Paix et démocratie

Mandela s’en est allé, sur qui compter maintenant ?

Mandela s’en est allé, sur qui pouvons-nous encore compter? Nous Africains ?
Pour obtenir des changements historiques majeurs dans nos pays ?
Pour la résolution de nos crises ; de nos paradoxes ; de nos imbroglios superbes ! Pour le nettoyage des idées fausses, et opinions préconçues défavorables à l’Africain ? Et,surtout, quel sera l’avenir de nos démocraties en crise perpétuelle ? Réflexion pour un projet de Renouveau démocratique Post-Mandela.


ET SI LE COLONEL MAMADOU NDALA VENAIT DE PAYER DE SA VIE SON AMOUR ET SINCERE DEVOUEMENT POUR LE CONGO

Comme toujours, certains hommes politiques parlent déjà des enquêtes, voulant ainsi donner cette fausse impression qu’ils ne savent pas qu’aucune d’elles n’a jamais abouti à des conclusions dans ce pays. De toutes les façons, si enquête il y aura, ses responsables devraient commencer par relever la forte similitude entre cet assassinat du Colonel Mamadou Ndala et celui d’un autre patriote congolais, en l’occurrence le Commandant Ngandu Kisase, qui tomba également dans ce qui était présentée comme une « embuscade », dans des circonstances presque identiques.


ATTAQUE DE LA CITE DE LA RTNC A KINSHASA : UN CINGLANT DEMENTI DE L’ACTUEL MYTHE D’UNE REMONTEE EN PUISSANCE DES FARDC

Une question est alors de savoir, si vingt braves civils simplement munis d’armes blanches étaient capables de faire diluer dans la nature tout un détachement de l’armée nationale, pourtant équipé d’engins lourds de combat, au point d’occuper pendant plus de trois heures un des points les plus sensibles de la sécurité nationale que sont les installations de la RTNC, que se serait-il alors passé si les quelques bonshommes en question étaient de véritables commandos- rangers bien formés en guérilla urbaine? C’est la question que tout Congolais, gouvernant ou simple citoyen, devait se poser en ce jour. Le Prof. Paul Claval disait que « le langage de la force étant le plus prédominant en relations internationales, la paix n’est que le résultat de l’effet dissuasif que l’armée d’un pays exerce sur ses potentiels agresseurs ». Ainsi dit, point n’est plus besoin de relever ici que ce n’est pas en montrant constamment à ses voisins qu’une vingtaine d’individus sous-armés était capable de mettre en débandade tout un détachement militaire bien équipé d’engins blindés que la RDC cessera d’être la cible privilégiée des agressions internes et externes de tout genre.


LA VIE POLITIQUE DE NELSON MANDELA : UNE INTERPELLATION POUR LE POUVOIR EN PLACE A KINSHASA

Maintenant qu’il est devenu à la mode d’organiser des émissions télévisées pour se féliciter de la retentissante « victoire » des troupes gouvernementales congolaises face à la rébellion du M23, nos gouvernants semblent tous vouloir occulter cette très dérangeante vérité que les principaux leaders du M23 s’étaient déjà engagés vis-à-vis de la même communauté internationale, au sein de laquelle ils tenaient leurs substantiels soutiens, plusieurs semaines avant le déclenchement de la fameuse offensive des FARDC, de renoncer à la guerre au profit de leur pleine implication dans une logique de résolution politique du conflit. C’est ce que le pouvoir en place ne dit pas au cours de ses derniers points de presse. Dans ce sens, une question très pertinente serait de savoir si l’actuel retour de la paix au Nord-Kivu n’est pas plus le résultat d’une volonté des rebelles du M23 de se soumettre au diktat démobilisateur de la communauté internationale que d’une réelle victoire sur terrain des FARDC ? Si oui, serait-il alors intelligent pour la classe politique congolaise de préférer son actuel triomphalisme infantile à une gestion à la Mandela des retombées du processus de Kampala ?
Il ne faut pas nécessairement être un analyste stratégique pour réaliser que si les M23 avaient été aussi militairement vaincus, les Ban Ki-Moon et autres ne seraient pas autant préoccupés à continuer à appeler les autorités de Kinshasa à jouer le Nelson Mandela pour éviter que le processus de Kampala ne se termine à queue de poisson.


A QUOI RESSEMBLE VOTRE DEMOCRATIE ?

A quoi ressemble votre Système démocratique ?
Cherchez-vous à améliorer ses performances sur la base de ses propres DEFICITS !
Votre système démocratique permet-il des changements périodiques, significatifs ?
Quel est l’effort à fournir par les Pouvoirs publics, la Société civile, et les Masses populaires pour vivre dans une vraie démocratie ?
Avez-vous déjà organisé des campagnes de proximité pour une large compréhension du concept »Démocratie »
Où trouver les moyens de concrétiser de tels Projets. Surtout dans l’hypothèse où ceux-ci étaient initiés par la Société Civile ? (Société Civile réputée neutre, et dont le rôle spécifique dans le jeu démocratique, et dans les rouages et les engrenages du système démocratique, demeure mal défini)


Des Terroristes Shebab signalés à Beni /Province du Nord Kivu.

Le temps presse pour que la brigade internationale d'intervention de la Monusco entre en action et que le gouvernement prenne ses responsabilités.
Des informations alarmantes répercutées hier mardi par la société civile du Nord-Kivu font état de la présence insolite de terroristes Shebab dans les rangs de la rébellion ougandaise opérant sur le territoire de la RDC, à Beni ,au Nord-Kivu.


VEILLEE DE PRIERE POUR LA PAIX EN SYRIE ET SUR TOUTES LES TERRES MARTYRISEE PAR LA GUERRE PAR LA COMMUNAUTE DE SANT’EGIDIO EN LA

Répondant à l’appel du Saint père, la Communauté de Sant’Egidio a organisé dans la Cathédrale de Bukavu, une veillée de prière pour la paix en Syrie et sur toutes les terres martyrisée par la guerre.


Réseau Paix au Congo:POUR UN "DIALOGUE NATIONAL INCLUSIF"

Du 6 au 11 Juillet, quatre-vingts partis de l’opposition politique se sont réunis à Kinshasa pour échanger et réfléchir sur la convocation de «consultations nationales» par le président de la République Démocratique du Congo (RDCongo), Joseph Kabila Sous le modèle de consultation nationale à l'épogée de la dictacture de MOBUTU Sese Seko. Wazabanga Joseph.

Les participants se sont prononcés contre l'actuelle convocation de «consultations nationales» inspirée de la dictature de Mobutu et copiées par le Président de la République, mais ils se sont dits prêts à participer à un "dialogue national inclusif" plus transparent et participatif, comme seul moyen possible pou créer une véritable «cohésion nationale» capable de rétablir la paix dans les zones touchées par l’insécurité et la violence des groupes armés et d’améliorer, par conséquent, la situation de la République Démocratique du Congo(RDC).


Syndiquer le contenu