennent de baisser sensiblement d'intensité. Reste à voir si cela le
sera pour combien de temps.
Aussi, le Général AKILI MUNDOS se dit disposer et ouvert aux divers
dialogues sociaux avec les couches de forces vives en Ville et
Territoire de BENI tels que souhaités par la Société Civile.

Au regard de ces indicateurs plutôt satisfaisants et, considérant le
ferme engagement du Commandant en charge des opérations militaires
dans cette zone à sévir sans complaisance, à traduire en justice
tous ceux qui se compromettront pour tenir l'image des FARDC, la
Société Civile du Nord-Kivu décide de lever la mesure de suspension de
l'appui de la population aux FARDC, mesure prise mardi dernier.

Nous tenons cependant à être regardants pour nous rassurer que les
autorités militaires tiendront leurs promesses. Et au cas où nous
observons un revirement, nous n'hésiterons pas à en alerter de nouveau
et au besoin à revenir sur la précédente décision. Photo de famille :
de Droit à Gauche : Guy BOYOMA, Teddy KATALIKO, Etienne KAMBALE, Gén
AKILI MUNDOS, Me Omar KAVOTA, Col. Dieudonné MUHIMA (Cmdt 1er
Secteur), Jackson KALENGERO, Col.T3-31e Bde, Mjr Janvier BULAMBO.

Maître OMAR KAVOTA, Vice-président et Porte-parole de la Société
Civile du Nord-Kivu ;
Tél : + 243 993 53 53 53 ; 810 75 75 11 ;
E-mail : maitrekavota@gmail.com ; Web : www.socinordkivu.com