Promotion de la femme

La politique de CONAFED sur le genre et la lutte contre la pauvreté

Le CONAFED expose sa politique sur le genre et la lutte contre la pauvreté aux femmes de NGABA.

Le vendredi 14 mars 2003, au siège de l’ONGD CEPROSOC située au n° 55 de l’avenue Lobo, dans la commune de NGABA, le Réseau Femme et Développement (REFED) a organisé des festivités s’inscrivant dans le contexte du mois de la femme.


L’Unaf passe au peigne fin lexercice 2002

La paroisse Maman wa Bosawa de la commune de Kimbanseke a servi de cadre le week-end dernier la cérémonie d’échange de voeux entre les femmes regroupées au sein de l’Union nationals des femmes (Unaf) et la ministre du Travail et de la Prévoyance sociale, Mme Marie-Ange Lukiana

Mme la ministre a pro-fité de l’occasion pour exhorter et encourager l’assistance à cultiver l’amour et le pardon. Et cela, après avoir ensemble passé au peigne fin l’exercice 2002 de l’Union dont elle est fondatrice.

Mme Lukiana a également révélé, dans son allocution, que l’Unaf va mettre sur pied différents programmes de développement parmi lesquels la mise en place d’une caisse d’épargne qui va procéder notamment à la remise des matériels agricoles aux paysans dans les provinces. Elle n’a pas, en outre, manqué d’expliciter la volonté du gouvernement dont elle fait partie pour le retour de la paix en République démocratique du Congo.


Mme Biaya Ndaya Kazadi : «Une société qui bloque l’épanouissement de la femme, retarde son propre développement»

Femme de la semaine

Mme Gertrude Biaya Ndaya Kazadi est présidente de la coordination de la société civile du Kasaï Oriental et du Centre féminin de formation et d’information pour le développement, une Ong basée à Mbuji-Mayi. Elle est diplômée en sciences politiques de l’Université de Lubumbashi où elle a travaillé dès la fin de ses études jusqu’en 1993 lorsque les Kasaïens ont été refoulés du Katanga.;

Arrivée en août 1993 à Mbuji-Mayi, elle a immédiatement commencé à militer au sein d’une organisation mise en place pour la circonstance. Celle-ci se dénommait «Syndicat des refoulés kasaïens». Elle était chargée de s’impliquer dans le programme d’urgence décrété par les Nations Unies et d’autres Ong tant internationales que locales pour l’encadrement des personnes déplacées du Katanga.


Voici ce qu’a été la campagne nationale sur les violences faites aux femmes en temps de guerre au Katanga.

« Femmes contre les violences liées à la guerre » tel était le thème de la campagne nationale lancée officiellement par le Comité National Femme et Développement (CONAFED) à Kinshasa, le 1er mars 2002. La campagne dont le déroulement était prévu du 1er juin au 31 décembre 2002, avait entre autres comme objectifs de recueillir les témoignages des femmes victimes des différentes formes de violence et de dénoncer les atrocités commises à l’égard des femmes congolaises dans les zones de conflits, particulièrement le cas des femmes enterrées vivantes à Muenga, au Sud-Kivu, en novembre 1999.

Dans le cadre de cette campagne, le Réseau Femme et Développement (REFED) de la province du Katanga, présidé par Madame Régine SIYAPATA KILANGA, a travaillé du 20 avril au 7 juin 2002. Il se dégage du rapport établi à cet effet que dans le Katanga, on dénombre trois catégories des femmes victimes des violences liées à la guerre.


Code de la famille : 13 articles du livre de la personne discriminatoires à l’égard de la femme

Poursuite de la vulgarisation du mémorandum du Raf

Dans le cadre de la vulgarisation de son mémorandum, le Réseau action femme (Raf) vient de s’attaquer au livre II du Code de la famille portant sur : «la femme». Après avoir analysé cette partie du Code de la famille congolaise, les membres de ce collectif ont décelé au moins 13 articles qu’ils jugent discriminatoires à l’égard de la femme.


Le Réseau action femme propose la révision de l’article 30 relatif à la nationalité de la femme mariée

Le collectif des associations oeuvrant pour la cause de la femme et de la jeune fille en Rdc (Raf) s’est, dans le cadre de la campagne de lutte contre les violences faites à la femme lancée le 25 novembre dernier, résolu à vulgariser son mémorandum. Celui-ci a été élaboré à l’intention du législateur congolais pour le changement du statut juridique de la femme congolaise

Cette campagne a comme objectif de plaider pour une réforme législative destinée à élaguer toutes les dispositions qui contournent le principe de l’égalité des droits entre l’homme et la femme ainsi qu’au respect de ce dernier principe en conformité avec les instruments internationaux ratifiés par la Rdc.


Syndiquer le contenu