Sud Kivu

LA TRAQUE DES FDLR : les populations payent le pot cassé

Les combattants FDLR se disent insécurisés par la traque menée sur eux et décident de se venger sur les populations locales.


COMPASSION ET SOLIDARITE SANS FRONTIERES

300 dollars américains et un message d'encouragement, c'est le contenu d'une enveloppe envoyée à partir de Tshumbe au Kasai Oriental, par une volontaire française, mlle Martine Bergé, en mission dans ce diocèse, aux orphelins de Mwanda-Katana, au Sud-Kivu.


Stop à la justice populaire à Bukavu et ses environs:Message de Héritiers de la Justice à l’occasion du 60è anniversaire des DH

Le 10 décembre 2008, le monde entier célèbre le 60è anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’homme (DUDH).  Il est commémoré cette année-ci, au niveau international sous le thème « Accès de tous à la justice » tandis qu’au niveau local, il est placé sous le thème « Stop à la justice populaire ».  L’asbl Héritiers de la Justice saisit cette opportunité pour adresser le présent message à l’opinion locale, nationale et internationale.
 
En effet, dans les 3 ans qui viennent de s’écouler, des événements majeurs ont marqué la vie de la population congolaise.  Ils devraient en principe marquer un tournant décisif dans la vie du peuple congolais  en améliorant  les conditions d’accès de tous à la justice.  En 2005 en RD Congo, une Constitution a été soumise au référendum populaire et a été votée massivement par les Congolais.  En 2006, au lendemain des élections présidentielles et législatives qui ont été organisées avec l’appui de la communauté internationale, différentes institutions ont été mises en place tant au niveau national que provincial, à savoir la présidence de la République, le gouvernement central, les assemblées nationales et provinciales, les gouvernements provinciaux, les commandements militaires et policiers, etc.  Ces institutions devraient promouvoir et garantir les droits et libertés fondamentales de l’homme consacrés par la DUDH et d’autres instruments juridiques internationaux auxquels la RD Congo a souscrit.
 


Deux journalistes, un destin.

Didace Namujimbo a été assassiné le 21 novembre 2008 à 21 heures par des hommes en armes.
Serge Maheshe a été assassiné le 13 juin 2007 par des hommes en armes.
Tous deux sont nés à Lubumbashi et ont animé des émissions à la RTNC Bukavu avant d’être embauché à la radio Okapi comme journalistes. Ils sont tous morts jeunes. L’un à 34 ans et l’autre à 31 ans


2è journaliste de la Radio Okapi abattu:Mr Didace Namujimbo assassiné à Bukavu dans la nuit du 21 novembre 2008

Dans la nuit du 21 au 22 novembre 2008, vers 21h00, des hommes armés non autrement identifiés ont assassiné monsieur Didace Namujimbo, journaliste à Okapi, une radio de la Mission des Nations Unies au Congo (MONUC) à quelque 4 m de chez lui, sur l’avenue Vamaro dans le quartier Ndendere en commune d’Ibanda à Bukavu en RD Congo. Il rentrait fraîchement du service. Né le 12/01/1974, ce fils de monsieur Pierre Namujimbo et de madame Thérèse Nabintu était marié à madame Asha Mudamba avec qui il a eu 3 enfants, tous mineurs.

En effet, le véhicule de la MONUC avait l’habitude de ramener feu Didace chez lui chaque jour après le service vers 21H00 et le laissait à l’adresse précitée pour emprunter l’escalier qui descend vers son domicile. C’est ainsi que dans la nuit de ce 21 novembre 2008, des personnes armées l’ont attendu dans l’escalier qui donne sur sa concession. Selon les témoignages recueillis sur les lieux du drame, ses bourreaux lui auraient tiré une balle dans le cou et ont pris fuite.Tous ses voisins sont restés terrés chez eux de peur de tomber dans les mailles de ces assaillants.


GENIE PATRIOTE AVEC LES ETUDIANTS DE BUKAVU

Le dimanche 19 octobre 2008 le collège provincial des étudiants du sud Kivu a organisé une journée culturelle sur le thème « génie patriote » dans la salle Concordia de l’Archevêché


UN ENLEVEMENT A BUKAVU.

En date du 11 novembre 2008, Monsieur Mulume Oderhwa (DEMU) , âgé de 25 ans , habitant à Nguba, avenue de la Ruzizi et cambiste de son état (changeur de monnaie) a été enlevé vers 17 heures par des hommes armés en tenue civile


VISITE DE RECONFORT AUX ORPHELINS DE KATANA

« Quand vous serez partis, nous allons prier pour vous ». C’est un petit pensionnaire de l’orphelinat de Katana qui a adressé ces mots aux membres de la shirika Ruzizi, au nom d’une cinquantaine de ses camarades touchés par la compassion de ces visiteurs peu ordinaires.


Syndiquer le contenu