Médias et communications

RÉDUCTION DE LA FRACTURE NUMÉRIQUE: UN RAPPORT DE L'UIT FAIT ÉTAT D'AVANCÉES DANS LES PMA EN MATIÈRE DE CONNECTIVITÉ PARMI LES P

Genève, le 13 septembre 2006 — L'Union internationale des télécommunications a présenté aujourd'hui à New York un rapport sur le développement des TIC/télécommunications dans les pays les moins avancés (PMA). Ce document expose les principaux éléments de l'évolution récente du secteur des technologies de l'information et de la communication (TIC) et de celui des télécommunications, notamment les tendances et les problèmes que l'on a pu observer dans les pays les plus pauvres du monde pendant la période 2001-2005. L'UIT constate que des progrès considérables ont été réalisés dans la réduction de la fracture numérique et que 25 des 50 PMA sont parvenus aux objectifs de télédensité fixés dans le Programme d'action de Bruxelles.


RD Congo : Trois médias victimes d'un incendie à Kinshasa : JPDH exige une enquête onusienne

Journaliste pour la promotion et la défense des droits de l’homme (JPDH), organisation indépendante de défense des droits de la personne, de lutte contre l’impunité et de développement démocratique et Membre de la Coalition pour la Cour pénale internationale (CCPI) exige la mise sur pied d’une commission d’enquête mixte, constituée des responsables de la Mission d’observation des Nations Unies en RD Congo (Monuc) et des Forces de l’Union européenne (Eufor), en vue de faire toute la lumière sur l’incendie déclaré dans les installations de Canal Congo Télévision, Canal Kin Télévision et Radio Liberté Kinshasa et garantir ainsi l’indépendance et l’impartialité des résultats de l’enquête.


OLPA exige une enquête sur l’incendie de deux chaînes de télévision à Kinshasa

L’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA) est consterné par l’incendie qui s’est déclaré lundi 18 septembre 2006, dans les installations des chaînes privées Canal Congo Télévision (CCTV), Canal Kin Télévision (CKTV) et Radio Liberté Kinshasa (Ralik) à Kinshasa. Il s’est déclaré à 16 heures sur le toit de l’immeuble Comcell qui abrite les trois médias propriétés de Jean-Pierre Bemba Gombo, candidat au second tour de l’élection présidentielle. La quasi-totalité du matériel des régies de ces trois médias a été consumée par le feu. Les journalistes et techniciens de ces chaînes ont réussi à s’échapper par des fenêtres.


OLPA partiellement satisfait de la reprise des émissions de CCTV à Kinshasa

L’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA) est partiellement satisfait de la reprise des émissions des chaînes privées de télévision Canal Congo télévision (CCtv), Canal Kin télévision (CK tv) et de la Radio liberté Kinshasa, toutes appartenant à Jean-Pierre Bemba Gombo, un de deux candidats à la présidentielle, le 11 septembre 2006 dans la matinée.
Le signal de ces chaînes interrompu le 21 août 2006 après les affrontements sanglants entre les membres de la garde de Jean-Pierre Bemba et du président Joseph Kabila, a été rétabli lundi 11 septembre aux petites heures de la matinée. Photo de Mova Sakanyi, ministre de l'information et presse)


OLPA craint pour la sécurité d’un journaliste menacé à Kinshasa

L’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA) reste préoccupé par la sécurité de Joseph-Alain Kabongo, journaliste au quotidien le Phare, paraissant à Kinshasa, après les menaces proférées contre sa personne par Evariste Boshab, un proche collaborateur du président Joseph Kabila. Le 4 septembre 2006 Evariste Boshab a appelé le numéro de téléphone de l’éditeur du Phare, pour proférer des menaces contre Joseph-Alain Kabongo qui revient d’une mission de travail dans le territoire de Mweka, fief de Boshab. Il a publié dans le Phare du 4 septembre 2006, un reportage intitulé : « Tension post-électorale au Kasaï occidental, l’argent de Kabila divise les fils de Mweka ». Ci-contre la photo d'Evariste Boshab dans sa résidence de Kananga


RD Congo : Les Organisations professionnelles des médias congolais décident de réactiver le « tribunal des pairs »

A l’initiative de l’Organisation indépendante de défense et de promotion de la liberté de la presse en RD Congo, Journaliste en danger (JED), les Organisations professionnelles des médias congolais dont les noms suivent :l’Union Nationale de la Presse du Congo (UNPC) ; l’Observatoire des médias congolais (OMEC) ; l’Association nationale des Entreprises de l’audiovisuel privé (ANEAP) ;l’Association nationale des Editeurs du Congo (ANECO) ; l’association des Radios communautaires (ARCO), auxquelles se sont joints le Président de la Haute Autorité des médias (HAM) ainsi que quelques responsables des chaînes privées de télévisions, se sont réunies, mardi 29 août 2006, dans la salle de réunion de l’agence Syfia Internationale à Kinshasa/RD Congo


OLPA préoccupé par les appels téléphoniques anonymes et menaçant à l’endroit des journalistes de CCTV à Kinshasa

L’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA) est préoccupé par les menaces téléphoniques anonymes proférées par des inconnus contre le directeur général de Canal Congo télévision (CCTV), chaîne privée de télévision émettant à Kinshasa et propriété de Jean-Pierre Bemba Gombo, candidat à la présidentielle 2006.
Stéphane Kitutu O’leontwa a reçu plusieurs appels téléphoniques, le 15 août 2006, le menaçant lui et ses journalistes de représailles.
(Ci-contre Jean-Pierre Bemba Gombo, propriétaire de CCTV et son épouse Liliane Bemba)


OLPA prend au sérieux les menaces proférées contre un journaliste à Kinshasa

L’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA) est préoccupé par les menaces proférées par un officier des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) à l’endroit de François Mada, directeur de publication du bi-hebdomadaire la Manchette, paraissant à Kinshasa, le 15 août 2006. Il a subi une série des menaces de la part d'un colonel qui a promis de confisquer et de détruire le matériel informatique de la Manchette parce qu'il a refusé de publier un droit de réponse se rapportant à un article paru dans l'édition n°577 du 27 février 2004. (Photo ci-contre les éléments des FARDC)


Syndiquer le contenu