La politique de CONAFED sur le genre et la lutte contre la pauvreté

Le CONAFED expose sa politique sur le genre et la lutte contre la pauvreté aux femmes de NGABA.

Le vendredi 14 mars 2003, au siège de l’ONGD CEPROSOC située au n° 55 de l’avenue Lobo, dans la commune de NGABA, le Réseau Femme et Développement (REFED) a organisé des festivités s’inscrivant dans le contexte du mois de la femme.


Idée Jeunes mars 2003 : "C’est la fièvre de la jeunesse qui maintient le monde à la température normale..."

"... Quand la jeunesse se refroidit, le reste du monde claque des dents." Georges BERNANOS (Lisez tout le texte...)


Réveil fm déja sur le portail.

Réveil FM 105.4 Mhz "la radio qui vous écoute"
Première radio Associative communautaire de Kinshasa.


LE COJESKI-RDC DANS LA PROVINCE DU KATANGA POUR LA DEMOCRATIE, LES DROITS DE L'HOMME ET LA BONNE GOUVERNANCE.

Dans le cadre de son Programme National de formation des Animateurs du Mouvement démocratique " AMD " et Défenseurs des droits de l'homme " DDH " au sein des organisations des jeunes de la République démocratique du Congo, Le Collectif des Organisations des Jeunes Solidaires du Congo-Kinshasa, " COJESKI / RDC ", en prévision des échéances démocratiques en RDC, et dans le cadre de la décennie Internationale d'éducation aux droits de l'homme ( 1995 - 2004 ), proclamée par les Nations Unies.


LE DEFICIT DE LA PENSEE SCIENTIFIQUE ET DOCTRINALE DANS LE SCHEMA DE RESOLUTION DE LA CRISE AU CONGO

La pensée scientifique et doctrinale n'a aucune place dans le débat de la crise en R.D.C. Cette marginalisation de la pensée rationnelle est soutenue par les leaders congolais et appuyée avec force par les partenaires étrangers. A la place, tous recourent à l'intuition des individus, au jeu d'intérèts en présence, au rapport des forces du moment et aux alliances opportunistes.


Déclaration finale de l'Atelier sur l'exploitation illégale des ressources naturelles de la RDC

Nous, délégués des associations de la société civile de la République Démocratique du Congo, réunis du 10 au 13 mars 2003 au Centre Theresianum de Kintambo à Kinshasa dans l’Atelier national sur l’exploitation des ressources naturelles et conflits en RD Congo organisé par le Centre national d’appui au Développement et à la Participation populaire (CENADEP) ave l’appui de CORDAID/Pays-Bas, NIZA/Pays Bas, PAC/Canada, CNCD/ Belgique et Droit et Démocratie/Canada, avons examiné différents rapports des délégués des provinces ces pillages et leur impact sur la population. A cette occasion , nous avons analysé le 3e Rapport du Panel des experts des Nations Unies sur l’exploitation illégale des ressources de la RDC. Nous avons pris connaissance du rapport final de la Commission d’enquête du Sénat belge, ainsi que du Rapport du Groupe parlementaire britannique sur les Grands Lacs et la prévention du génocide.


QUE FAIRE DE CES ENFANTS INDESIRABLES QUI REMPLISSENT NOS RUES ?

Cette question cruciale remet en avant plan le drame social que nous vivons tous et qui pourtant tend à être allégrement éclipsé par les consciences nombreuses. Les enfants dits de rue « shegues » ou « phaseurs ». L’on se met à accepter ou à critiquer sans se rendre compte de ce que le phénomène revêt de dramatique pour la société et pour le genre humain


AU CŒUR DU PROGRAMME «NOUVEAUX ENTREPRENEURS» : AIDER A LA CREATION D’ENTREPRISES.

Depuis plus ou moins deux décennies, on assiste, en République Démocratique du Congo, à une croissance négative de la richesse nationale ainsi qu’à la paupérisation aiguë de la majorité de la population congolaise.

A l’origine de cette situation de délabrement des choses et des hommes, la régression du tissu entrepreneurial du pays. En effet, les entreprises publiques et privées ferment de plus en plus, en même temps que l’on crée plus suffisamment d’entreprises nouvelles.