Amnesty International publie son rappor sur Malta Forrest en RDC

Après les bulldozers, Comment une compagnie minière a étouffé la vérité sur des expulsions forcées en République démocratique du Congo, présente des images satellite et d'autres éléments de preuve qui révèlent que l'Entreprise Général Malta Forrest (EGMF), filiale du Groupe Forrest International, a permis en 2009 que des bulldozers lui appartenant soient utilisés pour démolir illégalement des logements et expulser de force des centaines de personnes vivant à Kawama, dans la province du Katanga, près de la mine de Luiswishi, alors exploitée par l'entreprise.


UNE INERTIE DE L OPPOSITION FACE A L’INITIATIVE COLLECTIVE DE KAMERHE, FAYULU ET CHRISTOPHER NGOYI SERAIT TRES PREOCCUPANTE

Il est vraiment inconcevable que ceux qui se disent opposants traînent encore les pieds pour imiter l’exemple de ces trois patriotes, à défaut de les rejoindre en vertu du principe qui dit que l’union fait la force. Les cas de l’Egypte, de l’Ukraine et plus récemment du Burkina Faso nous renseignant que les dictatures ne résistent plus à un soulèvement populaire bien organisé, il est urgent et impérieux que les opposants sincères, ceux qui ne rêvent pas d’éhontés postes ministériels « made in Concertations Nationales », rejoignent Vital Kamerhe, Martin Fayulu et Christopher Ngoyi dans des actions de sensibilisation des masses sans lesquelles le changement que tous les Congolais attendent au sommet de l’Etat ne serait envisageable.


OLPA exige la libération d’un journaliste incarcéré à Kinshasa

OLPA exige la libération immédiate et inconditionnelle du journaliste Eric Masimo Matuka incarcéré depuis le 14 novembre 2014 à l’ANR Kinshasa ainsi que la cessation de toutes les pressions sur le journal C-News.


OLPA condamne l’agression brutale d’un journaliste à Ngandajika

Dans une lettre adressée au Secrétaire général du parti présidentiel PPRD (Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie), l’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA) condamne l’agression brutale de Joseph Malamba Kasonga, journaliste à la Radio -télévision Communautaire Ngandajika (RTCN), station communautaire émettant à Ngandajika, territoire situé à 90 kms de Mbuji-Mayi (Kasaï- Oriental), au centre de la République démocratique du Congo (RDC). Le journaliste a été brutalement agressé, le 26 octobre 2014, par M. Hilaire Mulumba Mutambayi, Secrétaire exécutif du PPRD/Ngandajika, votre parti, alors qu’il se trouvait au siège de la RTCN. Ci-dessous la copie de la lettre réceptionnée par le PPRD en date du 18 novembre 2014.


Quelle solution face aux obstacles à l'alternance démocratique du pouvoiren RDC?

Quelle solution face aux obstacles à l'alternance démocratique du pouvoir en RDC? Les Citoyens congolais ont beaucoup à apprendre de Burkinafaso.


L’OPPORTUNISME POLITIQUE EST AUSSI UNE ABJECTE FORME DE TRAHISON

Il ne sert vraiment à rien de se prévaloir de ne jamais trahir des amitiés lorsque vous les changez constamment en fonction des opportunités politiques. Prétendant aujourd’hui d’être un irréductible anti-kabiliste, on vous voit demain frotter les manches des kabilistes à la faveur des Concertations Nationales dont vous n’êtes que l’avant-dernier participant par ordre d’importance, c’est de l’opportunisme politique de bas étage


Les lois des amnisties tombent dans l'eau en RDC

Lorsque les crimes sont démontrés avec les preuves süffisantes, les lois des amnisties n'ont pas de la valeur et tombent directement dans l'eau. Bien que promu au rand du général de FARDC, le citoyen congolais Jérôme Kakwavu vient d'être condamné à 10 ans de prison par la Haute Cour Militaire de Kinshasa. Malheureusement, c'est seulement l'unique cas sur 20000 autres qui devront purger.


Scruter la situation au Burkina avec attention en RDC

Scruter la situation au Burkina avec attention en RDC
La situation au Burkina est scrutée avec attention en RDC où le débat sur une possible révision constitutionnelle fait rage. Les responsables de la prison centrale de Kinshasa ont confisqué tous les postes téléviseurs qui étaient dans les cellules des prisonniers pour empêcher les détenus de suivre l'évolution de la situation à Ouagadougou.
Les Congolais suivent aussi avec amusement les mésaventures d'une délégation de la majorité partie au Burkina Faso étudier la stratégie utilisée par le président Compaoré pour faire modifier la Constitution.