Province orientale

Appel d'offre : partenariat projet -Ituri

Espoir Pour Tous recherche un Organisme International pouvant co financer le projet de mise en place des Centres Permanents d'Education de Base et d'Intégration des Populations Autochtones en Ituri, projet actuellement en négociation de financement avec d'autres bailleur.


MEMO A L'ATTENTION DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

La reconduction de l'Excellence Monsieur le Ministre de la Fonction Publique, Laurent Simon IKENGE LISAMBOLA.


Participation active à la reconstruction de la Ville de Kisangani/RDC

Brève historique et Invitation aux fils et filles de la Province Orientale vivant en dehors de la RD Congo à la reconstruction de la Ville de Kisangani.


LE CENTRE DE DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE EN MILIEU RURAL "CDCR" CHERCHE LE FINANCEMENT DE SON PROJET BUTA - BRIQUE

Le Développemnt communautaire est un outil indispensable pour atteindre la stratgie de la reduction de la pauvrèté (DSRP), sans le quel , nous ne serons jamais à mesure d'éradiquer la pauvrèté .


LE DROIT ET LE POUVOIR, par Maître Célestin TANABANU – ma – DALU

Le domaine de droit s’étend à toutes les relations humaines car une société humaine sans règles de droit n’est pas concevable dès lors que le Droit est le corollaire de toute société si petite soit-elle.
Un groupement d’individus sans règles serait livré complètement à la force brutale, à la ruse et à l’arbitraire. Et ce, y compris les ensembles « anarchiques » africains où, comme le soutient Hubert DESCHAMPS, « il n’y a pas de gouvernement, pas de lois, celles-ci sont remplacées par les mœurs, c'est-à-dire les coutumes sociales « qui, au fond, ne régissaient pas moins ces sociétés ».


LA PROBLEMATIQUE DE LA REFORME JUDICIAIRE EN AFRIQUE Par Maître Célestin TANABANU – ma – DALU

Si, comme l’affirment certains penseurs « L’Afrique semble avoir été le foyer non seulement de l’humanité, mais aussi et de façon évidente, de la civilisation humaine ( ) ,l’organisation judiciaire en Afrique, en général, remonte à l’époque précoloniale.
On y trouvait une mosaïque de royaumes, ayant chacun à sa tête, une autorité plus ou moins confirmée ».


« la capitalisation par la République Démocratique du Congo du Groupement d’Intérêt Economique de l’OHADA par LELO DI MAKUNGU

L’étendue du droit des affaires OHADA est la mesure des ambitions des Etats membres qui attendaient « établir un courant de confiance en faveur des économies de leur pays en vue de créer un nouveau pôle de développement en Afrique ». Cette prise de conscience et surtout cette volonté de promouvoir l’intégration économique régionale, sont liées à un processus en marche depuis quelques années déjà.

Elles constituent aussi une réaction des pays africains confrontés aux bouleversements provoqués par la mondialisation de l’économie. ( ) Toutes fois les reformes en cours doivent être accélérées afin de satisfaire aux principales exigences du commerce international que sont la compétitivité des entreprises locales africaines souvent à faibles capitaux,une technologie obsolète et la promotion des investissements privés ( surtout la promotion des petites et moyennes entreprises « PME »).

L’insécurité juridique et judiciaire de la législation congolaise en matière de droit des affaires face aux exigences de l’économie modernes, la désuétude de sociétés des personnes en droit congolais, l’inadaptation de la SARL congolaise destinée à diriger les affaires de grande envergure (secteur des assurances, bancaires,…) ne sont plus à mesure de créer un bon climat des affaires en RDC. Le constat le plus douloureux est l’ignorance par la RDC de la forme du GIE ; « cette structure juridique est considérée comme l’un des facteurs déterminants de la concurrence sur le marché international », alors que nos entreprises sont confrontées à leur survivance face à un environnement économique pollué par les multinationales par une forte concurrence inégalitaire. C’est dans cette optique qu’intervient la capitalisation de la RDC de la forme du GIE de l’OHADA. Dans ce domaine qui lui est réservé , la reforme du droit des affaires de l’OHADA semble poursuivre ce double objectif , en favorisant les concentrations d’entreprises , allant même sur le plan régional et par ricochet en assurant la sécurité des activités économiques.


LE DROIT CONGOLAIS FACE AU DROIT O.H.A.D.A : « Nécessité de la régionalisation »

LE DROIT CONGOLAIS FACE AU DROIT O.H.A.D.A : « Nécessité de la régionalisation »
L’adhésion en cours de la RDC à l’O.H.A.D.A satisfera l’objectif d’intégration régionale chère à l’Union africaine, et unanimement reconnue comme une clé essentielle du développement en Afrique, particulièrement dans le contexte de la globalisation de l’économie avec pour corollaire l’interconnection des économies des pays concernés en vue de générer des synergies de développement à impacts positifs durables sur le bien-être des populations respectives.
L’intégration et la coopération régionales peuvent aider l’Afrique à résoudre un certain nombre de problèmes :
1) Les pays africains pourront élargir leurs marchés au delà de petites tailles imposées par les limites nationales de manière à bénéficier des avantages liés aux économies d’échelle, à une concurrence plus forte et à des investissements nationaux et étrangers plus importants. Ces avantages pourront ainsi permettre une amélioration de la productivité et une diversification de la production et des exportations.
2) De même, une coopération régionale peut renforcer leur pouvoir de négociation et améliorer leur image. Paraphrasant le Professeur MWAYILA TSHIYEMBE, nous sommes d’avis que l’union politique n’a de matérialité que si elle est fondée sur une union économique ( ).


Syndiquer le contenu