Congo (RDC)

‘Si Jeunesse Savait’ prêt à rejoindre le CIOMEP

Le Groupe de Réflexion et d'Action pour la Jeunesse "Si Jeunesse Savait" (SJS-GRAJ) vient de solliciter son adhésion au CIOMEP, le Collectif international des ONG messagères de paix. SJS-GRAJ entend ainsi mieux atteindre ses objectifs de vulgarisation de la culture de la paix et du respect des droits de l'homme en milieux des jeunes en réalisant des actions en partenariat avec d'autres organisations oeuvrant dans les mêmes domaines.


Idée Jeunes mars 2003 : "C’est la fièvre de la jeunesse qui maintient le monde à la température normale..."

"... Quand la jeunesse se refroidit, le reste du monde claque des dents." Georges BERNANOS (Lisez tout le texte...)


LE DEFICIT DE LA PENSEE SCIENTIFIQUE ET DOCTRINALE DANS LE SCHEMA DE RESOLUTION DE LA CRISE AU CONGO

La pensée scientifique et doctrinale n'a aucune place dans le débat de la crise en R.D.C. Cette marginalisation de la pensée rationnelle est soutenue par les leaders congolais et appuyée avec force par les partenaires étrangers. A la place, tous recourent à l'intuition des individus, au jeu d'intérèts en présence, au rapport des forces du moment et aux alliances opportunistes.


Déclaration finale de l'Atelier sur l'exploitation illégale des ressources naturelles de la RDC

Nous, délégués des associations de la société civile de la République Démocratique du Congo, réunis du 10 au 13 mars 2003 au Centre Theresianum de Kintambo à Kinshasa dans l’Atelier national sur l’exploitation des ressources naturelles et conflits en RD Congo organisé par le Centre national d’appui au Développement et à la Participation populaire (CENADEP) ave l’appui de CORDAID/Pays-Bas, NIZA/Pays Bas, PAC/Canada, CNCD/ Belgique et Droit et Démocratie/Canada, avons examiné différents rapports des délégués des provinces ces pillages et leur impact sur la population. A cette occasion , nous avons analysé le 3e Rapport du Panel des experts des Nations Unies sur l’exploitation illégale des ressources de la RDC. Nous avons pris connaissance du rapport final de la Commission d’enquête du Sénat belge, ainsi que du Rapport du Groupe parlementaire britannique sur les Grands Lacs et la prévention du génocide.


REACTION DE LA CASCTO AU RAPPORT DE LA COMMISSION D' ENQUETE DU SENAT BELGE

La CASCTO, Coordination des Associations de la Société Civile des Territoires Occupés Représentées à Kinshasa, a lu avec beaucoup d’intérêt le rapport de la Commission d’enquête du sénat belge sur l’implication des entreprises belges dans les pillages des richesses de la RDC. Cette commission est le résultat de la campagne menée par un collectif d’ONG belges suite à la publication du rapport des Experts de l’ONU sur le pillage des ressources de la RDC contre le silence et l’attitude passive du gouvernement belge, et aux réactions de différentes organisations de la société civile congolaise. Du rapport de la commission du sénat belge la CASCTO relève ce qui suit :


LE CONSEIL CONSULTATIF DE LA SOCIETE CIVILE DE LA RDC CADRE D’ECHANGES POUR LA PROMOTION ET LE RENFORCEMENT DU PARTENARIAT A LA COOPERATION AU DEVELOPPEMENT.

INTRODUCTION

La République Démocratique du Congo, notre pays, après plusieurs années d’isolement politique et diplomatique, entreprend depuis plus d’un an un retour sur l’échiquier de la coopération internationale. Avec plusieurs partenaires et bailleurs internationaux, la reprise de la coopération structurelle a été à l’ordre du jour. Les barrières ayant occasionnées cette situation disparaissant progressivement. Le pays est donc réputé fréquentable, en dépit de la persistance du conflit armé, ayant entraîné l’existence des trois zones ou espaces politico – militaires non reliées.

Pendant cette période, il a donc été observé le retour de plusieurs bailleurs de fonds aussi bien bi que multi latéraux, notamment la Banque Mondiale, le Fonds Monétaire International, la Banque Africaine de Développement, l’Union Européenne. Cette dernière, pendant toute la période de la rupture de la coopération, a agi uniquement dans le cadre des urgences et humanitaires, à travers les programmes de santé, d’infrastructures et d’appui aux organisations de la société civile, par le canal du mécanisme de cofinancement.


SJS-GRAJ pour la formation des jeunes à la résolution des conflits

Un conflit oppose à ce jour deux familles, l’une propriétaire et l’autre locataire, à Kimbanseke, une des communes les plus populeuses de Kinshasa. Source du conflit : la mort le mercredi 13 novembre 2002, dans des circonstances peu ordinaires, de la fille du locataire. Les témoignages recueillis des deux parties en conflits et d’autres personnes sur place établissent les faits suivants : le mardi 12 novembre vers 19 heures, la petite fille du bailleur (12 ans), porte un coup de bâton sévère à la tête de la fille du locataire pendant leurs ébats ludiques . cette dernière venu pleuré dans les jupes de sa mère se voit frapper à son tour pour n’avoir pas répliqué à la fille du bailleur. La situation de la fille du locataire s’aggrave au point que mort s’en suive. Pour la famille du locataire, c’est le coup de bâton de la fille du bailleur qui a occasionné sa mort . Disputes, bagarres… La Police intervient pour sécuriser les uns contre la colère des autres. la famille de la victime porte l’affaire en justice et réclame cinquante mille dollars américains (50 000$ US) en guise d’indemnisation …


AUJOURD'HUI, C'est l'inauguration du PORTAIL de la Société Civile

Le Portail de la société civile est en marche depuis plusieurs mois déjà. C'est le moment de la grande inauguration. Tout le monde est invité le AUJOURD'HUI, 19 mars 2003 à la Halle de la Gombe dès 16h00 pour la présentation officielle des activités du Portail.

La cérémonie sera suivie d'un spectacle musical avec les groupes COCKTAIL MYSTIK et MUNIA offert par la Halle de la Gombe.

Bienvenue à tous et à toutes


Syndiquer le contenu