PARLONS DU VIH/SIDA AUX ELEVES

Lors de la matinée de sensibilisation tenue le vendredi 19 décembre 2003, de 12 h00 à 14 h 30, dans la salle paroissiale de CBFC/Kitega, les élèves ( Institut du Fleuve, Lycée Technique et Professionnelle Maman Ekila et Complexe Scolaire Loboko Na Ye ) de la ville de Kinshasa/RDC étaient informés que le sida n’est qu’une maladie causée par la pénétration et le développement dans un être vivant du virus de l’immunodéficience humaine ( VIH ).
Ils ont appris que lorsque ce virus se développe dans l’organisme humain, il affaiblit les défenses naturelles du corps humain contre les microbes et le rend beaucoup plus vulnérable à toutes les autres maladies.
Nous leur avons dit que le sida est une maladie infectieuse contagieuse, transmissible par voie sexuelle ou sanguine et caractérisée par un effondrement d’une certaine classe des globules blancs, les lymphocytes T-CD4, supports de l’immunité cellulaire, et se traduit par une disparition des réactions de défense de l’organisme; le sida est accompagnée des infections opportunistes dues à divers germes ( bactéries, virus, protozoaires, champignons ) se développant dans un organisme incapable de réagir, et des cancers tel que le sarcome de kaposi ( cancer généralisé à départ cutané ) et les lymphomes ( cancer des ganglions lymphatiques ).
Selon les explications fournies, ils ont compris qu’un séropositif n’est qu’une personne qui héberge le VIH dans son corps, mais, se trouve en bonne santé apparente; par contre, un malade du sida est un séropositif qui présente des symptômes tels que diarrhée prolongée, perte de poids exagérée, tuberculose, infections prolongées...
Comment contracte-t-on le sida et comment l’éviter ?
Les élèves étaient suffisamment informés sur les modes de transmission du VIH et les modes de prévention du SIDA chez les jeunes et les adolescent(e)s comme suit :
-Lors des rapports sexuels à haut risque c’est-à-dire les rapports sexuels pratiqués sans préservatif avec un ou plusieurs partenaires occasionnels ou réguliers.
Le VIH présent dans le sperme ou les sécrétions vaginales d’un séropositif peut être transmis à une autre personne lors d’un rapport sexuel non protégé.
Concernant les rapports sexuels, les élèves étaient informés que le moment opportun c’est le mariage car les rapports sexuels à haut risque peuvent les conduire à une grossesse non-désirée, une infection sexuellement transmissible/ le VIH/SIDA, la dépréciation de soi et de ses valeurs, la détérioration des relations avec les ami(e)s et la famille, la mort, etc; ils étaient également informés que les rapports sexuels précoces peuvent les conduire à la parenté précoce, aux avortements clandestins, à l’infertilité/ stérilité, à la frigidité, aux traumatismes psychologiques, à l’abandon de l’école et à la débauche.
Ainsi, nous leur avons demandé d’éviter la débauche pour ne pas aboutir aux rapports sexuels précoces et ses conséquences.
Dans cette rubrique, nous avons demandé aux élèves de s’abstenir des rapports sexuels pour la simple raison que l’abstinence sexuelle les protège du risque d’attraper les infections sexuellement transmissibles et le sida; elle leur permet d’éviter des grossesses non-désirées et des avortements clandestins; elle leur permet d’être félicité(e) d’avoir eu une bonne éducation et les protège des maladies qui empêchent d’avoir des enfants en bonne santé; elle leur permet d’honorer leurs parents et d’avoir une bonne santé sexuelle dans le mariage.
Nous leur avons prodigué des conseils pour qu’ils évitent d’imiter des pratiques sexueles que montrent les médias, les films pornographiques, les photos, les photos romans et qui les conduisent aux rapports sexuels avant le mariage. Nous leur avons demandé de ne pas utiliser le sexe pour gagner de l’argent ou pour devenir vedette et de ne pas chercher à satisfaire leur curiosité en ayant des rapports sexuels avant le mariage.
Pour ceux qui voulaient s’assurer que le préservatif est une protection contre la transmission du sida, nous avons dit que réellement les préservatifs neufs, non périmés et correctement utilisés assurent la protection des rapports sexuels, mais, ne sont pas conseillés aux élèves car ils sont obligés de s’abstenir des relations sexuelles. Aussi, nous leur avons expliqué que l’usage du préservatif n’est pas une garantie à cent pour cent pour la protection des rapports sexuels à haut risque.
- Sang à sang : le VIH présent dans le sang d’un séropositif et se transmet dans le sang d’une personne saine en cas de transfusion sanguine du sang infecté ou blessure due à l’usage des objets tranchants infectés par le VIH lors de tatouage, coiffure, scarification, circoncision, mutilation et injections.
Les élèves étaient sensibilisés et conscientisés à éviter l’usage collectif des objets tranchants; ils étaient encouragés à utiliser les objets tranchants neufs; ils étaient également encouragés à exiger une seringue neuve à chaque injection et le sang testé non infecté en cas de transfusion sanguine.
Nous leur avons demandé de se faire coiffer par des spécialistes.
- De la mère à l’enfant: une femme séropositive peut transmettre le VIH à son enfant pendant la grossesse, lors de l’accouchement et pendant l’allaitement. Ainsi, un enfant sur trois né d’une femme séropositive est infecté par le VIH.
Les élèves étaient informés que les femmes séropositives ne doivent pas avoir des grossesses pour la simple raison que leurs enfants seront contaminés.
Dans quelles circonstances il n’y a aucun risque de SIDA ?
Les élèves étaient informés qu’il n’y a aucun risque de contamination en cas de :
-Baisers et contacts corporels ( poignée de main, caresses et câlins );
-Contact étroit avec une personne porteuse du virus, dans la même famille ou dans le même appartement ( vie en famille et en communauté );
-Un accès de toux ou un éternuement;
-Utilisation d’une même vaisselle et autres équipements collectifs non infectés par le VIH;
-Respect des règles d’hygiène d’usage lors de la coifure des cheveux, la manucure, le tatouage et le perçage des oreilles.
Fait à Kinshasa, le 02 janvier 2004
Le Secrétaire Général et Coordonnateur de Programmes
Joseph Tshibalabala Dikuyi