OLPA inquiet par la détérioration de la liberté d’expression et de presse à quelques mois des élections

Dans une correspondance adressée au Premier Ministre, chef du Gouvernement, réceptionnée par le Cabinet de la Primature, le 19 mars 2015, l’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA), organisation indépendante de défense et de promotion de la liberté de presse, se déclare inquiet au sujet de la détérioration de la liberté de la presse au cours de cette semaine à Kinshasa et à Goma (Nord-Kivu). OLPA déplore l’interpellation brutale des journalistes Aurélie Lafontaine, Eric Izami, Federico Scoppa, Chinois Mbelechi et Maxime Le Hegrat à Kinshasa ainsi qu’ Alexis Bouvy à Goma (Nord Kivu).

OLPA est plus qu’inquiet par la détérioration de la liberté d’expression et de presse en RDC, alors qu’on s’achemine lentement et sûrement vers l’organisation des élections locales, municipales, urbaines, provinciales, sénatoriales, législatives et présidentielle. La liberté de presse étant un des piliers de la démocratie, il est indispensable que les autorités publiques ne ménagent aucun effort pour garantir aux journalistes et aux médias un libre accès à toutes les sources d’information. Ci-dessous la lettre de l’OLPA au Chef du Gouvernement.

Kinshasa, le 19 mars 2015

N/Réf : 008/CE/JAKM 03/15

Transmis copie pour information :- A son Excellence Monsieur le Président de la République démocratique du Congo
-A Monsieur le Président du Bureau du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC) (Tous à Kinshasa-Gombe)

A son Excellence Monsieur le Premier Ministre à Kinshasa-Gombe

Excellence,

Concerne : Inquiétudes

Le Comité exécutif de l’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA), organisation indépendante de défense et de promotion de la liberté de presse basée à Kinshasa, vient par la présente auprès de votre haute personnalité, vous faire part de ses vives inquiétudes au sujet de la détérioration de la liberté de la presse au cours de cette semaine à Kinshasa et à Goma (Nord-Kivu).

En date du 15 mars 2015, Aurélie Lafontaine, Eric Izami, Federico Scoppa, Chinois Mbelechi et Maxime Le Hegrat respectivement journaliste free-lance de la Radio Télévision Belge Francophone (RTBF) et de la Radio Suisse, journaliste à la chaîne privée de télévision Antenne A, photographe à l’Agence France Presse (AFP), journaliste et cameraman à British Broadcasting Corporation (BBC) ont été brutalement interpellés par les agents de la Police nationale congolaise (PNC) et de l’Agence Nationale des Renseignements (ANR), dans la commune de Masina, à la périphérie Est de Kinshasa, alors qu’ils effectuaient un reportage sur une cérémonie de sortie officielle d’un nouveau groupe pro-démocratie de la société civile congolaise dénommé « Filimbi » et sur un échange entre activistes des droits de l’Homme de la RDC, du Burkina Faso et du Sénégal. Leur matériel de travail a été systématiquement confisqué avant d’être conduits dans les conditions inhumaines au cachot de la direction générale de l’ANR à Gombe.

Aurélie Lafontaine, Federico Scoppa, Chinois Mbelechi et Maxime Le Hegrat ont été relâchés le même jour dans la soirée après des interrogatoires serrés, sans que leur matériel ne leur soit restitué alors que Eric Izami a été détenu jusqu’au 17 mars 2015.

M.Lambert Mende, porte parole du gouvernement, a accusé les journalistes d’avoir tenté de couvrir une manifestation « subversive » justifiant la confiscation du matériel de reportage pour les raisons d’enquête judiciaire. Certains matériels ont été restitués, le 18 mars 2015 après avoir été visionnés alors que d’autres n’ont pas été retournés.

Le 17 mars 2015, Alexis Bouvy, free-lance de nationalité belge, a été brutalement interpellé devant les locaux de l’ANR/Goma alors qu’il couvrait un rassemblement de protestation d’une dizaine des militants d’une organisation dénommée LUCHA (Lutte pour le Changement) qui réclamait la libération des activistes arrêtés à Kinshasa.

Au regard de tout ce qui précède, OLPA condamne cette kyrielle d’interpellations brutales des journalistes ainsi que la confiscation de leur matériel de travail. Ces actes sont constitutifs de violation grave de la liberté de presse garantie par les lois congolaises et les instruments juridiques internationaux relatifs aux droits de l’homme dûment ratifiés par la RD Congo.

OLPA est plus qu’inquiet par la détérioration de la liberté d’expression et de presse en RDC, alors qu’on s’achemine lentement et sûrement vers l’organisation des élections locales, municipales, urbaines, provinciales, sénatoriales, législatives et présidentielle.

La liberté de presse étant un des piliers de la démocratie, il est indispensable que les autorités publiques ne ménagent aucun effort pour garantir aux journalistes et aux médias un libre accès à toutes les sources d’information.

Par voie de conséquence, OLPA vous prie d’ordonner la restitution immédiate et inconditionnelle de tout matériel confisqué et de prendre des mesures qui s’imposent pour favoriser l’exercice de la liberté de presse, corollaire de la liberté d’expression sur toute l’étendue de la République démocratique du Congo.

Ce dont les membres du Comité exécutif de l’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA) vous remercient vivement.

Pour le Comité exécutif de l’OLPA

Joseph-Alain Kabongo

Secrétaire Exécutif

*****************************************************
Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA), organisation indépendante, apolitique et non partisane de défense de la liberté de la presse
Siège social : 15, avenue Dibaya, quartier Matonge, commune de Kalamu, ville de Kinshasa Tél: (243) 81 59 99 560, (243) 997 697 830 B.P.16518 Kinshasa I
E-mail : olpa_organisation@yahoo.fr, http://www.societecivile.cd/OLPA http://www.olpardc.org Facebook:olpa observatoire presse Twitter : https://twitter.com/OlpaRdc


Lien Internet suggéré

Brève description du lien

OLPARDC est le portail de la liberté de presse en RD Congo