SITUATION DE L'EPIDEMIE A VIH/SIDA EN R.D.C.

Les premiers cas de l'infection à VIH/SIDA ont été déclarés en R.D.C. aucours de l'année 1983. Depuis cette date, la situation n'a cessé d'évoluer. Aujourd'hui, la séro-prévalence du VIH est élevée et toutes les provinces du pays sont frappées. Autant les hommes,les femmes que les enfants paient au plus fort le lourd tribut à cette pandémie.
La maladie fait des ravages néfastes, surtout parmi la population, et s'est imposée au pays comme un des problèmes prioritaires de développement au regard de sa vitesse de propagation et de ses conséquences dévastatrices sur les plans économique et social au pays.
Selon les estimations du programme national de lutte contre le sida(PNLS) publiées en 2000, le taux d'infection à VIH parmi les adultes de 15 à 49 ans se situe à 5,07% et en 2000, 79.541 cas cumulés de sida ont été notifiés. Au cours de la même année, on a déclaré 699.000 décés cumulés liés au sida et 687.000 orphelins du sida. Les modes de transmission les plus courants sont la transmission par les rapports sexuels(83%), la transmission mère-enfant(2%), et la transmission par transfusion sanguine(2%. Ces estimations sont à prendre avec beaucoup de réserves compte tenu des multiples contraintes: refus des personnes infectées à coopérer, insufisance des possibilités de diagnostic à travers le pays et les difficultés de communication et d'accessibilité dans plusieurs zones du pays.
En réalité, la situation du VIH/SIDA en R.D.C. est plus alarmante que celle présentée. Cette situation va s'aggraver d'avantage avec l'état de guerre qui sévit dans le pays, les mouvements des personnes(réfugés et déplacés)entre la RDC et les pays limitrophes à haute prévalence du VIH(rwanda, Burundi, Ouganda), la pauvreté chronique de la population, les actes de viol perpétrés par les hommes en uniformes qui font partie des troupes armées d'occupation et ceux provenant de ces pays et qui séjournent depuis plus de 2 ans dans les territoires occupés.
Quelques chiffres sur l'épidémie en RDC (2002):

  • population générale du Congo: 60 000 000

  • population sexuellement active: 30 000 000(soit 50% de la population générale)
  • nombre total des personnes vivant avec le VIH(PVV): 3.000.000(soit 10% de la population sexuellement active)
  • nombre des PVV au stade sida:1.000.000(soit 30% du total des PVV)
  • nombre total des PVV éligibles pour le traitement aux antiretroviraux:100.000(soit 10%du total des PVV au stade sida)

Devant cet accroissement du nombre des sidéens et des personnes infectées par le virus du sida et du fait que le sida frappe plus la jeunesse, forces vives de la société, il va de soi de son impact sur le développement soit trop significatif.
Par ailleurs, la RDC accuse une baisse substantielle de sa production nationale et par ménage. Les dépenses directes et indirectes liées à la morbidité et à la mortalité du sida ne font qu'augmenter. Cet impact est d'autant plus important car la majorité des personnes touchées par le fléau est constituée par les jeunes en âge de travail.
Selon MARC GENTILINI, BERNARD DUFLO:"la tranche d'âge la plus atteinte est de 25 à 40 ans, elle regroupe les jeunes adultes en pleine période de productivité qui ont coûté le plus cher à la nation en éducation et en formation. Ces cadres corespondant à un investissement lourd pour le pays, disparaissent avant même d'avoir pu contribuer à la prospérité de la nation."
Cette situation montre combien le sida constitue une urgence à laquelle il faudra des solutions efficaces et adéquates.