3 mai 2015 : OLPA demande aux autorités congolaises de « Libérer les médias »

« Donnons du souffle au journalisme! Vers une meilleure couverture de l’information, l’égalité des genres et la sécurité des medias à l’ère du numérique ».

C’est le thème retenu, ce 3 mai 2015, pour célébrer la journée internationale de la liberté de la presse dans le monde.

En République démocratique du Congo, le thème retenu pour cette journée est : « Laisser le journalisme prospérer ».

Ce 3 mai 2015 est une date historique pour l’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA) qui fête son onzième anniversaire d’existence et de dévouement à la cause de la liberté d’information en République démocratique du Congo.

A cette occasion, le Comité exécutif de l’Observatoire de la liberté de la presse en Afrique (OLPA) dresse un tableau sombre de l’état d’exercice de la liberté de la presse en RDC au cours de ce premier semestre 2015.

Plusieurs medias sont illégalement fermés depuis 2011 à ce jour tels sont les cas de Radio Lisanga Télévision (RLTV), Canal Futur Télévision (CFTV), Radio Télé Lubumbashi Jua (RTLJ), Canal Kin Télévision (CKTV), Radio télévision Catholique Elikya (RTCE), Radio communautaire de Muanda (RCM), Radio Télé Associative Kisalu (RTAK), Radio Mangrove, Radio Océan de Vie, le quotidien le Journal, etc.

OLPA a également enregistré plusieurs attaques meurtrières contre les journalistes dans plusieurs régions du Congo. Les assassinats des journalistes Soleil Balanga Eale, de Robert Chamwami Shalubuto ainsi de la tentative d’assassinat de Philémon Gira dont la justice s’est révélée incapable d’établir quelconque responsabilité, laissant les auteurs des ces actes dans l’impunité totale.

Au moment où on célèbre cette journée un journaliste est emprisonné, victime d’un jugement inique le condamnant à 11 mois de prison et à de fortes amendes. Plusieurs autres cas des menaces, d’harcèlement, d’interpellations et des mauvais traitements des journalistes, et pressions diverses ont été enregistrés.

Et OLPA n’a cessé de constater et de déplorer l’excès de zèle et les abus de pouvoir dans le chef de plusieurs responsables des forces de sécurité du pays.

OLPA demande instamment aux autorités de « libérer les medias ».

En décrétant le thème « laisser le journalisme prospérer », les autorités congolaises ont la responsabilité de veiller à l’application de l’arsenal juridique en vigueur principalement la loi n°96-002 du 22 juin 1996 fixant les modalités de l’exercice de la liberté de presse en RDC et la loi organique n°11/001 portant composition, attribution et fonctionnement du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC).

L’application stricte de ces lois épargnera davantage les medias et les journalistes de l’arbitraire. Le CSAC, instance publique de régulation des medias, est appelé à faire preuve d’indépendance vis-à-vis des forces politiques et économiques.

OLPA prend également acte de l’examen par le parlement d’un projet de loi sur l’accès à l’information. L’adoption d’une telle loi constituera une avancée majeure dans la collecte de l’information pour le medias.

Toutefois, OLPA n’épouse pas l’idée de la dépénalisation des délits de presse, mais soutient la suppression des peines privatives pour les journalistes ayant exercé leur métier.

En outre, l’aide publique à la presse devrait être octroyée en toute transparence et son impact devra être mesurable et rentable pour toute la presse congolaise.

Tout en encourageant le développement technologique, OLPA déplore le fait que la migration de la télévision analogique vers la télévision numérique dès juin 2015, privera des millions de congolais de leur droit à l’information, alors qu’on s’achemine vers les élections libres et démocratiques.

Enfin, OLPA invite les professionnels de la presse à observer les règles qui régissent le métier pour se mettre à l’abri des actes attentatoires au droit d’informer et d’être informé.


Lien Internet suggéré

Brève description du lien

OLPA-RDC est le portail de la liberté de la presse en RDC