Droit à l’éducation en RDC : Le système de prise en charge des enseignants par les parents de nouveau confirmé pour 2014/2015

Droit à l’éducation en RDC : Le système de prise en charge des enseignants par les parents de nouveau confirmé pour l’année scolaire 2014-2015
Dans le cadre du monitorage sur l’application et les violations des droits économiques, sociaux et culturels en RD Congo particulièrement le droit à l’éducation par rapport au cycle primaire, l’Action Contre les Violations des Droits des Personnes Vulnérables ACVDP membre de la Coalition Nationale Education pour Tous (CONEPT), du Groupe de Travail des Droits de l’Enfant et de la Coalition des Droits de l’Enfant (CODE)constate avec regret la reconduction officielle pour l’année scolaire 2014-2015 de la pratique tant décriée par les parents et les enseignants du secteur public, celle de la prise en charge des enseignants par les parents en violation des articles 43 de la constitution de la République qui stipule que «Toute personne a droit à l'éducation scolaire. Il y est pourvu par l'enseignement national. L'enseignement national comprend les établissements publics et les établissements privés agréés. La loi fixe les conditions de création et de fonctionnement de ces établissements. Les parents ont le droit de choisir le mode d'éducation à donner à leurs enfants. L'enseignement primaire est obligatoire et gratuit dans les établissements publics. » des articles 38 et 39 de la loi portant protection de l’enfant congolais qui indique que Tout enfant a droit à l'éducation. Les parents ont l'obligation d'envoyer leurs enfants à l'école sans aucune discrimination. L'Etat garantit le droit de l'enfant à l'éducation en rendant obligatoire et gratuit l'enseignement primaire public. Il organise les différentes formes d'enseignement secondaire et professionnel. Il intègre l'enseignement des droits humains, en particulier des droits et devoirs de l'enfant, ainsi que l'initiation à la vie à tous les niveaux du système éducatif. Aucun enfant ne peut, en matière d'éducation, faire l'objet d'une mesure discriminatoire, qu'elle résulte de la loi ou d'un acte de l'exécutif ou du fait d'un particulier à cela s’ajoute l’article 28 de la Convention Relative aux Droits de l’Enfant (CDE) qui dit que l’éducation au niveau primaire doit d’être gratuite. Reconduction affichée à travers les panneaux publicitaires placés dans les différents coins de la capitale avec comme message Baboti, Tokomisa bana na biso o kelasi pe topesa bango makoki ya kosilisa yango.
Outre l’absence d’un budget conséquent pour l’éducation qui est pour le moment de 16% au lieu de 25% comme réclament les organisations qui plaident en faveur du respect du droit à l’éducation, aujourdui, ce système est considéré comme une autre cause de la mauvaise qualité de l’enseignement et de l’apprentissage scolaire en RD Congo, cela entre en contradiction avec le Plan Intérimaire de l’Education (PIE) comme Le Plan Intérimaire de l’Éducation (PIE) de la RDC constitue un plan de transition de trois ans visant l’opérationnalisation de la stratégie du secteur de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel (EPSP) qui retient comme objectif l’atteinte de la scolarité primaire universelle en 10 ans. Endossé en juillet 2012 par le Gouvernement et le Groupe de Partenaires Techniques et Financiers soutenant le secteur de l’éducation, sa mise en œuvre a débuté en 2013. Il vise trois principaux objectifs : i) Accroître l’accès et l’accessibilité à l’enseignement, ii) Améliorer la qualité de l’enseignement et des apprentissages scolaires, et iii) Renforcer la gouvernance du secteur. La Revue conjointe et le rapport de suivi de la mise en œuvre du PIE qui l’accompagne constituent le premier exercice d’évaluation du programme depuis son lancement. Après une année et demie de mise en œuvre, il s’agit de porter un regard exhaustif sur le degré d’exécution des réalisations et des réformes, et de suivre les indicateurs de performance du secteur, en relation avec les cibles définies dans le Plan.
Fait à Kinshasa, le 04 septembre 2014
Pour l'ACVDP
Crispin KOBOLONGO KONGUNDE
Président National