OLPA stupéfait après la condamnation d’un journaliste à 11 mois de prison à Kinshasa

L’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA), organisation indépendante de défense et de promotion de la liberté de presse, exprime sa grande stupéfaction après la condamnation par le Tribunal de paix de Kinshasa/Gombe, d’Hugues Michel Mukebayi Nkoso, directeur de RD-Congo News, un bi-hebdomadaire interdit de parution à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo (RDC).

Hugues Michel Mukebayi a été condamné, le 16 mars 2015, par le Tribunal de paix de Kinshasa/Gombe à onze mois d’emprisonnement et au paiement d’une amende de 100.000 Francs congolais (l’équivalent de 109 dollars américains) pour imputations dommageables.

Le journaliste a été également condamné d’office au paiement à titre de dommages-intérêts de 100.000 Francs congolais au Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya. La défense n’a pas fait appel du jugement.

Hugues Michel Mukebayi a été interpellé, le 21 août 2014, à son domicile dans la commune de Bandalungwa à Kinshasa, par quatre agents de la Police judiciaire des parquets prétextant être à la recherche de John Tshingombe, directeur de publication de RD-Congo News vivant en clandestinité jusqu’à ce jour.

Aucune personne ne s’est constituée partie civile dans cette cause et un certain Richard Vianney non autrement identifié aurait accusé le journaliste d’imputations dommageables et des dénonciations calomnieuses sans se présenter physiquement à l’instance judiciaire.

En date du 31 juillet 2014, M. François Kaniki, sénateur et frère biologique de Mgr Laurent Monsengwo, cardinal et archevêque de Kinshasa, avait saisi l’Observatoire des Médias Congolais (OMEC), instance d’autorégulation des médias, d’une plainte à charge de Mike Mukebayi, directeur de RD-Congo News, qu’il accusait de porter atteinte à son honneur et à sa dignité, et celle du Groupe Bolloré Afric Logistics RDC, dont il est le chairman ainsi qu’à celle de son frère Laurent Monsengwo, archevêque de Kinshasa et de ses neveux Denis Christel et Claudia Sassou. Selon le sénateur, le journal RD-Congo News a publié depuis près d’un trimestre des articles de presse le visant directement.

Dans son édition n°028 du 18 juillet 2014, RD-Congo News avait dénoncé le silence de l’archevêque de Kinshasa qui n’avait plus pris de parole en public pour se prononcer sur les différentes questions d’actualité et de s’être absenté à la conférence intitulée « Semaine des intellectuels catholiques ».

Le sénateur Kaniki avait alors envoyé des messages téléphoniques aux proches de Mukebayi leur demandant de mettre en garde le journaliste expliquant qu’il est un « magistrat en disponibilité et prince traditionnel avec ce que cela comporte comme conséquence ». Il avait également promis au journaliste qu’il paierait le prix de la guerre qu’il a lancée à sa famille.

Il faut rappeler qu’à la suite d’un arrêté ministériel controversé rendu public, le 20 août 2014, Lambert Mende, ministre chargé de Medias, avait interdit plusieurs organes de presse écrite dont le journal RD-Congo News.

Eu égard à ce qui précède, OLPA se dit surpris par cette condamnation lourde qui risque de constituer un précédent fâcheux pour l’exercice de la liberté de presse en RDC.

OLPA trouve injustifiée cette condamnation d’office au paiement des dommages intérêts en faveur de l’Archevêque de Kinshasa qui ne s’est jamais constitué partie civile à ce procès.

Tout en prenant acte de la renonciation du condamné à faire appel, OLPA reste fermement opposé à toute instrumentalisation des services publics de l’Etat par des personnalités politiques pour intimider les journalistes et les médias, en portant ainsi atteinte à la liberté de presse garantie par la législation congolaise et les instruments juridiques internationaux relatifs aux droits humains.


Lien Internet suggéré

Brève description du lien

OLPA-RDC.ORG est le portail de la liberté de presse en RDCongo