DROIT A UNE BONNE MEDIATION

DROIT A UNE BONNE MEDIATION :
THEORIE ET PRATIQUE POUR LA RESOLUTION DES CONFLICTS

0. Introduction

Depuis un temps beaucoup de pays à travers le monde et particulièrement les pays africains sont en situations confuses caractérisées par des crises multiformes et qui nécessitent une résolution à l'amiable étant donné que la violence n'a pas pu réussir à le faire.

La guerre n'étant pas nécessairement une solution aux conflits, les hommes ont pensé qu'il y a moyen de passer par d'autres mécanismes dont la médiation pour construire une paix durable. Ce schéma a fait ses preuves ailleurs comme en République Sud Africaine pour mettre fin au système de l'Apartheid et récemment en Sierra Leone lors des récentes élections démocratiques, pour ne citer que ces deux cas. On croirait aujourd’hui que la Côte d’Ivoire, grâce à la médiation française qui a supplanté la démarche de la CEDEAO, recouvrera la paix d’ici là comme d’aucuns l’avaient cru pour le Burundi et la RDC où les médiations de type international s’embrouillent dans des questions purement nationales.


Les amis des pygmées dénoncent la timidité des réactions enregistrées

Face à la situation de l’Ituri

La situation qui prévaut à l’est de la République démocratique du Congo, plus précisément dans le territoire de Mambasa, district d’Ituri dans la province Orientale, continue à défrayer la chronique tant nationale qu’internationale. La dernière réaction enregistrée est celle d’une Ong «Amis des pygmées», dirigée par Bibi Njuma Ekwandanayo, également présidente et membre de l’instance permanente auprès de Nations Unies sur les peuples autochtones.

Lors d’une conférence de presse animée le 23 janvier à l’Institut des aveugles, Mme Bibi Njuma, qui parlait au nom du peuple «Mbuti», premiers occupants de la forêt d’Ituri, a tenu à dénoncer l’attitude passive, indifférente et inexplicable de la société civile, des partis politiques, du procureur général de la République et des organisations des droits de l’homme face aux actes de cannibalisme et autres violations des droits de l’homme perpétrés dans cette partie de la Rdc.


«Pygmées, voici vos droits », thème du séminaire de formation du Cidb

La salle paroissiale de Saint Joseph de Matonge dans la commune de Kalamu abrite, depuis le dimanche 19 janvier dernier, un séminaire de formation des formateurs pygmées autour du thème «Pygmées, voici vos droits ». Ce séminaire se tient à l’initiative de Centre international de défense des droits de Batswa (Cidb), une Ong des droits de l’homme, en collaboration avec la Fondation Ipakala Abeiye Mobiko (Fiam) et l’Ong « Agir ensemble ».

L’absence d’une politique sur la gestion des minorités ethniques et tribales comme des pygmées, celle d’un appui technique et financier aux programmes de développement initiés par des pygmées, la méconnaissance de pygmées par le gouvernement actuel … sont autant de problèmes auxquels font face les autochtones pygmées en République démocratique du Congo, a relevé M. Jean Mpia Bikopo, président du Cidb.


L'Intégration Sociale des Personnes Vulnérables du site INSS Mont-Ngafula à Kinshasa

Secteur « INTEGRATION SOCIALE » de la BOR

Introduction

Evoquer « l'intégration sociale » sous-entend au départ une exclusion. Celle-ci peut avoir plusieurs causes : la guerre, la mauvaise gouvernance, la mauvaise distribution du travail, bref le dysfonctionnement de la vie nationale.

Toutes les conférences qui se tiennent sur le racisme ont un seul objectif : réduire ou lutter contre toutes les formes de racisme, d'exclusion, d'ethniscisme, de tribalisme, de régionalisme, de collinisme, de divisionnisme, etc. Cette chaîne est à la base de ce que nous avons connu ou entendu sous les vocables: Traite négrière, Esclavagisme, Exclusion/extermination ethnique, ... Et souvent le tout s'est soldé par des guerres appelées aujourd’hui « génocidaires ». Et comme si cela n’était pas suffisant, l’homme pousse plus loin jusqu’à atteindre l’anthropophagie ou le cannibalisme.


Notions d'Ecologie et Conservation de la Nature en Milieu Scolaire

Introduction

La Base de l’Observatoire pour la République, B.O.R., comme ONG de développement de la République Démocratique du Congo est engagée dans trois secteurs principaux : les Droits de l’Homme, l’Intégration Sociale et l’Environnement, Conservation et Protection de la Nature.

Au sein du secteur de l'Environnement, la BOR est engagée dans un vaste projet sur la proposition de l'Insertion du cours des « Notions d’Ecologie et Conservation de la Nature (NECN) dans le programme national des Sciences Naturelles et de Biologie.

A travers ce projet, nous pensons qu’ une bonne partie de la jeunesse congolaise pourra être initiée aux méthodes de conservation et de protection de l’environnement au sein duquel elle évolue. Nous le proposons dans sa phase expérimentale dans 24 écoles de la ville de Kinshasa avant de l’étendre au reste des écoles.


Le Raf propose que la même peine soit infligée en cas d’adultère commis par les deux époux

Réforme du code de la famille

Le Réseau action femme (Raf) vient de clôturer une étape de sa campagne de vulgarisation de son mémorandum consacrée à la réforme des articles du livre III du Code de la famille congolais portant sur la famille.

En effet, dans son article 448, le Code de la famille soumet la femme à une autorisation maritale pour tous les actes juridiques dans lesquels elles s’oblige. Le Raf s’inscrit en faux contre cette disposition contraire à l’article 15.2 de la Convention relative à l’élimination de toutes formes de discrimination à l’égard de la femme (CEDEF), étant donné que dans la pratique, c’est la femme qui accomplit beaucoup plus d’actes juridiques pour le ménage.


Femme de la semaine

Mme Kabange Ngoie, présidente de l’Amagod
Présidente de l’Association des mamans de la commune de la Gombe pour le développement socio-culturel (Amagod), Mme Marie-Madeleine Kabange est née le 12 décembre 1951 à Lubumbashi, dans la province du Katanga. Mariée à M. Mudiayi Lukusa et mère de 5 enfants, Mme Kabange est aussi présidente communale des Cpp, commune de la Gombe.

Après ses humanités commerciales à Lubumbashi, elle a été formée en esthétique à EBES-Kinshasa et en informatique à l’Alliance française de Kinshasa. Elle a successivement été directrice de la librairie française à Lubumbashi et d’une agence de voyage. Caissière et gérante d’une pâtisserie, secrétaire de direction des sociétés privées, elle est propriétaire et responsable d’un salon de coiffure et de couture. Il y a 3 ans, elle était présidente d’une association dénommée «Afed-Kinshasa» avant de créer Amagod.


MEMORANDUM DES ONG DES DROITS DE L’HOMME DE LA R.D.C ADRESSE A Son Excellence Monsieur SERGIO VIEIRA DE MELLO, HAUT-COMMISSAIRE DE L'ONU AUX DROITS DE l'HOMME

MEMORANDUM DES ONG DES DROITS DE L’HOMME
DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ADRESSE
A Son Excellence Monsieur SERGIO VIEIRA DE MELLO,
HAUT-COMMISSAIRE DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L’HOMME,En séjour à Kinshasa / RDC.

Excellence Monsieur le Haut Commissaire,

Avec l’expression de notre profonde considération,

Les ONG congolaises de promotion et de défense des droits de l’homme ;
Saisissant l’opportunité offerte par votre première visite officielle en République Démocratique du Congo ;
Considérant l’évolution des travaux du Dialogue Inter-congolais dont l’aboutissement heureux est attendu par toute la Communauté nationale ;