VOEUX pour 2014, et AVEUX de 2013.

Voici venu l'an 2014 ! Que faut-il lui souhaiter face aux crises, convulsions et spasmes de l'An 2013 ! Et au nom de notre engagement au Projet de PAIX et de DEMOCRATIE en RDC ?


AWDF-Manque de fonds pour soutenir de projet des femmes en Afrique et dans les pays sortant de conflits comme la RDC

Le Fonds pour le Développement de Femmes Africaines (AWDF) manque réellement des financements. Nombreuses associations féminines qui font confiance à cette structure ont récu de lettres de regrets
de la part du secrétariat exécutif AWDF.


Mandela s’en est allé, sur qui compter maintenant ?

Mandela s’en est allé, sur qui pouvons-nous encore compter? Nous Africains ?
Pour obtenir des changements historiques majeurs dans nos pays ?
Pour la résolution de nos crises ; de nos paradoxes ; de nos imbroglios superbes ! Pour le nettoyage des idées fausses, et opinions préconçues défavorables à l’Africain ? Et,surtout, quel sera l’avenir de nos démocraties en crise perpétuelle ? Réflexion pour un projet de Renouveau démocratique Post-Mandela.


RD Congo : Exigence des éclaircissements sur la disparition d’un médecin

Le sort de Dialomba Matuzolele Théthé, née le 22 septembre 1982, médecin reste préoccupant depuis qu’elle a été donnée pour disparue le 10 octobre 2012 à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo.


Appel au respect de la présomption d’innocence et au caractère individuel de l’infraction en RD Congo

Journaliste pour la promotion & la défense des droits de l’homme (JPDH), organisation de lutte contre l’impunité et la disparition forcée basée en République démocratique du Congo exige la lumière sur le sort de Mme SAKU MAFUTA Maguy, née le 22/02/1985 à Kinshasa et épouse de M. Kabengele, un capitaine au sein des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC).


ET SI LE COLONEL MAMADOU NDALA VENAIT DE PAYER DE SA VIE SON AMOUR ET SINCERE DEVOUEMENT POUR LE CONGO

Comme toujours, certains hommes politiques parlent déjà des enquêtes, voulant ainsi donner cette fausse impression qu’ils ne savent pas qu’aucune d’elles n’a jamais abouti à des conclusions dans ce pays. De toutes les façons, si enquête il y aura, ses responsables devraient commencer par relever la forte similitude entre cet assassinat du Colonel Mamadou Ndala et celui d’un autre patriote congolais, en l’occurrence le Commandant Ngandu Kisase, qui tomba également dans ce qui était présentée comme une « embuscade », dans des circonstances presque identiques.


ATTAQUE DE LA CITE DE LA RTNC A KINSHASA : UN CINGLANT DEMENTI DE L’ACTUEL MYTHE D’UNE REMONTEE EN PUISSANCE DES FARDC

Une question est alors de savoir, si vingt braves civils simplement munis d’armes blanches étaient capables de faire diluer dans la nature tout un détachement de l’armée nationale, pourtant équipé d’engins lourds de combat, au point d’occuper pendant plus de trois heures un des points les plus sensibles de la sécurité nationale que sont les installations de la RTNC, que se serait-il alors passé si les quelques bonshommes en question étaient de véritables commandos- rangers bien formés en guérilla urbaine? C’est la question que tout Congolais, gouvernant ou simple citoyen, devait se poser en ce jour. Le Prof. Paul Claval disait que « le langage de la force étant le plus prédominant en relations internationales, la paix n’est que le résultat de l’effet dissuasif que l’armée d’un pays exerce sur ses potentiels agresseurs ». Ainsi dit, point n’est plus besoin de relever ici que ce n’est pas en montrant constamment à ses voisins qu’une vingtaine d’individus sous-armés était capable de mettre en débandade tout un détachement militaire bien équipé d’engins blindés que la RDC cessera d’être la cible privilégiée des agressions internes et externes de tout genre.


OLPA offusqué par les actes d’intimidation contre un journaliste à Basoko

OLPA condamne les menaces et les actes d’intimidation à l’endroit de Michel Koyakpa de la Radio Liberté Basoko. Le journaliste est entré en clandestinité le 24 décembre 2013, après le déploiement d’un important dispositif d’agents de la Police nationale congolaise autour de sa résidence de Basoko. Les policiers sont à la recherche du journaliste qu’ils accusent d’ « inciter la population à la désobéissance civile ».