Courrier des lecteurs

Pétition de "C. JUST." sur les conséquences à tirer des dispositions de l'Article 14 de la Constitution relative à la nationalité

Chrétiens pour la justice (C.Just), une organisation non gouvernementale des droits de l'homme qui se définit comme "une plate-forme pour toute personne qui croit en la justice pour la Renaissance du Congo et du monde", a lancé jeudi une pétition par laquelle elle attire l'attention des composantes et entités de veiller à ce que de non Congolais ne se glissent ni au Comité de suivi, ni au sein des Institutions de la République.
"La nationalité n'est pas purement formelle mais exprime une solidarité d'existence, d'intérêt et de sentiments tendant à une réciprocité des droits et des devoirs", énonce C. Just dans cette pétition dont voici des larges extraits :


LES EGLISES DU COE SOLLICITENT L’ASSISTANCE DE LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE EN FAVEUR DE LA RDC

Kinshasa, 21 avr (APA) – Les Eglises de la République démocratique du Congo (RDC), membres du Conseil œcuménique des Eglises (COE), ont appelé la communauté internationale et les partenaires de la RDC à consacrer d’importantes ressources humaines, matérielles et financières à l’assistance, aux urgences et à la reconstruction de ce pays.
Cet appel est contenu dans les différentes recommandations formulées à l’issue de la première table ronde pour la paix et la réconciliation tenue par ces Eglises du 15 au 18 avril à Kinshasa.
Les Eglises demandent également à la communauté internationale d’accompagner le processus de paix et de réconciliation nationale en RDC pour la consolidation d’un Etat de droit et démocratique.


DECLARATION FINALE DE LA PREMIERE TABLE RONDE POUR LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

Nous,
- membres du Conseil Œcuménique des Eglises (COE) ;
- membres de la Conférence des Eglises de Toute l’Afrique (CETA);
- membres de l’Eglise du Christ au Congo;
- membres des Eglises Indépendantes et partenaires;
Tous délégués à la première Table Ronde des Eglises pour la paix et la réconciliation les urgences et la reconstruction en République Démocratique du Congo, tenue à Kinshasa du 15 au 18 avril 2003, en la Cathédrale du Centenaire Protestant;


LES TERRITOIRES DE WALUNGU ET KABARE AU FEU

Les paysans ,aujourd'hui croient que la promulgation de la constitution de transition en RDC et la prestation de serment par le président JOSEPH KABILA ont réglé les problèmes. Pour eux quand même elles constituent un développement dans la voie de réconciliation nationale et de la réunification du pays. Dans les territoires de Kabare et Walungu(Sud-Kivu), toutes les forces en présence, à savoir le RCD-GOMA, les Interahamwe, les MUDUNDU40 se sont portées responsables de graves et impitoyables violations et abus des droits de l'homme.


Syndiquer le contenu